Navigation – Plan du site
112 | 2013
Annuaire du Collège de France 2011-2012
Résumé des cours et travaux 112e année
Conférenciers invités

Épistémologie sociale interpersonnelle

Résumé des conférences du Collège de France (2011-2012)
Alvin Goldman
p. 842-843

Notes de la rédaction

Les conférences sont disponibles en vidéo sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/claudine-tiercelin/guestlecturer-2011-2012__1.htm.

Texte intégral

Épistémologie sociale interpersonnelle

1La première conférence a porté sur l’« épistémologie sociale interpersonnelle » : celle-ci met en jeu des agents épistémiques individuels qui, après avoir pris connaissance d’affirmations ou d’opinions d’autres agents, y répondent en formant ou en révisant leurs propres opinions. Le cas de base est celui d’un agent qui, ayant entendu le témoignage d’un autre, décide d’accepter son énoncé comme vrai. On a abordé à cet égard la théorie du témoignage. Quand un agent est-il justifié à agir ainsi ? De quelles sortes de preuve (evidence) a-t-il besoin pour être justifié à s’appuyer sur le témoignage d’autrui ? Doit-il connaître la fiabilité du locuteur sur le sujet en question ? Nous faisons souvent confiance à des gens que nous n’avons jamais rencontrés auparavant. Peut-être suffit-il de savoir que les gens sont fiables en général. Un tel savoir est-il nécessaire ? Une classe particulière de preuve par témoignage (testimonial evidence) est le témoignage d’experts. Quand les néophytes (dans un domaine donné) sont-ils justifiés à croire un expert ? Quand ils entendent deux experts prononcer des jugements contradictoires, lequel doivent-ils croire, et pourquoi ? On a proposé et examiné cinq critères de plus grande compétence (superior expertise). Un deuxième problème de l’épistémologie sociale interpersonnelle est celui du désaccord entre pairs. Que faire lorsqu’une autre personne, que nous respectons comme un pair et qui dispose exactement des mêmes données (evidence) que nous, a une opinion différente relativement à une proposition ? Elle croit cette proposition et pas nous. Toutes les données ont été partagées, et pourtant nous sommes en désaccord. Est-il raisonnable que chacun maintienne sa position face à l’avis opposé de l’autre partie ? Ou bien chacun doit-il changer sa croyance et faire un pas dans la direction de l’autre ? Qu’est-ce que la raison exige ?

Épistémologie sociale institutionnelle

2La seconde conférence a été consacrée à l’« épistémologie sociale institutionnelle », qui peut être suscitée par l’épistémologie sociale interpersonnelle. Supposons qu’un ancien fonctionnaire du gouvernement tout à fait respecté recommande une nouvelle pratique anti-terroriste sur la base de son expérience de spécialiste. Devrait-il mentionner (de lui-même) le fait qu’il tire profit de cette pratique ? Devrait-il y avoir une norme du discours public qui l’exige de la part de ceux qui s’expriment sur la scène publique ? Quelles sont les normes en général qui doivent réguler le discours public et les pratiques médiatiques ? Ce sont des questions institutionnelles d’épistémologie sociale, parce que les pratiques de discours et d’information ont des implications sur les garanties des croyances du public. Quand les journalistes rapportent divers faits présumés, que doit-on leur demander de divulguer au sujet de leurs sources ? Un autre domaine sur lequel l’épistémologie sociale institutionnelle peut peser est l’organisation des procès juridiques. Comment les procès doivent-ils être conçus afin d’engendrer une proportion maximale de verdicts justes ? Quels sont à cet égard les mérites respectifs des deux traditions principales du droit occidental, le droit civil et la common law ? Comment chacune d’entre elles peut-elle être améliorée ? Enfin, quel est le rôle de la connaissance dans une démocratie ? Les approches épistémiques ont gagné en popularité dans les théories récentes de la démocratie, notamment du fait de la méthode de vote « Condorcet ». Comment la méthode « Condorcet » seconde-t-elle la théorie de la démocratie ? En quels autres endroits l’épistémologie sociale concourt-elle à la théorie de la démocratie ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 112e année, Collège de France, Paris, avril 2013, p. 842-843. ISBN 978-2-7226-0198-7

Référence électronique

Alvin Goldman, « Épistémologie sociale interpersonnelle », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 112 | 2013, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1118

Haut de page

Auteur

Alvin Goldman

Professeur à l’Université Rutgers (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page