Navigation – Plan du site

Accueil > Numéros > VI > Algérie > Notes > Les mosquées en Algérie ou l’espa...

Algérie
Notes

Les mosquées en Algérie ou l’espace reconquis : l’exemple d’Oran

Mosques in Algeria: the reclaimed spaces of Oran
Dalila p. 291-303

Résumés

The “Algerian” mosque is looking for its specificity. Its architectural features sorely highlight its architectural poverty. Algeria, however, unlike its Tunisian and Moroccan neighbors, has legislation although rather vague, relative to mosque construction. The legislation is vague because it requires respect for the “authentic” character of Islamic architecture without specifying what is meant by the term. This article attempts to account for the architectural features of “Algerian” mosques by focusing more specifically on those created by “conversion” from Christian and Jewish religious sites. From this point of view, Algeria is, rightly so, an interesting case study. With independence in 1962, she “inherited” a large number of buildings from colonial religious institutions: Catholic churches, Jewish synagogues and Protestant temples. These places of worship have undergone a process of reappropriation and transformation by the independent Algerian state. It is this process that is analyzed using as field observations, Algeria’s second largest city, Oran.

Haut de page

Entrées d'index

Géographie :

Algérie

فهرس الكلمات المفتاحية :

وهران, مسجد, كَنيسة, كنيس, استحواذ
Haut de page

Texte intégral

  • (...)
  • (...)
  • (...)
  • (...)

1. Le caractère architectonique primant sur le caractère architectural2, la mosquée est construite au gré des souhaits et de la générosité de certains mécènes. Le désengagement de l’État dans l’édification des lieux de culte est en partie responsable de cette situation. En effet, à l’exception des grandes mosquées à caractère national ou régional pour lesquelles l’État intervient en matière d’architecture3, leur édification est confiée aux associations cultuelles ou aux personnes physiques. Leur construction est régie par le décret 91-81 du 23 mars 19914 qui prévoit dans son article 5 que « les mosquées sont construites par l’État, par des associations, par des personnes physiques ou morales à la simple obtention d’une autorisation ou d’un agrément du ministère des Affaires religieuses ou de la direction des Affaires religieuses ».

  • (...)

5.

Figure 1 : La mosquée dite « des Iraquiens » dans le quartier de Fernanville à Oran

Figure 1 : La mosquée dite « des Iraquiens » dans le quartier de Fernanville à Oran

Source : Dalila Senhadji Khiat, 2009.
La coupole en bulbe et le minaret en forme de fût hexagonal rappellent les mosquées iraquiennes.

Figure 2 : La mosquée dite « des Chinois »,
construite à Arzew par des travailleurs originaires de Chine

Figure 2 : La mosquée dite « des Chinois », construite à Arzew par des travailleurs originaires de Chine

Source : Dalila Senhadji Khiat, 2008.

La pagode construite au-dessus du dôme rappelle l’architecture chinoise.

Figure 3 : La mosquée d’Oran pourvue de multiples coupoles et de triforiums

Figure 3 : La mosquée d’Oran pourvue de multiples coupoles et de triforiums

Source : Dalila Senhadji Khiat, 2008.

La présence de coupoles, typique de plusieurs mosquées ottomanes d’Istanbul est largement empruntée à l’architecture byzantine. Dans cette mosquée, la combinaison de coupoles multiples, d’un minaret unique carré et de triforiums, montre le caractère extensif de la notion d’architecture islamique « authentique », telle que définie par l’article 7 du décret de 1991 relatif à la construction des mosquées.

« Syncrétisme » architectural et héritage colonial

  • (...)

6, avec l’indépendance, c’est un processus inverse qui se produit.

Figure 4 : La mosquée Ketchaoua convertie en église. Une croix latine surplombe la coupole de l’anciene mosquée

Figure 4 : La mosquée Ketchaoua convertie en église. Une croix latine surplombe la coupole de l’anciene mosquée

Source : La revue L’Algérie catholique, 1938, p. 3.

  • (...)

7 sur le sol algérien a donné à l’Église le prétexte de ressusciter les antiques églises africaines, « Ici, en Afrique du Nord, nous retrouvons partout sur nos pas la trace de Rome : ce qui prouve bien que nous sommes ici à notre place, c’est-à-dire aux premiers rangs de la civilisation » (Lyautey, s.d., p. 13).

    • (...)

    9. L’État français cède plus de quatre cents églises à l’État algérien. De 567 en 1962, leur nombre se réduit à 167. À ces récupérations, s’ajoute la construction de nouvelles mosquées : 4 474 mosquées seront construites entre 1962 et 1972.

Ketchaoua, brève histoire d’un transfert

  • (...)
  • 10. Par conséquent, la réappropriation par les autorités algériennes de ce lieu de culte pour célébrer la date du 1er novembre 1962Les transformations
    • (...)
    • 14 L’arc plein cintre est l’arc en demi-cercle parfait.

    12. Les transformations architecturales proprement dites se rapportent principalement à la construction d’un minaret et au remplacement des arcatures brisées13 par des arcatures plein cintre14.

    La synagogue

    • (...)
    • (...)
    • (...)

    15, le point d’eau a été transformé en espace d’ablutions. Quant à l’étage, il est conservé pour les femmes. La modification la plus évidente et la plus visible reste la construction d’une cloison intérieure16 dans la salle de prière où est creusé le mihrab17.

  • (...)
  • (...)

18 se trouve à droite du mihrab : il s’agit en réalité de l’ancienne chaire à prêcher19 de la synagogue surmontée d’un croissant et de cannelures. Le minbar, élément essentiel dans l’architecture religieuse musulmane, trouverait d’ailleurs son origine dans la chaire à prêcher des synagogues et des cryptes primitives chrétiennes (Golvin, 1960).

  • (...)
  • (...)
  • (...)
  • xxe siècle en Algérie, a concerné, entre 1900 et 1930, la quasi-totalité des bâtiments publics construits par la France20. À l’approche du centenaire de la colonisation en Algérie, la France coloniale change sa politique architecturale en prônant officiellement21 une architecture plus proche de la culture dite « indigène ». Cette nouvelle approche du colonisateur se traduit dans les édifices23 sur la façade principale, de multiples coupoles, d’arcs outrepassés et cintrés, ­d’entrelacs confère ainsi à la synagogue d’Oran un caractère judéo-arabe.

Figure 5 : La façade principale de la grande synagogue d’Oran. Les deux tours-minarets sont encore parfaitement visibles.

Figure 5 : La façade principale de la grande synagogue d’Oran. Les deux tours-minarets sont encore parfaitement visibles.

Source : Dalila Senhadji Khiat, 2009

Les églises

  • (...)
  • (...)
  • (...)

24. La « structure poteaux poutres » permet d’obtenir des salles hypostyles similaires à celle de la première mosquée de Médine qui annonçait les grandes salles hypostyles de la grande mosquée Omeyyade de Damas, de celles de Kairouan et de Cordoue. Dans l’ancienne église Notre-Dame, le mihrab et le minbar ont été édifiés en maçonnerie, creusés dans le mur. Le clocher a été détruit et remplacé par un minaret carré. Dans les conversions, même si la forme et le traitement varient, le minaret représente l’élément physique, symbolique et spécifique de la mosquée. Il constitue un élément imposant de la façade principale et contribue à son effet de monumentalité. Son emplacement n’est pas dû au hasard. Jusqu’à la prise du pouvoir par les Almohades, il se trouve dans l’axe même de la nef centrale sur la façade principale comme le rappellent les mosquées omeyyades (Golvin, 1960, p. 55). Tous les minarets adjoints dans les anciennes églises converties sont placés dans les angles, à droite sur la façade principale. Les arcatures constituent le second élément perceptible à l’extérieur. Éléments architectoniques par excellence dans la mosquée, elles sont présentes dans tous les cas de conversion : les arcatures brisées sont « remodelées »25 en arcs plein cintre ou outrepassé26. Ces minarets, tous de forme carrée, avec ouvertures aveugles, s’inscrivent dans la tradition des minarets phares maghrébins, élément architectural classique des mosquées d’Afrique du Nord.

Figure 6 : Représentation schématique du temple protestant avant et après la conversion en mosquée

Figure 6 : Représentation schématique du temple protestant avant et après la conversion en mosquée

Source : Dalila Senhadji Khiat

Le temple protestant

  • 27, l’ancien temple protestant d’Oran a été converti en mosquée en 1982. À l’intérieur, les marches de l’autel ont été supprimées et la direction de la prière maintenue ; le rez-de-chaussée et l’étage ont été réservés aux hommes. Quant à la sacristie attenante de l’église, elle a été transformée en espace d’ablutions. L’ancienne demeure du pasteur à l’étage a été convertie en école coranique et sert parfois de lieu de prières pour les femmes. À l’extérieur, la croix gravée au-dessus de l’entrée principale a été effacée et le clocher démonté. Un minaret carré surplombant désormais l’entrée a été alors édifié. Il se trouve ainsi dans l’axe de la nef centrale de l’ancien temple contrairement aux minarets des églises converties placés aux angles.

Conclusion

« Les trois nefs de la salle de prière rappellent l’architecture des églises chrétiennes. Seulement, l’orientation de la mosquée et celle de l’église sont radicalement opposées. Alors que la basilique est organisée en fonction de l’orientation de ses nefs pour déboucher sur une abside, les rangées des colonnes de la mosquée sont devant le mur de la qibla. Les croyants se mettent donc en prière parallèlement à elles » (Enderlein, 2000, p. 64 -71).

Haut de page

Bibliographie

Beguin François, 1983, Arabisances, décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord : 1830-1950, Paris, Dunod Editions.

Enderlein Volkmar, 2004, « Syrie et Palestine : le califat des Omeyyades-Architecture », in Hattstein Markus et Delius Peter (dir.), Arts & Civilisations de l’Islam, Hagen, Éditions Könemann, p. 64-71.

Georger Alphonse, 1977, Contribution à l’histoire des Paroisses en Algérie : la paroisse de Cherchell (1840-1910) aspects historiques et canoniques, thèse de IIIe cycle en Droit canonique, Université de Strasbourg.

Golvin Lucien, 1960, La mosquée : Ses origines, Sa morphologie, Ses diverses fonctions, Son rôle dans la vie musulmane, plus spécialement en Afrique du Nord, Alger, Typo-Litho et Jules Carbonel réunies Éditions.

, 1979, Essai sur l’architecture religieuse musulmane, Paris, Klincksieck Editions.

Klein Henri, 1912, Feuillets d’El Djazair (troisième volume) : « Le Vieil Alger et sa banlieue », notes complémentaires, lettres, écrits divers, documents graphiques, relevés aux archives du ministère de la Guerre 3, Alger, Imprimerie orientale Fontana Frères.

Lyautey Hubert, s.d, Le visage de l’autre France, Afrique du Nord, Paris, Horizons de France, p. 13.

Senhadji-Khiat Dalila, 2003, Lieux de cultes et architectures, Réappropriations et transformations à Oran de 1962-2002, Magister, Oran, Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf.

Haut de page

Notes

1 Un plan est fonctionnel en architecture lorsque les espaces sont bien agencés, réfléchis, ce qui permet à l’édifice d’être correctement opérationnel. Par exemple, dans les mosquées maghrébines de référence, l’espace consacré aux ablutions est souvent aménagé dans la cour de la mosquée. C’est la fontaine aux ablutions qui permet un accès direct à la salle de prière. Actuellement, dans certaines mosquées, cet espace est aménagé dans un lieu assez éloigné de la salle de prière et les fidèles sont ainsi contraints à se déplacer d’un bout à l’autre de la mosquée. Par ailleurs, cela fait bien longtemps que le minaret ne sert plus à l’appel de la prière. Il en est de même pour la coupole qui servait autrefois, notamment dans les zones à climats chauds, à la ventilation. Aujourd’hui, elle a un rôle esthétique équilibrant parfois la volumétrie de la mosquée.

2 L’architectonique relève de l’ornementation et du décor, tandis que l’architectural renvoie à la volumétrie et à la composition des espaces.

3 Le projet de la grande mosquée d’Alger a été élaboré sous l’impulsion du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

4 Le décret n° 9-81 du 23 mars 1991 relatif à la construction de la mosquée, sa fonction, son organisation et sa gestion.

5 Le premier établissement appelé mosquée de l’USTO (Université des sciences et de la technologie) a été inauguré officiellement par le directeur des Affaires religieuses, au nom du ministère des Affaires religieuses ; la seconde mosquée érigée est en voie d’achèvement et reçoit régulièrement la visite du directeur des Affaires religieuses qui vient constater l’état d’avancement des travaux.

6 « En 1832, la mosquée Ketchaoua, située rue du Divan, fut transformée en église ­chrétienne, il en fut de même, en 1839, de la mosquée extérieure de la Casbah et en 1843, de la mosquée Ali Betchnin, rue de la Casbah » ; « Après 1830, ce culte eut pour temples d’anciennes mosquées Djamaa Ketchaoua où la messe fut dite pour la première fois, le 24 décembre 1832, par l’abbé Colin, aumônier militaire, Djamaa el Kasba, Djamaa Ali Betchnin devinrent respectivement : la cathédrale Sainte-Croix et Notre-Dame-des-Victoires ». Cf. Henri Klein (1912, p. 31 et 61).

7 Les monuments romains font l’objet d’une multitude de relevés, Albert Ballu, le concepteur de la première cathédrale d’Oran, construite sous l’occupation française, participe aux explorations scientifiques des villes romaines, notamment celle de Timgad.

8 Archives archevêché Alger (AAA) 19, Dupuch Mgr, Rapport au pape du 29 janvier 1846, p. 50-51.

9 Aucun détail concernant cette commission n’a été retrouvé dans les archives ni dans le Journal officiel de l’année 1962. Les seuls éléments dont nous disposons ont été trouvés dans la chronique Algérie de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, Paris, Éditions du CNRS, 1963.

10 La France avait passé une convention avec le Dey d’Alger qui prévoyait le respect et le libre exercice de la religion musulmane ainsi que l’intégrité de ses lieux de culte (la convention de Bourmont).

11 Date de célébration de l’insurrection algérienne de 1954 qui deviendra une fête nationale.

12 Quand la superficie de l’ancienne église le permettait. La synagogue dotée d’une superficie importante a permis de conserver l’étage pour les femmes. L’ancienne église Notre-Dame du Travail disposait d’un grand terrain facilitant la construction d’un espace destiné aux ablutions et d’une salle de prière pour les femmes à l’extérieur de l’ancienne église réservée aux hommes uniquement.

13 L’arc brisé a les deux côtés légèrement en pointe au niveau du centre de l’arc.

14 L’arc plein cintre est l’arc en demi-cercle parfait.

15 La direction de la prière des juifs vers Jérusalem, des chrétiens à l’est et des musulmans vers la Mecque convergent dans le cas de la ville d’Oran toutes vers l’est. C’est pourquoi, lors des conversions, l’orientation de l’ancienne église ou synagogue est maintenue. Oran comporte un seul cas où la direction de la prière de la mosquée se trouve diamétralement opposée à celle de l’église, il s’agit de l’ancienne église Notre-Dame-de-Lourdes. Les fidèles musulmans, prient près du narthex de l’ancienne église.

16 La synagogue d’Oran est dotée d’un sous-sol. Sa structure est en murs porteurs en pierres de taille. Lors de la conversion, la suppression des marches de la niche pour la mise à niveau de la salle de prière a posé une contrainte structurelle importante. C’est pourquoi, la solution d’une cloison intérieure a été adoptée, celle-ci est édifiée en amont de la niche, « masquant » les marches désormais en arrière-plan. À présent, cet espace sert de salle annexe pour l’imam de la mosquée.

17 Le mihrab signifie « palais », « niche », « rentrant », « chambre », « balcon » ou « galerie » (Encyclopédie de l’Islam, 1993, article « mihrab »). Il est la niche creusée dans le mur indiquant la direction de la Mecque. Son apparition dans les mosquées daterait du début du viiie siècle. Mais sa genèse remonterait aux niches des synagogues primitives et des absides chrétiennes.

18 Le minbar est l’estrade destinée à l’imam, une sorte de plancher surélevé d’où se font les annonces solennelles à la communauté des fidèles et d’où les sermons sont prononcés. Aux premiers temps de l’islam, il était occupé par le souverain ou le gouverneur qui s’adressait du haut de cette chaire aux musulmans lors de l’office du vendredi. Le minbar est l’espace symbolique d’autorité dans la grande mosquée autour duquel la communauté se rassemble pour le prêche du vendredi.

19 La chaire à prêcher de l’ancienne synagogue serait donc le seul matériel cultuel hérité et conservé à ce jour.

20 La grande poste d’Alger et la gare ferroviaire d’Oran constituent des exemples de ce mouvement très présent en Algérie.

21 Jonnart, Gouverneur général, dans une circulaire de 1905, a imposé le style mauresque comme style d’État. Une nouvelle circulaire publiée le 4 mars 1906 se rapporte à l’utilisation du style néo-mauresque dans les édifices publics.

22 De nombreux édifices témoignent encore aujourd’hui de ce mouvement, notamment, la grande poste d’Alger ou encore la gare d’Oran.

23 Les juifs n’ont pas besoin de minarets ni de cloches pour faire l’appel à la prière.

24 Un espace barlong est conçu dans le sens de la longueur contrairement à l’espace oblong qui lui est conçu dans celui de la largeur. Le schéma classique de la mosquée est souvent barlong contrairement à l’église qui elle, est plutôt oblongue.

25 La transformation de l’arc brisé en arc plein cintre souvent confiée à des maçons sans réelle connaissance ou savoir-faire, donne des formes aléatoires, portant des traces de remodelage maladroit, laissant souvent, entrevoir des traces de l’architecture religieuse chrétienne, notamment romane.

26 Une référence sans doute aux premières mosquées de l’islam, en l’occurrence celle des Omeyyades de Damas et le le dôme du Rocher, Qubbat as-Sakhra à Jérusalem.

27 Situé entre deux artères importantes, le boulevard Front de mer et la rue Khémisti.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La mosquée dite « des Iraquiens » dans le quartier de Fernanville à Oran
Légende Source : Dalila Senhadji Khiat, 2009.La coupole en bulbe et le minaret en forme de fût hexagonal rappellent les mosquées iraquiennes.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 2 : La mosquée dite « des Chinois », construite à Arzew par des travailleurs originaires de Chine
Légende Source : Dalila Senhadji Khiat, 2008.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Figure 3 : La mosquée d’Oran pourvue de multiples coupoles et de triforiums
Légende Source : Dalila Senhadji Khiat, 2008.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-3.png
Fichier image/png, 427k
Titre Figure 4 : La mosquée Ketchaoua convertie en église. Une croix latine surplombe la coupole de l’anciene mosquée
Légende Source : La revue L’Algérie catholique, 1938, p. 3.
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-4.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 5 : La façade principale de la grande synagogue d’Oran. Les deux tours-minarets sont encore parfaitement visibles.
Légende Source : Dalila Senhadji Khiat, 2009
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 6 : Représentation schématique du temple protestant avant et après la conversion en mosquée
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-6.png
Fichier image/png, 434k
Légende Source : Dalila Senhadji Khiat
URL http://journals.openedition.org/anneemaghreb/docannexe/image/907/img-7.png
Fichier image/png, 743k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalila Senhadji Khiat, « Les mosquées en Algérie ou l’espace reconquis : l’exemple d’Oran », L’Année du Maghreb, VI | 2010, 291-303.

Référence électronique

Dalila Senhadji Khiat, « Les mosquées en Algérie ou l’espace reconquis : l’exemple d’Oran », L’Année du Maghreb [En ligne], VI | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/907 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.907

Haut de page