Navigation – Plan du site
112 | 2013
Annuaire du Collège de France 2011-2012
Résumé des cours et travaux 112e année
Conférenciers invités

Les neoi dans le monde hellénistique

Résumé des conférences du Collège de France (2011-2012)
Riet van Bremen
p. 864-866

Notes de la rédaction

Les conférences sont disponibles en audio et en vidéo sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/denis-knoepfler/guestlecturer-2011-2012.htm.

Texte intégral

1Riet van Bremen, professeur à l’University College de Londres, invitée par l’Assemblée des professeurs dans la chaire d’épigraphie et d’histoire des cités grecques (Pr Denis Knoepfler) a donné du 25 mai au 15 juin 2012 un enseignement sur « Les neoi dans le monde hellénistique », en quatre leçons intitulées : 1. Être « jeune » à Cyzique, 2. Synagein tous neous. 3. La néotas crétoise. 4. Les fils de Nouménios.

2Historienne du monde hellénistique spécialiste de l’Asie mineure, Riet Van Bremen a présenté aux auditeurs du cours d’épigraphie grecque le résultat de ses recherches les plus récentes en vue d’un ouvrage de synthèse sur les neoi, les « jeunes hommes », dans le monde grec. S’écartant de la tradition structuraliste, Riet Van Bremen étudie les neoi en tant que phénomène institutionnel, politique et culturel du monde hellénistique.

Les neoi : une catégorie du corps civique

3Si le terme neoi est utilisé de manière générale dans la littérature grecque pour désigner les jeunes gens, par opposition aux gerontes, les hommes d’âge mûr, il définit aussi, dans les institutions des cités hellénistiques, une catégorie distinguant clairement les jeunes citoyens, âgés entre 20 et 30 ans, des épheboi, ou jeunes gens ayant atteint, entre 18 et 20 ans, l’âge d’entrer dans la citoyenneté. Les neoi formaient ainsi, pendant une période de dix ans, un groupe bien distinct au sein du corps civique. Cette constatation a conduit Riet Van Bremen à revenir d’emblée sur le célèbre modèle du « Chasseur Noir » décrit par Pierre Vidal Naquet, d’après qui, comme on sait, l’éphébie était un rite de passage au sortir duquel les jeunes hommes se trouvaient pleinement intégrés au corps civique : car le passage de l’éphébie à la citoyenneté s’avère avoir été, en réalité, un long processus.

4On connaît actuellement plus de cinquante cités où l’épigraphie atteste l’existence de corps de neoi. Ceux-ci apparaissent associés, selon les cas, au gymnase, au monde agonistique et aux activités militaires. Les neoi en armes, désignés par le terme de neaniskoi, constituent une importante force combattante (comme l’ont bien mis en lumière divers travaux récents). Sur le plan politique, les décrets civiques font assez souvent mention d’eux dans des formules du type ho neoi eipan, « les neoi ont fait la proposition ».

Les premiers témoignages épigraphiques

5À Cyzique, sur la rive de la Propontide (mer de Marmara), au nombre des dons considérables faits au peuple de cette cité par Philétairos, premier dynaste de Pergame (OGIS 748), on trouve la mention d’une somme de 26 talents d’argent offerte « pour l’huile et la synagôgè des neoi » (expression remarquable, qui méritait de faire l’objet d’un commentaire étoffé). Ce document est l’un des premiers témoins de l’apparition d’un corps de neoi, en même temps qu’il confirme leur rôle sur le plan militaire. Ce sont d’ailleurs ces neoi cyzicéniens de l’époque hellénistique que Riet Van Bremen a proposé de reconnaître dans les héros mythiques, tels Jason et ses compagnons, qu’évoquent avec force détails les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes (I, 936 sqq.) : le poète hellénistique nous donnerait ainsi une idée précise des comportements attendus de la part de ces jeunes gens et des valeurs qu’impliquait l’entrée dans un corps de neoi.

6L’importance de l’inscription de Cyzique pour l’histoire des neoi apparaît d’autant plus grande – et par son ancienneté également – qu’une inscription de Trèzène, datée de la fin du ive siècle et considérée jusqu’ici comme le plus ancien témoignage de leur existence dans le monde grec (IG IV 749), paraît avoir été alléguée tout à fait à tort, le mot neoi n’étant là issu que d’une conjecture très discutable. Ce n’est donc pas avant les premières décennies du iiie siècle avant J.-C. qu’apparaissent des corps de neoi, non seulement à Cyzique, mais aussi à Halicarnasse (Migeotte, Souscriptions, n° 77 et 102), à Samos, (IG XII 6, 11), à Ilion (Inschr. von Ilion, n° 31) et peut-être à Milet, au témoignage d’une inscription de Didymes (I. Didyma 259).

7En partant d’un décret des neoi de Xanthos récemment publié (SEG 46, 1721), Riet Van Bremen s’est employée à démontrer que la prétendue opposition entre une phase pendant laquelle le gymnase aurait été une institution privée, gérée par ses usagers (dont justement les neoi), et une phase « d’étatisation » (selon la formule de Christof Schuler) au cours de laquelle il serait progressivement passé sous le contrôle de la cité ne pouvait en tout cas pas être généralisée à partir du seul cas de Béroia en Macédoine (dont la désormais célèbre loi gymnasiarchique a été publiée par M. Hatzopoulos et Ph. Gauthier en 1993).

Les neoi et la neotas en Crète

8Au livre IV (53-55) de ses Histoires, Polybe décrit la guerre civile qui déchira la cité de Gortyne de 221 à 219 av. J.-C., conflit dans lequel les neoi (ou neoteroi) s’opposèrent violemment aux presbyteroi. Cette rupture présentée apparemment comme « générationnelle » par l’historien grec a été longtemps associée à la création du corps de la neotas. Cependant, l’institution en question – dont Riet Van Bremen a suggéré qu’elle n’avait rien à voir avec le contrôle du territoire, mais qu’il devait s’agir, plus vraisemblablement, d’un collège annuel de magistrats subalternes choisis parmi les jeunes aristocrates – remontait sans doute à une époque bien antérieure à cette crise politique tout à fait ponctuelle.

Connaître les neoi

9La dernière leçon de Riet Van Bremen portait sur la représentation du néos hellénistique dans les arts plastiques et à travers certains portraits ou anecdotes transmis par la tradition littéraire, puisque c’est par ce biais-là seulement que l’on peut se faire une idée de son apparence physique ou de ses caractéristiques mentales. L’épigraphie a sa place parmi nos sources d’information, comme le montre le cas, en Macédoine, des fils de Nouménios, qui nous sont connus par une lettre du roi Antigone Dôsôn (SEG 48, 783 et 51,796). Mais c’est surtout la littérature, parfois haute en couleur, qui nous livre des éléments de biographie et des portraits de membres de cette « jeunesse dorée ». Il faut évidemment prendre garde aux caricatures que risquent d’engendrer les topoi littéraires. Ainsi, dans la tradition de la pensée classique (dont Polybe est pleinement l’héritier), les neoi sont-ils caractérisés avant tout par leur énergie d’une part et par leur manque de réflexion d’autre part. Dans le domaine iconographique, il y a les milliers de sceaux provenant de Chypre, d’Épire, ou de la lointaine Séleucie du Tigre, où figurent des portraits d’individus de tous âges. Les plus faciles à identifier sont, bien sûr, ceux des rois. Mais on peut aussi reconnaître des ambassadeurs, des courtisans, etc., c’est-à-dire tous ces hommes politiques que Polybe et l’abondante documentation épigraphique nous font connaître ; or, parmi eux, le nombre des représentations juvéniles, quoique minoritaires, n’est pas négligeable.

10Ainsi, à partir de sources que l’on croyait bien connues, mais qu’il convenait de soumettre à un examen critique impitoyable, Riet Van Bremen a offert une image passablement renouvelée de l’institution des neoi, apportant dans ces quatre leçons une contribution très appréciée de tous à la connaissance de la société grecque à l’époque hellénistique.

Aliénor Rufin Solas, ATER, chaire d’Épigraphie et d’histoire des cités grecques

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 112e année, Collège de France, Paris, avril 2013, p. 864-866. ISBN 978-2-7226-0198-7

Référence électronique

Riet van Bremen, « Les neoi dans le monde hellénistique », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 112 | 2013, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1134

Haut de page

Auteur

Riet van Bremen

Professeur, University College de Londres (Royaume-Uni)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page