Navigation – Plan du site
Maghrébins en Europe

Le maire et la mosquée. Islam et laïcité en Île de France

The mayor and the mosque
Françoise Duthu
p. 439-460

Résumés

Alors que nombre d’hommes politiques et de médias alimentent un discours de diabolisation de l’islam et des musulmans en se fondant sur des évènements nationaux ou internationaux, la plupart des pratiques liées à cette religion relève des compétences communales. Les maires, face à des musulmans dorénavant citoyens, tendent à mettre en œuvre de véritables « politiques municipales de l’islam ». La question de la construction ou de la rénovation de lieux de culte structure les relations maire/acteurs musulmans. Plus que les clivages droite/gauche jouent les représentations de l’islam et de la laïcité des édiles. Il est temps que s’instaure un débat sur des traitements différenciés peu acceptables et que soit enfin assurée, conformément au principe de laïcité, une effective égalité d’accès au culte sur l’ensemble du territoire national.

Haut de page

Entrées d'index

Mots-clés :

citoyen, France, islam, laïcité, maire
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années des travaux sociologiques traitent de la gestion locale du fait religieux. F. Frégosi, V. Amiraux, A. Boubeker et d’autres auteurs ont étudié le cas de l’islam. Nous avons choisi pour notre part d’aller au delà des questions relatives à la gestion du culte musulman, et de re-politiser le regard :

  • 1 Hélène Régnier, INRETS, communication : « Saisir le sens de l’action publique par ses effets sur le (...)

« Partout l’action publique territoriale […] [est] présentée comme consensuelle et collective, évacuant le conflit […]. Face à ce constat globalement partagé, on assiste à une évolution des angles d’attaque dans des travaux de recherche récents qui tentent d’ouvrir des voies pour ne pas mésestimer le conflit et réintroduire l’épaisseur idéologique de l’action publique1. »

2La Constitution française garantit la liberté de conscience et la libre pratique des cultes. À ce titre, les gouvernements, depuis 1989, ont affirmé vouloir intégrer l’islam au paysage religieux français et se sont essayés à la mise en place d’institutions représentatives de l’islam de France. En 2003 ont eu lieu des premières élections du Conseil français du culte musulman (CFCM).

  • 2 Selon l’expression de Jocelyne Césari, L’islam à l’épreuve de l’Occident, Paris, La Découverte, 200 (...)
  • 3 Qui ont notamment doté les communes de la compétence en matière d’urbanisme.
  • 4 J. Césari, Sakina Bargach et Damani Moore, « L’islamisation de l’espace public français », CEMOTI, (...)

3Par ailleurs, alors que les médias nationaux développent un « méta-discours »2 discriminant sur l’islam, depuis les lois de décentralisation3, et dans une période où, à la suite de la fermeture des frontières en 1973, l’immigration est devenue un phénomène familial, c’est le niveau municipal qui a dû traiter des questions relatives aux pratiques quotidiennes liées à la religion musulmane : construction des lieux de culte, autorisation de « carrés musulmans » dans les cimetières, abattage rituel de la fête de l’Aïd al-Adha, restauration scolaire, etc. Ainsi l’espace local est-il devenu « le lieu central de la régulation et de la gestion du religieux islamique4 ».

4Nous avons voulu prendre la mesure du rôle du local en étudiant le cas de quelques communes d’Île de France : Argenteuil (95), maire UMP ; Bobigny (93), maire communiste ; Créteil (94), maire socialiste ; Montreuil-sous-Bois (93), maire apparenté communiste ; Rosny-sous-Bois, (93), maire UDF-Nouveau Centre.

  • 5 Article 1er de la Constitution française : « La France est une république indivisible, laïque, démo (...)
  • 6 Nous préférons ce terme à celui d’intégration. Sur l’histoire de ce concept en France, on pourra li (...)

5La question posée était de savoir, dans un pays marqué par l’idéologie républicaine, dans laquelle le concept de laïcité occupe une place centrale5, et qui a vu s’installer durablement les populations issues de l’immigration porteuses d’une religion et d’une culture différentes, si les solutions pratiques que les élus ont été amenés à mettre en place en direction de l’islam avaient trouvé une cohérence et dessiné au fil du temps de véritables politiques locales ; et si ces politiques étaient en mesure de favoriser l’acceptation6 de l’islam et des musulmans et de constituer des modèles susceptibles de reproduction à une échelle plus large. Ces politiques étaient-elles au contraire à la source de nouvelles mises à l’écart, de la constitution d’un patchwork de situations hétérogènes, dommageables quant à l’équité dans la pratique du culte musulman ?

  • 7 Qui a produit un annuaire des mosquées de France, devenu une référence : aucun lieu n’est cité sans (...)

6En Île-de-France, comme ailleurs, les territoires où l’islam est présent sont bien ceux de l’immigration. L’association La Boussole7 identifie en 2003 1 554 lieux de culte sur le territoire national dont 385 en Île de France soit 24 % du total. Dans cette région, la Seine-Saint-Denis totalise 25 % des mosquées et salles de prière.

  • 8 Ahmed Boubeker et Hervé Paris, « Les lieux communautaires de l’islam rhodanien », in Ahmed Boubeker (...)
  • 9 Selon l’expression de Bernard Godard, rencontré au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur en (...)

7Au cours de notre enquête, ont été posées des questions sur les lieux de culte, le « carré » musulman, la restauration scolaire, la fête de l’Aïd. Mais, il est apparu que les relations des élus avec leurs interlocuteurs musulmans étaient en général polarisées sur la question des lieux de culte. Si certains auteurs estiment que le temps des « grandes mosquées » est terminé8, l’Île de France, quant à elle, au moment de l’étude, semble caractérisée par une véritable « course à la mosquée »9. Il est vrai que nombre de musulmans sont devenus électeurs et que les besoins sont immenses.

Quand le maire choisit « ses » musulmans : les cas d’Argenteuil et Montreuil

Argenteuil, une politique d’ordre social

  • 10 Réélu député en 2007, il perd cependant la mairie en 2008.

8Argenteuil, sous-préfecture du Val d’Oise, est, avec plus de 100 000 habitants, la troisième ville en population de l’Île-de-France. En 2001, après plus de 70 ans de gestion communiste, Georges Mothron, UMP, remporte les élections municipales. Il est également député10.

9Il existe en 2007 deux « grandes » mosquées : le Centre Essalam dans le quartier Val-Notre-Dame, fondé par des migrants originaires du Maroc en 1995, lié à la Fédération nationale des musulmans de France (FNMF) ; l’Institut Al-Ihsan, fondé par un Algérien en 2000, et réputé être lié à la mosquée de Paris. Il existe aussi un projet de troisième « grande mosquée » porté par l’association Mevlana, fondée par des immigrants turcs. Sont également en fonction quatre salles de prières dont une gérée par des Africains.

10La politique municipale emprunte depuis 2001 une tonalité sécuritaire et post-coloniale, conjuguée avec une vision de la laïcité comme valeur suprême, partie intégrante de l’identité nationale.

11- Tonalité sécuritaire : lors de l’entretien avec l’adjoint en charge de la relation avec les acteurs musulmans, et plus généralement de la sécurité civile et de l’administration générale, il nous est dit :

« Ce qui anime notre action, c’est à la fois le respect de la laïcité […] et aussi la sécurité, à double titre : sécurité des usagers […], et puis aussi, il ne faut pas le nier, c’est aussi des lieux de prosélytisme terroriste, […] en tout cas salafiste. »

  • 11 Il s’agit de M. Yashar Ali dont la situation est décrite par Pierre Daum, Libération, 14/03/2004.

12Sont cités successivement : le cas d’un imam réputé intégriste salafi mis en surveillance en 2004 sur le plateau du Larzac11 ; l’installation d’une « crèche islamique » dans un foyer Sonacotra ; l’organisation de l’Aïd al-Adha – la fête du sacrifice. « L’année dernière, nous est-il précisé, le maire a fait la chasse aux abattages clandestins. »

  • 12 Communiqué par l’une des associations musulmanes rencontrées et non par la mairie.

13- Tonalité post-coloniale : un document, la Charte de l’islam argenteuillais12, survole à grands traits l’histoire, de Verdun aux attentats de Londres, de l’époque coloniale à la nécessité de la lutte locale contre le « terrorisme » islamiste sur fond de vision de choc des civilisations, le tout accompagné d’une référence aux valeurs de la République :

  • 13 Charte de l’islam argenteuillais, article 1er : « Objet de la Charte ».

« C’est aux fins de démontrer que l’islam et le terrorisme islamiste sont, inéluctablement, deux entités et deux visions diamétralement opposées que l’association Al-Ihsan s’engage dans la présente charte de transparence, au delà de ce que la loi lui impose13. » L’Institut Al-Ihsan refusera de signer le document. Le ton est néanmoins donné.

14- Une vision identitaire de la laïcité : le maire d’Argenteuil a instauré, en accord avec la préfecture du Val-d’Oise, une cérémonie républicaine de naturalisation, qui consiste à remettre solennellement aux naturalisés leurs nouveaux documents d’identité au cours d’une cérémonie pendant laquelle une femme portant le hijab ne peut entrer que si elle consent à l’ôter.

  • 14 Cette association de traitement entre les cultes juif et musulman sera retrouvée ailleurs (à Montre (...)

15Le premier magistrat a su toutefois donner des gages symboliques de son engagement pour l’accueil de l’islam sur le territoire communal. « Pendant quinze ans, le carré juif n’avait jamais été fait. On a regardé avec Monsieur Mothron, et on a choisi le jour de Yom Kippour à la synagogue pour annoncer la mise en place des carrés juif et musulman14. » Le carré musulman est installé en mars 2005.

16Mais la question la plus aiguë est celle de « la mosquée ». Sous cette expression sont présentes deux questions, l’une politique qui a trait à la volonté de reconnaître un seul leadership pour « la » communauté musulmane d’Argenteuil – l’institut Al-Ihsan et de limiter les implantations nouvelles dans la ville, et parallèlement celle de l’aménagement de la mosquée identifiée comme étant la plus importante. L’orientation est claire :

  • 15 Au moment de l’enquête, aucune des « mosquées » ne ressemble encore à l’image habituelle d’une mosq (...)

« Comme il y a une basilique, il y aura une mosquée […]. Et : « La fameuse mosquée dite algérienne qui est en train de se refaire l’extérieur, qui ressemblera à une mosquée15, avec monsieur Mothron, on a fait un deal. On a accepté un certain nombre de choses mais de leur côté ces gens-là nous aident […] pour aussi supprimer tous les lieux de prière dans les caves, les trucs, les machins. »

17La municipalité bloque les projets de rénovation ou redéploiement de la mosquée Mevlana et du centre Essalam et veille étroitement à la réalisation du chantier de réhabilitation de l’Institut Al-Ihsan.

18Du côté des acteurs musulmans, aucune des trois associations ne veut revenir sur l’organisation actuelle. Leur coordination est faible (entre Essalam et Al-Ihsan), voire inexistante (l’association Mevlana gère seule ses relations avec le service d’urbanisme). L’institut Al-Ihsan est clairement l’interlocuteur privilégié de la mairie. Il manifeste cependant une autonomie certaine, n’hésitant pas à s’appuyer sur la mosquée de Paris. La non-coordination des acteurs, tous des hommes de la « première génération », est clairement reliée à la volonté de chaque structure à rester « entre soi ». La municipalité se heurtera pendant encore quelques années à cette réalité.

Montreuil, une politique de contrôle social et une stratégie de containment

19La population de Montreuil est sensiblement équivalente à celle d’Argenteuil. Considérée comme « première ville malienne de France », elle entretient aujourd’hui, avec l’accueil de jeunes citadins aisés et modernistes, une image de mélange des cultures et des ethnies. Au moment de l’enquête, le maire est Jean-Pierre Brard, apparenté communiste, élu pour la première fois en 1984, également député. Il est le défenseur d’une « laïcité de combat ».

  • 16 Cf. Mohammed Taïfour, « Le cheikh de Montreuil », Le Monde, 3/03/2008.

20C’est après les élections de 2001 que Jean-Pierre Brard s’intéresse à la question du culte musulman à Montreuil. Favorable à la loi d’interdiction des signes ostensibles à l’école, une position minoritaire dans son groupe politique, un long conflit l’oppose depuis 1995 au fondateur d’un centre culturel islamique, accusé par lui de « dérive fondamentaliste »16. Rien ne laissait attendre de sa part la prise en charge du dossier du culte musulman. Mais en 2001, son attitude change totalement.

21Dans sa réponse à ma lettre de contact, Jean-Pierre Brard décrivait largement la « dynamique globale » dans laquelle se développait son action en direction du culte musulman. La notion de laïcité y était fortement soulignée. Les réalisations semblent consistantes et l’on est frappé de la cohérence de la vision. Comment en est-on arrivé là ?

  • 17 C’est dans son canton que doit être construite la future mosquée.

22Au lendemain des municipales de 2001 Jean-Pierre Brard s’adresse à l’un de ses proches, JM, conseiller général17 :

« On est en retard sur les questions de culte et de la religion musulmane à Montreuil. Le dossier est complexe. Est-ce que […] tu serais d’accord pour prendre le dossier ? » […]. Politiquement, […] en 2001, on était loin des échéances. Le souci n’était pas […] électoral. C’était avant tout une question de société. »

23Une question de société ? Des recoupements nous permettront de voir dans le choix de mener une politique affirmée en direction du culte musulman une probable volonté de contrer l’influence de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis, UAM 93, constituée au lendemain des municipales de 2001 et composée de membres d’origine maghrébine. Convaincue de sa capacité de mobilisation électorale, cette structure mène des actions de lobbying et depuis 2002 organise un dîner annuel très couru par les officiels et surtout les hommes politiques de tous bords (sauf l’extrême-droite). Il semble ainsi que le changement brutal d’attitude de Jean-Pierre Brard à l’égard de l’islam n’ait rien d’une « conversion » miraculeuse.

24JM prendra le temps de faire une investigation approfondie d’autres expériences locales et des besoins de la population musulmane locale. La revendication de lieux de culte digne apparaît centrale. Il observe aussi que les musulmans sont partagés en deux groupes : une population d’origine subsaharienne et une autre d’origine maghrébine.

25Sont alors dégagées des orientations proposées à la majorité municipale. Trois axes de travail sont avancés :

  • 18 Plus précisément, il semble que la mise en place du Centre civique d’étude du fait religieux ait ét (...)

« - Un travail de rétablissement […] de l’égalité des musulmans dans l’accès à la pratique de leur culte ;
- La création d’un carré musulman au cimetière de Montreuil ;
- La création du Centre civique d’information et d’études du fait religieux18. »

26Présentant les orientations, l’élu évoque à peine le rôle du dialogue inter-religieux. Or, il s’avère un élément clé de la stratégie municipale. Selon NB, vice-président de la Fédération cultuelle des associations musulmanes de Montreuil (FCAMM), fonctionnaire à la ville de Paris et élu municipal :

« Ce groupe [inter-religieux] est né de l’idée de rassembler toutes les confessions de la ville pour qu’il y ait une institution à la ville de Montreuil. […]. C’est-à-dire que chaque fois qu’il y a une décision qui va être prise au sens large de la municipalité, on consulte les confessions, pour ne pas isoler les représentants des confessions religieuses. Cette idée est née parce qu’il y a différentes associations de la communauté musulmane à Montreuil. […]Donc, à partir de là on s’est dit qu’il fallait une institution musulmane dans la ville de Montreuil, donc on veut bien faire une fédération, créer une fédération pour constituer la communauté musulmane. »

27Jean-Pierre Brard avait d’ailleurs mentionné dans sa lettre le dialogue inter-religieux comme un élément de la « dynamique globale » engagée. Si ce dialogue inter-religieux impulsé par la mairie a pu fonctionner, c’est parce que les acteurs religieux ont compris les enjeux de leur participation à cette instance, qui était en fait un lieu de concertation, de dégagement d’un consensus et de régulation.

28Pour constituer le partenaire musulman, un montage complexe a été réalisé, les associations 1901 (dans les foyers de travailleurs par exemple) se doublant d’associations 1905, puis ces dernières se regroupant en fédérations par origine, et ces fédérations se fédérant au sein de la FCAMM. Il est difficile de ne pas voir dans ce montage en forme de « poupées russes » l’intervention de la municipalité. Le choix a été fait de s’appuyer sur les Africains, « beaucoup plus structurés et organisés, avec qui la commune travaille en coopération décentralisée. Un capital de confiance était déjà acquis […] ». En 2007, le président est un Malien et le vice président est d’origine comorienne.

  • 19 Rédigé avec l’aide du philosophe Henri Pena-Ruiz.

29L’objet principal de la FCAMM, nous dira ce dernier, est la construction de la mosquée. Le vice-président manifeste une conception de la laïcité et la République qui va au-delà de celle qui imprègne les discours et écrits de Jean-Pierre Brard. Ainsi, à propos du Guide de la laïcité19 : « Par exemple, il y a des gens qui vont dans les centres municipaux [de santé], par exemple […] des femmes […] et qui demandent : je veux que ce soit une femme qui me consulte, ce n’est pas possible, ça. » Il porte manifestement, d’autre part, une volonté de s’emparer de la gestion du projet de mosquée. Les dirigeants de la FCAMM ont notamment refusé un projet qui séduisait la mairie mais dépassait leurs capacités financières. La question du financement est difficile à résoudre : le maire a imposé, comme le permet la loi de 1905, un plafonnement des dons à 1 500 euros, tandis que la collecte de fonds doit impérativement être limitée au territoire de la commune. La difficulté est telle qu’un emprunt est envisagé. Décision lourde à prendre pour des musulmans, le prêt à intérêt, assimilé à l’usure, étant interdit.

30À Montreuil, l’acteur musulman semble faible : il a répondu à toutes les exigences de la mairie et ses marges de manœuvres semblent très étroites, de fortes contraintes ayant été posées par le maire, bien que le discours affiche une certaine distanciation par rapport à celui-ci. Le principe d’ordre et de contrôle semble l’avoir emporté sur la recherche d’une solution plus ouverte. La ville a sélectionné de manière habile les « bons » interlocuteurs, la forme fédérative permettant d’inclure tout le monde tout en s’assurant du contrôle par les alliés présélectionnés. Est-ce un service rendu aux musulmans de la ville ? Une mosquée sera enfin construite à Montreuil, rattrapage nécessaire pour apaiser les frustrations issues de conditions de pratique jugées peu dignes de part et d’autres, et signe d’acceptation important à l’égard d’une religion trop facilement dénigrée. Ce symbole devrait jouer un rôle positif. Cependant la localisation, au nord-est de la ville, en limite quelque peu la visibilité, sa portée en ressort amoindrie.

  • 20 Jean-Pierre Brard a présenté l’expérience de la ville de Montreuil dans le numéro de mai 2006 de la (...)

31La politique de Jean-Pierre Brard est sous le feu des projecteurs, et semble se vouloir un modèle20. Homme de gauche, l’approche de sa politique sur le terrain présente des traits communs avec celle de Georges Mothron, homme de droite. Ils partagent une vision identitaire de la laïcité, vue comme appartenant intrinsèquement, substantiellement, à la République, avec bien sûr beaucoup de précautions de langage à Montreuil, où formellement l’on en appelle au « vivre ensemble ». L’un et l’autre ont choisi de privilégier comme partenaire l’une des branches de la communauté musulmane.

32La politique mise en œuvre à Montreuil est plus habile qu’à Argenteuil : officiellement aucune association musulmane n’est laissée de côté dans le cadre de l’actuel projet de mosquée. Le groupe inter-religieux semble garant d’une politique équilibrée. Le Centre civique d’étude du fait religieux apporte une légitimation dans le champ intellectuel et apporte un certain prestige à la ville. Mais finalement dans la pratique, il semble qu’il y ait plus d’autonomie du leadership musulman à Argenteuil qu’à Montreuil.

33Si l’on observe des similitudes entre droite et gauche, l’on a pu aussi vérifier que l’appartenance à la gauche pouvait déboucher sur des politiques très différentes, avec en toile de fond des visions de la laïcité différentes.

Bobigny, Créteil : deux « villes nouvelles », deux maires de gauche, deux politiques

Bobigny, l’affichage formel d’une politique civique

  • 21 Devenu aujourd’hui carré musulman de quatre communes de Seine-Saint-Denis.
  • 22 Reconduite comme maire en 2008.

34Bobigny, ville de 44 000 habitants, préfecture du département de Seine-Saint-Denis, est un lieu de mémoire musulman avec l’ancien hôpital franco-musulman, devenu Hôpital Avicenne, centre hospitalo-universitaire, auquel est adjoint en 1937 le premier et seul cimetière musulman21. Elle a été reconstruite dans les années 1970 selon l’urbanisme caractéristique des villes nouvelles, sans en avoir le statut. Bernard Birsinger (PCF) fut maire de 1995 à 2006. Décédé en fonction, il est remplacé par Catherine Peyge22.

35C’est lors des premières Assises, en 1998, qu’est adopté le principe de la construction d’une mosquée. La ville semble ainsi avoir une longueur d’avance, avant les attentats du 11 septembre 2001, avant les dissensions liées à la mise en place du CFCM. Pourtant en avril 2008, le chantier, commencé en 2006, est arrêté faute de financement depuis plus d’une année.

  • 23 Lors d’un entretien avec le porte-parole de l’UAM, ce dernier estimait que le changement survenu da (...)
  • 24 Haut Conseil à l’Intégration, L’islam dans la République, Paris, La Documentation française, 2000.

36Le projet est porté par des hommes encore jeunes et comprend à la fois l’édification d’un lieu de culte et celle d’un centre culturel. Malgré la décision de 1998, les contacts entre les membres de l’Association culturelle des musulmans de Bobigny (ACMB) et la municipalité sont très difficiles pendant plusieurs années et le projet est bloqué. Mais en 2001, l’attitude de Bernard Birsinger change23, sans doute en relation à sa contribution au rapport L’islam dans la République24. Une conseillère municipale déléguée aux relations interculturelles est chargée du suivi du projet, accompagnée techniquement par un chargé de mission aux relations interculturelles. L’absence de lien direct au cabinet du maire caractérise une situation exceptionnelle par rapport à nos autres observations, ainsi que le rattachement du culte musulman à la gestion des affaires interculturelles, qui tend à rendre invisible l’enjeu cultuel.

37Madame C a accepté la fonction en raison du « défi même qu’il y a sur la question de l’égalité ». Ce thème lui tient à cœur. Elle estime que son rôle est de rendre effective la liberté de culte inscrite dans la Constitution.

38Elle reconnaît la charge identitaire de l’appartenance religieuse dans une ville aussi diverse que Bobigny mais exclut toute reconnaissance de la diversité. Elle refuse tout autant le regard porté par « les défenseurs d’une certaine laïcité » et refuse aussi l’approche en termes d’intégration. « Le débat est qu’il y a des citoyens, qui sont français [...] qui ont le droit de pratiquer leur culte dignement. »

39Il y a un écart entre la vision de l’élue – purement civique – et celle de l’Association des musulmans de Bobigny (AMB), association cultuelle relevant de la loi de 1905 qui relie indissolublement la question de la mosquée et celle du Centre culturel, un centre dédié à la connaissance de la civilisation arabo-andalouse et à celle des pays arabes. La question de ce centre ne sera abordée ni dans l’entretien avec l’élue, ni dans l’entretien avec le chargé de mission. Un point aveugle qui étonne, tant le lien avec l’interculturel dans le projet semble flagrant.

40Le chargé de mission, quant à lui, a une vision à tonalité sécuritaire :

  • 25 Allusion à la tentative d’achat d’un terrain en zone industrielle par l’AMB, après qu’un premier te (...)

« Puisque les musulmans se sont organisés, nous leur avons donné les éléments pour qu’ils s’organisent comme association religieuse, et non pas une secte, et une fois que cela a été fait, nous avons exigé des musulmans que la mosquée soit construite en centre ville. C’est-à-dire que nous avons refusé toute tentative de transformation de locaux, caves ou entrepôts dans la zone industrielle25. Pour nous, les religions font partie de l’espace public et à ce titre-là, elles doivent avoir pignon sur rue. »

  • 26 Union des organisations islamiques de France, une des grandes structures représentée au CFCM, souve (...)

41Loin de valoriser la place centrale de la mosquée dans le paysage urbain, il en fait un élément de contrôle de la sécurité publique. Bien qu’il ne soit pas politiquement en charge du dossier, dans les faits, la déléguée étant souvent absente, sa vision des choses sera déterminante. Parlant des porteurs du projet, il estime : « Ces jeunes-là sont extrêmement sensibles à ce discours, le discours de l’UOIF26 et le discours du CFCM. » Il est vrai que ces « jeunes » sont issus de l’UOIF, qu’ils ont quittée pour fonder l’UAM 93. Monsieur Q estime qu’il y a des enjeux idéologiques et pas seulement religieux autour du projet de mosquée, qui expliqueraient le retard observé. Les responsables de l’AMB, eux, ont l’impression que le côté « tatillon » du travail du chargé de mission bloque l’avancée du projet.

42L’élue a une vision beaucoup plus confiante de ses partenaires. En revanche, elle est très réticente à l’égard de l’UAM 93 qui joue un jeu électoral qui lui semble malsain. Plus généralement, l’organisation des cultes au niveau local, via le statut d’association cultuelle, lui paraît plus adaptée à la résolution des problèmes que la mise en place d’un CFCM piloté au niveau national, suscitant des ambitions ayant peu à voir avec le règlement concret des problèmes.

  • 27 Journal officiel, 2/02/2002.

43L’AMB, association cultuelle relevant de la loi de 1905, déclarée à la préfecture de la Seine Saint-Denis en janvier 200227, est née de la demande insistante de la mairie, qui avait posé comme préalable à toute négociation l’adoption du statut de 1905. Ce résultat fut difficile à atteindre. Mais finalement « il y a un grand nombre d’avantages [au statut d’association cultuelle], notamment pour la collecte de l’argent », reconnaissent les dirigeants de l’AMB.

44Ils se réjouissent d’avoir rompu avec tout nationalisme : « Vous trouverez très rarement une mosquée gérée par des jeunes où ils mettent en avant le côté national. »

45Le 20 octobre 2003, le maire de Bobigny signe un bail emphytéotique avec le président de l’AMB, le loyer est fixé à l’euro symbolique. Le terrain est situé dans le futur centre ville. Le projet retenu s’inspire de la Kaaba de la Mecque. La maquette présente un ensemble architectural harmonieux, bien intégré dans son environnement urbain, qui pourra sans doute, s’il aboutit, contribuer au rayonnement de la ville et marquera son identité.

46De son côté, « le centre culturel présentera la culture arabo-musulmane, avec des lieux d’exposition, des conférences, des salles informatiques, tout ce qui peut mettre en valeur l’histoire et la culture arabo-musulmane dans un contexte social particulier, celui de Bobigny et du 93, avec tout ce qui peut aider : aide scolaire, multimédias. […] C’est un projet d’envergure, mais c’est vraiment un besoin qui existe dans le département où il n’existe pas de centre culturel de ce type ». La mosquée comme le centre culturel ne sont pas réservés aux musulmans : « Nous espérons que les gens viennent pour se faire une vision moins déformée de l’islam. »

47Le projet de 2007 est l’aboutissement d’un long cheminement parcouru de péripéties administratives. B. Birsinger, après 2001, s’était engagé clairement. Mais mes interlocuteurs ont le sentiment que la maire nouvellement en place connaît assez mal le dossier. Ils attendent la réponse des services d’urbanisme de la préfecture, dans l’espoir que soit accepté le transfert du bail vers une SCI, ce qui permettrait l’abaissement du coût du chantier. Le doute semble cependant permis.

48Les élections municipales de 2008 ont vu le renouvellement dans ses fonctions de maire de Catherine Peyge, qui gère dorénavant directement le dossier. C’est vraisemblablement le signe d’une prise de conscience. Malgré tout, la lenteur désespérante des négociations a pu décourager les donateurs. N’est-il pas trop tard ?

49Une dynamique non coopérative nous semble s’être progressivement installée entre élus de la ville et représentants musulmans. Peut-être des failles techniques ont-elles aggravé les choses. Que l’ACMB puis l’AMB aient dû proposer quatre projets pour qu’enfin le dernier soit accepté semble traduire un ajustement au coup par coup et dénoter un manque d’anticipation, de la part des deux parties. En réalité, l’organigramme mis en place par B. Birsinger en 2001 nous semble avoir été à l’origine des difficultés. Les interlocuteurs des acteurs musulmans, conseillère municipale déléguée et chargée de mission, avaient-ils le poids symbolique requis pour faire avancer un projet devenu plus difficile dans un nouveau contexte national et international ? Il ne le semble pas. Pourquoi en effet a-t-on voulu que les cultes soient rattachés à la question des relations interculturelles ? Y a-t-il eu à Bobigny la volonté de faire de l’islam un culte comme un autre ? Formellement, oui. Politiquement, symboliquement et dans la politique de communication, elle semble avoir fait défaut. La clarté et la confiance entre les acteurs, éléments indispensables d’un partenariat réussi, ont manqué et la responsabilité semble en incomber principalement à la mairie.

Créteil, une politique multiculturelle encadrée

50Comme Bobigny, Créteil, 90 000 habitants, préfecture du Val de Marne présente les caractéristiques d’une ville nouvelle sans en avoir le statut. Le maire socialiste, Laurent Cathala, est en fonction depuis 1977. La politique de la ville conduite à Créteil est très active, marquée par le souci de l’inclusion et de la cohésion sociale, en fédérant les diversités de la ville. Il me sera dit : « C’est une politique générale. On ne construit pas tout à coup une mosquée. C’est un ensemble de choses qui font que depuis toujours on essaye d’intégrer ». Au plan urbanistique, dans une ville en état d’achèvement, le projet de mosquée fait partie de l’aménagement de la pointe nord du lac de Créteil.

51Le 29 mai 2006, Laurent Cathala prononçait un discours devant une loge maçonnique du Droit Humain intitulé « Respect des cultes, de l’égalité et de la dignité : une exigence laïque et démocratique ». Morceaux choisis : « Comment parler de neutralité de l’État et de liberté dans l’exercice du culte quand il faut couramment 10, 20, voire 50 ans de luttes (comme à Marseille) pour arracher le droit d’ériger un minaret ? » ou : « Aujourd’hui leurs enfants [des migrants] et leurs petits-enfants interpellent avec vigueur notre modèle d’intégration républicain. Ils se sentent pleinement français, mais n’ont pas toujours la place qui leur revient dans notre société. Trop souvent victimes de discriminations à l’emploi, au logement, aux loisirs, ils sont peu représentés dans les sphères du pouvoir, la classe politique et les médias. S’ils affirment leur fidélité à leurs racines en revendiquant leur appartenance religieuse à l’islam, ils vivent comme une discrimination supplémentaire le manque de lieux de prière et de lieux de sépulture dignes » ; ou encore : « Il n’est pas facile d’accepter les différences, et l’invocation quasi-rituelle de la République est souvent le faux-nez du rejet de l’autre. L’idée de multiculturalisme doit-elle forcément être associée à celle de communautarisme, anglo-saxon de surcroît ? »

  • 28 On aura noté le I de Islam dans le discours écrit de L. Cathala, indice d’une vision civilisationne (...)

52Une interpellation du modèle républicain d’intégration, une reconnaissance du poids de l’histoire coloniale, une invitation à l’acceptation des différences et de la reconnaissance du multiculturalisme, voici des idées que nous n’avons pas trouvées dans les autres cas explorés. Le maire de Créteil met ainsi le doigt, au-delà de la gestion de la pluralité religieuse, sur un thème peu exploré en France, celui, plus général, de la gestion du pluralisme culturel28.

53Pour NK, qui me reçoit au cabinet du maire, la montée générale de la demande de lieux de culte est un « signe d’ancrage, de sécularisation », car, évoquant la marche dite des « beurs », elle analyse : « Ça a été tout d’un coup une prise de conscience. […]. On va rester ici, on n’est plus de passage, on est des Français. Et ensuite, l’étape après […] ça implique aussi le droit de pratiquer son culte dans les mêmes conditions que les autres religions. »

  • 29 Lui-même, au moment de l’entretien, a 42 ans et travaille nous dit-il à l’Éducation nationale.

54En 2003, plusieurs associations musulmanes expriment auprès du maire une demande de construction d’une mosquée. La municipalité pose une exigence : la constitution d’un interlocuteur unique. C’est ce qui fut fait avec l’Union des associations musulmanes de Créteil (UAMC), une association cultuelle 1905 construite en accord des trois associations gestionnaires des lieux de cultes existants. La réunion des associations a été assez rapide, même s’il a fallu dépasser des visions différentes de l’islam, plus ou moins rigoristes nous dit madame K. Le président de l’UAMC reconnaît que le regroupement des associations est lié à une demande du maire, mais pour lui, les différences ne sont pas liées à la vision de l’islam, et c’est plutôt l’aspect générationnel et cosmopolite qui est mis en avant : « Il y a des origines nationales différentes. Mais c’est plutôt une différence de génération, d’âge29. On n’a pas la même façon de voir les choses. La pratique est la même. On n’a pas eu beaucoup de difficultés à s’unir. » Quoi qu’il en soit, le désir de disposer d’un beau lieu de culte l’a emporté sur les possibles différences de vue des trois associations. La constitution d’une association cultuelle garantissait par ailleurs l’ancrage local du projet, condition requise par le maire :

55« Quand les projets nous viennent, on regarde d’où ils viennent. […]. Des grandes manifestations ou des grands mouvements nationaux, s’ils ne sont pas relayés par des gens qui portent ça au niveau local, ça n’intéressera pas le maire. […]. Si c’est porté par des gens au niveau local et qu’il sent que ça correspond à un besoin, là, il va mettre tous les moyens. »

56La dimension sécuritaire n’est pas absente. NK précise : « Je pense qu’une mosquée qui justement recoupe différentes tendances, qui regroupe différentes sensibilités à l’intérieur de l’islam, va être un rempart contre toutes les dérives sectaires de façon générale. » Mais cette dimension n’est pas première, les acteurs musulmans étant purement locaux et le besoin d’un lieu de culte évident.

  • 30 Journal départemental 24 heures, 11/10/2004.

57S’est alors enclenché le processus qui devait conduire à l’engagement des deux parties, maire et associations musulmanes, autour de l’actuel projet de mosquée. Une dynamique musulmane préexistait, les collectes de dons ayant commencé en mai 2002, les premiers contacts avec la mairie ayant eu lieu au début de l’année 200330.

58Les choses ont été facilitées par l’existence d’un dialogue inter-religieux instauré dès les années 1980 à Créteil.

59La réalisation du projet a engagé la mairie dans un soutien technique fort, car « ce n’est des gens tout simples, ce n’est pas des idéologues, ce n’est pas non plus des gens qui ont l’habitude de monter des projets […] ». Le projet est en effet d’envergure : la mosquée de Créteil, située au bord du lac de Créteil, conçue selon une architecture contemporaine intégrant la symbolique islamique (dôme et minaret), sera accompagnée de la construction d’un centre culturel comportant un hammam, un salon de thé, une librairie avec une petite salle d’exposition et des salles polyvalentes. Le souci est double : assurer l’équilibre économique de la structure et faire de l’ensemble un lieu ouvert, que les Cristoliens puissent s’approprier. Cette ouverture a été fortement voulue par la mairie :

« Pour la mairie, c’était évident que si on avait l’opportunité de faire un lieu de culte pour la communauté musulmane, on voulait que ce soit quelque chose qui ne soit pas une parenthèse dans la ville, mais que tout le monde puisse s’approprier, de même que l’église de la ville. » Mon interlocuteur musulman partage le point de vue de la municipalité : « Dans la négociation, si on voulait que la mosquée soit sur ce site, il fallait […] que cette mosquée soit un monument, un bâtiment enrichissant le patrimoine culturel et cultuel de la ville. Il n’y a pas que le côté cultuel. On a souhaité que ce soit un endroit convivial ouvert à tous les Cristoliens. […]. On s’est mis d’accord pour avoir un bâtiment en accord avec le site. […]. On ne voulait pas d’une architecture importée. […]. Il y un besoin de répondre aux symboles : un dôme et un minaret. Mais c’est une architecture moderne. »

60Si l’engagement de la ville a été clair très rapidement, le maire a déployé une activité intense de concertation au sein des comités de quartiers, qui a duré plusieurs mois. En effet, le contexte global joue aussi à Créteil et il a fallu prendre le temps de convaincre. Des débats ont eu lieu dans tous les comités de quartier. L’hypothèse d’un référendum a été évoquée un moment, mais le maire s’y est opposé, aucun autre lieu de culte n’ayant donné lieu à une telle démarche.

  • 31 Le Parisien, 9/10/2004 titre « Mosquée : Comment la mairie tente de rassurer les riverains » et fai (...)

61La concertation fut conçue comme une opération de grande envergure, car, selon mon interlocutrice, la construction d’une mosquée est quelque chose qui ne « va pas vite, parce qu’un maire risque son poste, tout simplement 31 ».

62Soutien logistique au projet, vaste opération de communication, la mairie s’est impliquée très fortement sur le dossier de la mosquée.

63Le même soin sera mis au montage du dossier. Fin 2003, le Conseil général cédait à la ville un terrain à proximité du lac de Créteil pour un euro symbolique. Un bail emphytéotique est ensuite accordé par la mairie contre un loyer de 15 000 euros par an à une SCIC constituée, en tant qu’association cultuelle de l’UAMC et de l’Association pour la gestion et l’animation des espaces culturels du centre cultuel et culturel de la mosquée de Créteil. La mairie avait pris soin pour l’expertise du dossier de demander celle d’un vice-président du CFCM, qui avait suivi le projet de mosquée de Strasbourg. Sur la partie culturelle du projet, la commune a accordé une subvention d’un million d’euros. Pour le reste, les acteurs musulmans ont été très dynamiques :

LC : « C’est clair, net et précis : la partie cultuelle sera financée à 100 % par les fidèles, par la communauté musulmane, par des dons et des collectes sur les marchés. C’est une première. Avant de commencer la construction on avait 1 600 000 euros, aujourd’hui on a 2 200 000 euros. Depuis trois ou quatre ans, on a collecté des fonds sur tous les marchés d’Île-de-France […]. Des frères commencent avec 200 ou 300 000 euros. Nous, on avait décidé de ne pas commencer avant d’avoir 80 % du montant du montage financier. »

64Le cadre établi par le maire a incontestablement donné le coup d’envoi au rapprochement organisé des trois associations gérant les divers lieux de culte. L’originalité repose sur l’alliance de la laïcité et de la diversité, celle-ci étant vue comme une ressource pour le « vivre ensemble ». La conception urbanistique et architecturale elle-même découle de cette vision qui, dans le paysage politique français, actuel apparaît novatrice. Fin 2008, le projet était en cours d’achèvement.

  • 32 Franck Frégosi (dir.), op. cit., p. 164.
  • 33 Laurent Cathala a été réélu en mars 2008.

65Laurent Cathala représente assez bien le « visionnaire audacieux » identifié par Franck Frégosi32. Convaincu de la nécessité de rétablir l’égalité de traitement en faveur du culte musulman, il ne l’a pas fait clandestinement. C’est un projet assumé, débattu dans les comités de quartier, dont les comptes-rendus sont publics. Le risque politique est accepté, mais tous les moyens sont pris pour que le débat entraîne le consensus33. Le président de l’UAMC tient des propos élogieux : « On a de l’admiration pour les hommes politiques qui tiennent leur engagement. Il répond aux besoins de ses concitoyens. Il connaît sa ville mieux que quiconque. »

66Ainsi le maire de Créteil a su mettre en place une dynamique vertueuse, fondée sur la confiance entre les acteurs. On ne trouve pas, comme à Bobigny, de contrôle précautionneux, mais au contraire un appui logistique constant. Ayant posé un cadre institutionnel, travaillant avec un acteur musulman local, motivé, sans doute un peu faible, le maire a mis tous les moyens en œuvre pour faire aboutir le projet.

67La pratique de la ville de Créteil, qui se présente comme le prolongement d’une politique locale de cohésion sociale, valorise la diversité culturelle comme une ressource. Elle « détonne » avec le discours républicain identitaire entendu dans les autres communes étudiées, tout en s’appuyant sur les principes constitutionnels, rappelés avec constance.

Rosny, quand le maire accompagne une dynamique musulmane autonome

  • 34 Il est également réélu en mars 2008.

68Rosny-Sous-Bois, une ville de 40 000 habitants où dominent les activités tertiaires, jouxte la ville de Montreuil. Le maire, Claude Pernès, Nouveau Centre, est en place depuis 198334. Il avait alors succédé à un maire communiste. Il est le seul maire à avoir souhaité me rencontrer. Il présente une version a priori accueillante par rapport à l’islam, qu’il explique par un certain pragmatisme.

CP : « Les premiers pas ont été faits par les musulmans eux-mêmes qui se sont organisés et qui ont demandé à rencontrer les élus locaux avec plus ou moins de succès selon les tempéraments, les histoires, les poids relatifs, les situations géographiques… Moi, j’ai un discours plutôt d’accueil […]. » « Je suis un pragmatique. On a une deuxième religion. Les églises se vident. Les synagogues se maintiennent. Voilà la situation ! Est-ce que je m’insurge ? Est-ce que j’essaye de faire avec ? »

69Ses relations avec les acteurs musulmans se sont structurées « depuis la création de l’association, c’est-à-dire les six dernières années, durant le dernier mandat ». De fait, la création de l’Association des musulmans de Rosny (AMR) semble plus ancienne. Mais celle-ci est membre de l’UAM 93, qui s’est effectivement créée en 2001.

70Claude Pernès relie le cas de Rosny à la dynamique du département : « La Seine-Saint-Denis est très à la pointe de la deuxième religion [de France]. Je suis invité aux vœux de l’Union des associations musulmanes. » De fait, il participe depuis longtemps au dîner annuel de l’UAM. En février 2007, il y avait, me dit-il, 6 000 participants et François Bayrou lui-même, alors candidat, était présent.

71Il manifeste une vision très politique de l’islam. Pour lui, la France se dirige vers la prise de pouvoir des musulmans. Sa relation aux acteurs musulmans est directe. Au moment de l’entretien, il doit se rendre dans les jours à venir à « la mosquée » – la salle de prières qu’il a accordée à l’AMR – pour un débat concernant les… législatives, alors qu’il est candidat.

Pour lui, les choses sont claires : « Ils sont dans une quête de reconnaissance et ils ont à mon avis… très clairement, ils revendiquent clairement le pouvoir. »
FD : « Ce qui veut dire ? »
CP : « Ils disent : inscrivez-vous dans les partis, prenez des responsabilités, devenez député, ministre, et ça va jusqu’à président de la République. »

72Le maire reconnaît une demande de citoyenneté, d’inclusion dans la République, mais il estime que la recherche du pouvoir est le réel moteur de ses concitoyens musulmans, la démographie devant favoriser cette ambition, même s’il faudra « quelques dizaines d’années ». Il a une vision très personnelle de ses relations avec les représentants religieux : « mes représentants musulmans », « mon curé ».

Contrairement au discours dominant, qui s’alarme du repli de l’islam, il ressent au contraire une volonté d’expansion : « Ils sont dans une période d’expansion et non de repli. Regardez le foulard. Je l’ai vu apparaître il y a plusieurs années. Il y a une montée. C’est sûr qu’entre l’islam des caves dénoncé et aujourd’hui une revendication […] sur les lieux de culte, tout cela est vraiment en pleine lumière. »

Un peu plus tard, il estime qu’on observe « une volonté de rattraper le temps perdu, d’aller à marche forcée vers une reconnaissance ouvrant le maximum de portes. Ça va passer par des prises de position politiques extrêmement structurées, organisées. Les interlocuteurs et les représentants que je rencontre (l’UOIF, je les rencontre souvent), sont hautement formés. Il n’y a pas l’ombre de leur part, – comment dirais-je ? – de sentiment d’infériorité. »

Le président de l’AMR, TB, présente les choses sous un regard bien différent : « Et surtout, notre premier objectif c’était justement d’essayer de redonner ou bien de donner, de changer si on veut dire, un petit peu l’image de l’islam en France. C’est-à-dire parce que nous on souffre d’une chose, c’est l’amalgame. Tout ce qui est arabe automatiquement est des musulmans, ce qui est faux. » Là où le maire voit avant tout objectif politique, TB met l’accent sur la question de l’acceptation de l’islam par la société française.

73Habité par sa vision de l’islam, Claude Pernès prend soin d’accueillir et d’assister à deux événements qui se déroulent chaque année sur le territoire de sa commune : une journée du savoir, événement national visant à récompenser les « enfants méritants » par des remises de prix, et un débat annuel avec « un grand prêcheur genre Tariq Ramadan ».

74Mais pour le maire, l’engagement nouveau, le plus fort, est celui de la construction d’une « grande » mosquée à Rosny. Le projet « comprendra un centre cultuel et un centre culturel. L’ambition affichée est d’avoir un véritable lieu, ayant pignon sur rue, qui abrite donc des manifestations culturelles en plus du lieu de culte ». Il est porté par l’AMR. Le terrain sera mis à disposition par la ville. Quant au financement, « La seule chose que j’ai demandée : pas d’argent saoudien ». Concernant la configuration institutionnelle, aucune solution précise – par exemple combinaison d’une association 1901 et d’une association 1905 – n’est retenue au moment de l’entretien, ce qui semble assez surprenant.

75Explicitement, Claude Pernès a une vision de l’islam accueillante. Mais il est sensible à d’autres représentations :

« Quand vous entendez parler du Coran à travers les personnes qui m’en parlent, je vous assure que vous avez là une religion exemplaire, à laquelle on n’a rien à reprocher en termes de paix, de solidarité, bref, tout ce que doit être une religion. […] Après, il y a les excès de la religion. Je vais vous donner un exemple : la femme, le rôle de la femme. On a eu une femme battue qui est morte l’année dernière, une musulmane. Elle s’appelle Rahma. »

76Il est choqué que l’AMR lui ait demandé de renoncer à inaugurer un « Square Rahma » en l’honneur de la victime. Il est difficile en effet de voir le lien direct entre religion et violence conjugale. Pourtant ce lien semble évident à Claude Pernès, qui estime en outre que : « le rôle de la femme, le prophète, par rapport à sa personne, tout cela… sont des choses qui sont, je dirais, par rapport à la religion catholique, il y a encore une modernisation importante à faire. »

Le voile aussi lui pose question : « [Au Bourget] j’ai participé à un débat avec Mamère. J’ai dû me faire siffler lorsque j’ai dit : le voile est un frein à l’intégration. »

FD : « C’est un frein à l’emploi. »

CP : « Arrêtez, c’est de la vie de tous les jours ! Vous me voyez faire la cour à une femme voilée ? […] Je leur ai dit : le temps que les femmes voilées intègrent les partis politiques…, j’ai senti que j’avais marqué un point. Je leur dis : je peux vous dire que votre religion est la meilleure. Mais il faut que je vous dise ce que j’entends. Si je ne vous le dis pas, qui vous le dira ? Voilà ce qu’on ne veut pas voir. »

77Président de l’Association des Maires d’Île-de-France, il reconnaît que dans le domaine des relations avec les représentants musulmans « chacun vit sa vie ». Il conclut l’entretien en ces termes :

« Moi-même quand je parle, je me cherche en même temps. Je profite de mes instants de parole pour approfondir ma propre religion. Et ma religion, c’est qu’ils sont citoyens de la République française dans une ville dont je suis le maire et je dois faire en sorte qu’il y ait une coexistence harmonieuse. Mais je leur dis : ne venez pas seulement me voir en me demandant, maintenant il faut que vous (il souligne ce vous) soyez actifs. Je les force à venir au Conseil, aux réunions de parents d’élève, je les invite à s’inscrire à des associations autres que le religieux (sport, etc.). »

78On verra plus loin la version du président de l’AMR. Elle ne concorde pas avec ce discours volontariste.

79C. Pernès est, en tout cas, un homme d’action qui a le sentiment de relever un défi et de tenir la barre dans sa relation à ses interlocuteurs musulmans.

  • 35 Journal électronique Saphirnews, 24/01/2006.

80L’AMR est née de la collaboration de deux hommes dont l’un, décédé depuis à l’âge de 50 ans, fut le fondateur des Jeunes Musulmans de France (JMF) en région Centre dans les années 1990. Lorsqu’il meurt, 4 000 personnes selon Fouad Bahri35 assistent à son enterrement. L’autre dirigeant, TB, un ami proche du fondateur, a partagé l’expérience des JMF. C’est lui qui nous présentera le point de vue le l’AMR :

« Quand on a créé l’association, il y avait un grand débat entre nous […]. Le fait de l’appeler Association des musulmans de Rosny, est-ce que ça ne va pas être un frein ? Et puis l’appeler autre chose que l’association des musulmans, ils savent très bien que nous sommes musulmans. Allez, ça change quoi ! Et aussi, il y a un objectif… […] On a dit bon, on a choisi, on a opté pour Association des musulmans de Rosny pourquoi ? Parce que on a remarqué que certains jeunes, malgré qu’ils soient délinquants, je parle des jeunes, allez, qui se disent musulmans […], ils s’appellent Mohamed ou ils s’appellent Karim, alors pour lui, il est automatiquement musulman. Il est fier, il le revendique, mais ses actes sont très loin de l’islam, d’un musulman. […] quand même que tout ce qui touche à la religion, ils le respectent. […]. Et on a dit, bon, a on va essayer de toucher ces jeunes là. Mais la majorité de nos actions sont purement laïques. »

81Par ailleurs, l’AMR s’est construite en tenant compte d’autres expériences associatives musulmanes en Île-de-France et a constaté qu’une source importante de conflits dans les associations musulmanes, notamment celles qui gèrent des lieux de culte, était le nationalisme.

Du coup, « le choix c’était d’avoir des gens du mouvement civil, des gens qui ont… Prenez par exemple le bureau […] on a pris un représentant de chaque communauté. On trouve des Marocains, des Algériens… Ils sont pratiquement tous français, mais d’origines différentes. Il y a des Français qui se sont convertis, des femmes. […] tout le monde est représenté. […] ce point de vue là, on l’a gagné ! »

82L’islam est ainsi le socle de l’action de l’AMR, mais les moyens sont adaptés aux nécessités de l’action sociale locale. Des actions « laïques » donc, et un moteur qui est celui d’être considérés comme des Français à part entière : « Tout ce que nous voulons, en tant que Français et musulmans, c’est qu’on soit en gros acceptés. Car il y a un mot dont j’ai horreur : intégration. […] J’ai remplacé ce mot par acceptation. »

83TB affirme ainsi le passage d’un islam caché à un islam de dignité et de contribution à la vie sociale et civique. Un islam portant le message de la citoyenneté et de la participation.

84Les relations avec le maire ont d’abord été difficiles. Il a fallu du temps et la conduite de nombreuses actions sociales ou sportives de proximité pour arriver à améliorer la situation. L’AMR aurait souhaité travailler dans les centres sociaux, où se trouvaient les jeunes musulmans, mais « c’était la période du GIA ». Sans doute aussi était-il difficile pour un maire d’autoriser l’intervention directe dans ces centres d’une association dont l’intitulé était religieux. Quelques années plus tard, la situation a totalement changé et les initiatives dans les centres sociaux sont régulières – conférences, compétitions sportives, tombola, repas, etc.

85En parallèle, des initiatives sont prises en matière de dialogue inter-religieux et il est question de créer avec la communauté juive une fondation pour la fraternité. Les rapports avec l’Eglise sont qualifiés de « très bons ».

  • 36 Entretien avec TB. D. Bouzar a écrit plusieurs livres. Il s’agit sans doute ici d’une allusion au p (...)

86L’expérience de Rosny est même devenue par l’intermédiaire de Dounia Bouzar36 un cas d’école :

« Dounia Bouzar, qui a fait une étude pour le ministère de la Justice sur le rôle des associations musulmanes. Elle a sillonné plusieurs associations. Quand elle a commencé à discuter avec moi, elle a dit : “Ce que le ministère de la justice veut en France, vous l’appliquez vous-mêmes” et elle a abandonné toutes les autres associations et s’est fondée sur le travail fait ici. L’AMR est la seule association du 93 qu’elle a retenue. »

87Quant au maire, « on ne dirait pas que c’est la même personne ». Il a fallu pour cela « beaucoup de patience ».

88L’AMR intervient aujourd’hui au-delà du terrain purement local et est dorénavant un partenaire reconnu par la préfecture, qui l’a invitée à siéger dans une structure de lutte contre la délinquance, en l’occurrence le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CSLPD).

89Originalité : le président de l’AMR ne met pas en cause les médias ou les hommes politiques au premier chef. Ce sont les musulmans eux-mêmes qui sont responsables de la situation, dit clairement le président de l’AMR : « Ce que je reproche aux musulmans, c’est de ne pas faire le pas d’aller vers les autres. »

  • 37 Sur ce point, la démarche locale est peu susceptible de faire évoluer les représentations nationale (...)

90L’AMR a rencontré jusqu’aux représentants locaux du FN, qui ont totalement changé leur point de vue sur leurs concitoyens musulmans37.

91En tout cas, la solution pour TB passe par l’action de proximité :

« [Voici] comment personnellement je vois la chose. L’idée phare : nous, en tant que musulmans, on n’est pas responsable du résultat, mais d’une chose : communiquer, transmettre. Au niveau de Rosny, on a gagné. Moi, je suis plus pour le local que pour le national. Qui fait le national si ce n’est le local ? Si tous les musulmans font dans leur ville un travail de proximité, de citoyen, […] s’ils sont présents partout, parlent avec tous, pas qu’entre musulmans. »

92L’AMR a également été présente lors des émeutes de 2005 et son travail social reconnu, puisque TB s’est retrouvé être la seule personne accompagnant les jeunes dans le bureau de Dominique de Villepin. Finalement : « Il est où le religieux dans tout cela ? »

93Ainsi, le travail effectué par l’AMR est avant tout un travail de proximité, dans un contact étroit avec la population, et prioritairement les jeunes. La démarche est enracinée dans une conviction religieuse. Mais celle-ci ne donne pas lieu à prosélytisme. Elle est, conjointement avec une volonté de se sentir accepté comme Français, le terreau pourrait-on dire, dans lequel s’enracine un engagement social diversifié de tous les instants. Un engagement vécu avant tout comme acte de citoyenneté, et en toute laïcité.

TB lui-même se revendique de celle-ci : « Vous savez, je suis laïque. Si je le dis dans une salle où il y a des musulmans, 70 % vont être choqués. Il y a une confusion ente laïcité et athéisme. Si vous allez chercher l’origine de la laïcité, c’est l’islam. »

94On a là un discours bien différent de celui du représentant de la FCAMM à Montreuil, un discours qui manifeste une appropriation personnelle et autonome d’un concept à partir d’un socle qui est celui de la foi, et qui peut faire écho, auprès des musulmans, comme des non-musulmans et participer d’un dialogue sur des bases égalitaires, loin de l’« injonction d’intégration » évoquée plus haut.

95L’entretien n’a que brièvement porté sur des questions se rapportant aux besoins liés à la pratique de la foi musulmane à Rosny. Mon interlocuteur avait bien plus à dire sur les activités sociales de l’AMR que sur ces thèmes-là. Et certes, cela est à mettre en relation avec un formidable désir de reconnaissance. En même temps, le cœur du travail tourne autour des jeunes, de leur capacité à s’insérer, à trouver leur place, à la prendre, et le discours relie cet investissement à la foi, qui reste le fondement de l’action. Quant à la pratique du culte, c’est important, mais :

TB : « La mosquée, ce n’est pas le premier problème. C’est un projet. […] Pour la mosquée, le terrain est toujours là. On a fait des plans. Il y a une promesse du maire. Le jour où l’on aura signé, on mettra le paquet. Mais c’est la classe ouvrière. Ils gagnent au maximum 10 000 francs par mois. Le maire ne veut pas de l’argent de l’étranger. Moi aussi. »

  • 38 Rencontré par ailleurs au cours de l’enquête.
  • 39 Cela est relevé dans l’article de Xavier Ternisien « Les « barbus » dans le 9-3 », paru dans Le Mon (...)

96Ainsi la vision très politique de Claude Pernès sur la portée de l’action de l’AMR, ne correspond pas à l’image qu’en donne le président de l’association. Certes, l’AMR est membre fondateur de l’UAM 93, qui se présente sans complexe comme un lobby, n’hésitant pas à calquer son action sur les modes d’intervention du CRIF. Mais le discours du porte-parole de l’UAM38 et celui de TB sont très éloignés. L’un se soucie avant tout d’efficacité électorale de court terme, tout comme d’ailleurs les personnalités qui fréquentent leur dîner annuel – dont le maire de Rosny –, mais l’autre témoigne d’un parcours de longue durée, porté par des valeurs, traduit en actions, avec au fil du temps une capitalisation de l’expérience, un parcours qui a suscité visiblement un changement de regard. Changement de regard du maire (« on ne dirait pas que c’est la même personne »), changement de regard de la population – en témoigne l’extrême affluence à l’enterrement d’un militant associatif –, changement de regard de la préfecture, changement de regard des renseignements généraux39.

97Il en résulte apparemment une dynamique vertueuse qui conforte la capacité d’entraînement de l’AMR. L’on peut ainsi penser que si le maire suit le mouvement, avant tout dans un intérêt électoral, il ne le structure pas. Les relations mairie/association paraissent à ce jour connaître un certain équilibre. Le projet de mosquée, correspondant à un réel besoin, puisqu’il n’existe à ce jour qu’une salle de prière, sera apprécié, mais ne donnera vraisemblablement pas lieu à une « rente électorale ». Et quelques musulmans seront peut-être tentés un jour prochain de pousser la citoyenneté à son terme en se présentant aux élections, mais simplement en tant que citoyens français.

Conclusion : il existe des politiques locales de l’islam à questionner

Une exception musulmane

98Officiellement, les cultes ne relèvent pas d’une gestion locale. Dans les faits, les conditions dans lesquelles les musulmans peuvent accéder à la pratique de leur culte dépendent du cadre fixé par le maire.

  • 40 Selon une expression de Claire de Galembert.

99Dans chacune des communes étudiées, le dossier « islam » est perçu comme délicat. C’est à une véritable « exception musulmane » que l’on a à faire. La question de la discrimination peut être légitimement soulevée. La mosquée joue le rôle « d’objet transactionnel »40. C’est autour d’elle que se noue le système d’acteurs, dans une relation asymétrique.

Le maire, un acteur stratégique

100Le maire est l’acteur déterminant. C’est lui qui désigne l’élu et le service en charge des questions relatives au culte musulman, qui légitime tel acteur plutôt que tel autre, qui l’invite à adopter tel statut juridique, qui va faciliter ou non l’achat d’un terrain, d’un immeuble ou mettre à disposition un terrain par bail emphytéotique, offrir une logistique, etc. C’est encore lui qui va plus ou moins « mettre en scène » l’avancée du projet. Plus que son étiquette politique, c’est sa vision de la laïcité et de l’islam ainsi que sa personnalité qui expliquent les orientations mises en œuvre. Les représentations issues de l’histoire pèsent ici de tout leur poids.

Les acteurs musulmans peuvent ou pourront avoir des marges de manœuvre

101Ces marges seront liées au capital d’expérience et au capital relationnel ou social mobilisable. Nous avons distingué les associations en relations « faibles » (Montreuil, Créteil), et d’autres qui nous paraissent plus « fortes ». Les situations ne sont évidemment pas statiques. Des acteurs faibles aujourd’hui peuvent prendre de l’assurance et à l’avenir rééquilibrer leur relation avec la municipalité.

102Par ailleurs, l’émergence de dynamiques départementales est un élément de contexte que l’on ne peut négliger, comme celle de dirigeants de deuxième génération, peu sensibles au nationalisme des pays d’origine.

Des politiques diversifiées et une inégalité dans l’accès au culte

  • 41 « La typification est ainsi l’exercice du chercheur qui s’efforce de construire son objet d’étude e (...)
  • 42 Et non pas perçu. Dans une perspective civique, on imagine la volonté d’un maire de vouloir normali (...)

103On peut proposer une première typification41 des politiques observées :
- Bobigny pourrait illustrer le cas d’une « politique civique » : la place de l’islam dans la cité est abordée par la municipalité dans une optique de mise à égalité, l’islam étant voulu42 comme une religion comme une autre.
- Nous pourrions attribuer la qualité de « politique d’ordre public » à la politique conduite à Argenteuil. Entre « charte de l’islam argenteuillais » et « cérémonie républicaine », l’orientation du maire est affichée.
- La politique conduite à Montreuil est fondée sur une vision de la laïcité de type identitaire, articulée à une stratégie de « containment » de l’un des acteurs musulmans. On pourrait parler d’une « politique de contrôle social ».
- À Créteil, la sensibilité multiculturelle est forte. Mais il faut rendre compte de l’asymétrie entre la municipalité et son interlocuteur musulman. Aussi est-il proposé de parler d’une « politique multiculturelle encadrée ».
- La politique suivie à Rosny est clientéliste, mais s’accompagne d’une certaine estime de la part du maire en direction des musulmans. Il existe aussi la dimension d’un défi à assumer. On pourrait dire que c’est une « politique entre électoralisme et défi ».

104Cette « gamme » diversifiée de politiques locales en direction de l’islam manifeste clairement une inégalité de traitement concernant la pratique de l’islam. Une situation contraire aux exigences du principe constitutionnel de la laïcité.

La responsabilité du politique : une nécessaire mise à plat

105On ne peut attendre de l’évolution spontanée des situations locales qu’elles assurent une égalité de traitement et au delà une acceptation de l’islam.

106La question reste donc posée de l’interrelation entre des politiques locales qui seraient inclusives et des représentations et débats nationaux encore très empreints de visions négatives et/ou sécuritaires. Un engagement volontariste conjoint des autorités locales et nationales visant à mettre en valeur les réussites locales, en particulier via les associations d’élus, pourrait jouer un rôle intéressant. Le problème est de savoir comment et par qui pourraient être valorisées des expériences locales allant dans le sens de l’ouverture, de l’acceptation et non de la mise au pas. Les acteurs politiques, élus et partis, ont à se situer clairement sur cette question.

107Les musulmans eux-mêmes, ainsi que le notait le président de l’AMR, ont à se manifester et oser provoquer le dialogue au niveau décentralisé. Ils ne peuvent attendre passivement d’être l’objet de l’attention des autorités locales.

Haut de page

Notes

1 Hélène Régnier, INRETS, communication : « Saisir le sens de l’action publique par ses effets sur les territoires : état des lieux et pistes de réflexion sur la complexité et la technicité de l’action publique territoriale », colloque Les politiques publiques à l’épreuve de l’action territoriale, Association française de sciences politiques (AFSP), 15-16 juin 2006, Grenoble.

2 Selon l’expression de Jocelyne Césari, L’islam à l’épreuve de l’Occident, Paris, La Découverte, 2004.

3 Qui ont notamment doté les communes de la compétence en matière d’urbanisme.

4 J. Césari, Sakina Bargach et Damani Moore, « L’islamisation de l’espace public français », CEMOTI, Cahiers d’Etudes sur le méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 33, 2002.

5 Article 1er de la Constitution française : « La France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. »

6 Nous préférons ce terme à celui d’intégration. Sur l’histoire de ce concept en France, on pourra lire l’article de Danièle Lochak, « L’intégration comme injonction. Enjeux idéologiques et politiques liés à l’immigration », Cultures & Conflits n° 64, 2006, p. 131-147.

7 Qui a produit un annuaire des mosquées de France, devenu une référence : aucun lieu n’est cité sans avoir été visité. Franck Frégosi (dir.), Les conditions d’exercice du culte musulman en France. Analyse comparée à partir d’implantations locales de lieux de culte et de carrés musulmans, FASILD, Paris, 2004, p. 45.

8 Ahmed Boubeker et Hervé Paris, « Les lieux communautaires de l’islam rhodanien », in Ahmed Boubeker et Franck Frégosi, L’exercice du culte musulman en France. Lieux de prière et d’inhumation, FASILD, La documentation française, 2006.

9 Selon l’expression de Bernard Godard, rencontré au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur en juin 2006.

10 Réélu député en 2007, il perd cependant la mairie en 2008.

11 Il s’agit de M. Yashar Ali dont la situation est décrite par Pierre Daum, Libération, 14/03/2004.

12 Communiqué par l’une des associations musulmanes rencontrées et non par la mairie.

13 Charte de l’islam argenteuillais, article 1er : « Objet de la Charte ».

14 Cette association de traitement entre les cultes juif et musulman sera retrouvée ailleurs (à Montreuil par exemple).

15 Au moment de l’enquête, aucune des « mosquées » ne ressemble encore à l’image habituelle d’une mosquée du point de vue architectural.

16 Cf. Mohammed Taïfour, « Le cheikh de Montreuil », Le Monde, 3/03/2008.

17 C’est dans son canton que doit être construite la future mosquée.

18 Plus précisément, il semble que la mise en place du Centre civique d’étude du fait religieux ait été suggérée à Jean-Pierre Brard par M. Arkoun lui-même. Cf. E. Dassonville, « Le Centre civique d’études du fait religieux », Pouvoirs locaux. Les cahiers de la décentralisation, mai 2006, p. 120.

19 Rédigé avec l’aide du philosophe Henri Pena-Ruiz.

20 Jean-Pierre Brard a présenté l’expérience de la ville de Montreuil dans le numéro de mai 2006 de la revue Pouvoirs locaux, Les cahiers de la décentralisation.

21 Devenu aujourd’hui carré musulman de quatre communes de Seine-Saint-Denis.

22 Reconduite comme maire en 2008.

23 Lors d’un entretien avec le porte-parole de l’UAM, ce dernier estimait que le changement survenu dans la position de Monsieur Birsinger était lié à la perte de son mandat législatif. Il est vrai que l’UAM se constitue au lendemain des élections municipales de 2001 et qu’elle a son siège dans un local mis à disposition pour un prix symbolique, partagé avec l’Association culturelle des musulmans de Bobigny et l’Association cultuelle des musulmans de Bobigny. Cependant, M. Birsinger avait déjà participé à l’époque aux travaux du Haut Commissariat à l’Intégration.

24 Haut Conseil à l’Intégration, L’islam dans la République, Paris, La Documentation française, 2000.

25 Allusion à la tentative d’achat d’un terrain en zone industrielle par l’AMB, après qu’un premier terrain promis leur a été retiré pour des raisons peu claires à leurs yeux.

26 Union des organisations islamiques de France, une des grandes structures représentée au CFCM, souvent diabolisée, étant considérée comme proche des Frères Musulmans. Dans les faits, cette organisation est aujourd’hui largement « endogène ».

27 Journal officiel, 2/02/2002.

28 On aura noté le I de Islam dans le discours écrit de L. Cathala, indice d’une vision civilisationnelle.

29 Lui-même, au moment de l’entretien, a 42 ans et travaille nous dit-il à l’Éducation nationale.

30 Journal départemental 24 heures, 11/10/2004.

31 Le Parisien, 9/10/2004 titre « Mosquée : Comment la mairie tente de rassurer les riverains » et fait état d’un « climat passionnel » lors de la réunion du comité de quartier Brèche-Préfecture.

32 Franck Frégosi (dir.), op. cit., p. 164.

33 Laurent Cathala a été réélu en mars 2008.

34 Il est également réélu en mars 2008.

35 Journal électronique Saphirnews, 24/01/2006.

36 Entretien avec TB. D. Bouzar a écrit plusieurs livres. Il s’agit sans doute ici d’une allusion au premier de ceux-ci : L’islam des banlieues. Les prédicateurs musulmans, nouveaux travailleurs sociaux ? Syros, 2001.

37 Sur ce point, la démarche locale est peu susceptible de faire évoluer les représentations nationales.

38 Rencontré par ailleurs au cours de l’enquête.

39 Cela est relevé dans l’article de Xavier Ternisien « Les « barbus » dans le 9-3 », paru dans Le Monde, 17/11/2006. « En juin 2004, un rapport de la direction centrale des Renseignements généraux s’inquiétait d’un « repli communautaire » dans les banlieues. L’influence des prêcheurs islamistes était particulièrement montrée du doigt. Leur « prosélytisme intégriste […] porte ses fruits, notamment auprès des jeunes et des enfants, pris en charge par de nombreuses associations qui œuvrent dans le domaine sportif et éducatif (crèches, écoles coraniques). » Ces mêmes prêcheurs auraient attisé chez les jeunes l’idée selon laquelle ils étaient « victimes de discrimination et de racisme ». Un an et demi plus tard, dans un rapport publié après les violences urbaines d’octobre-novembre 2005, la tonalité était sensiblement différente. Les RG parlaient d’« insurrections non organisées » dans lesquelles les islamistes n’auraient joué « aucun rôle ». Ceux-ci auraient eu, au contraire, « tout intérêt à un retour rapide au calme pour éviter les amalgames ».

40 Selon une expression de Claire de Galembert.

41 « La typification est ainsi l’exercice du chercheur qui s’efforce de construire son objet d’étude en s’appuyant d’abord sur la réalité, mais en en faisant abstraction ensuite, pour mieux le saisir ». Cf. Technocommunications, n° 2003/1, Atlas de communication orale, méthodologie.

42 Et non pas perçu. Dans une perspective civique, on imagine la volonté d’un maire de vouloir normaliser la situation faite à la religion musulmane.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Duthu, « Le maire et la mosquée. Islam et laïcité en Île de France », L’Année du Maghreb, V | 2009, 439-460.

Référence électronique

Françoise Duthu, « Le maire et la mosquée. Islam et laïcité en Île de France », L’Année du Maghreb [En ligne], V | 2009, mis en ligne le 01 novembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/634 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.634

Haut de page

Auteur

Françoise Duthu

Maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, auteur du livre éponyme paru en Janvier 2009 aux éditions l’Harmattan, collection Logiques sociales. Nous présentons ici une synthèse de l’ouvrage

Haut de page