Navigation – Plan du site
111 | 2012
Annuaire du Collège de France 2010-2011
Résumé des cours et travaux 111e année
Conférenciers invités

Valeurs et prix dans la Chine des Ming (1368-1644)

Timothy Brook
p. 876-877

Entrées d’index

Mots-clés :

Chine, dynastie Ming, prix
Haut de page

Notes de la rédaction

Les conférences du professeur invité Timothy Brook sont disponibles en ligne en format audio : http://www.college-de-france.fr/site/pierre-etienne-will/guestlecturer-2010-10-06-14h30.htm

Texte intégral

1Les prix sont ce par quoi notre économie organise les relations entre l’offre et la demande. Il ne s’agit pourtant pas d’une caractéristique propre à l’économie capitaliste : les prix peuvent être reconstitués à des époques fort anciennes. Nos exposés sur l’histoire des prix sous la dynastie des Ming ont mis en évidence les difficultés présentées par une telle reconstitution pendant cette période longue de trois siècles, ainsi que les avantages qu’on peut en tirer ; nous avons aussi montré à quel point la fonction des prix à cette époque était comparable à ce qu’elle est aujourd’hui.

2L’économie des Ming n’était pas le type d’économie où tout le monde doit tout acheter pour arriver à vivre. Beaucoup produisaient les denrées, dont ils se nourrissaient, et les textiles, dont ils avaient besoin pour se vêtir. Mais c’était une économie dans laquelle, peut-être pour la première fois dans l’histoire de la Chine – peut-être même pour la première fois dans l’histoire du monde –, tout pouvait s’acheter et se vendre, et où tout avait un prix. C’était le prix qui déterminait les biens lancés sur le marché et ceux qui étaient gardés hors de portée des acheteurs potentiels. Dans la première conférence, « Un monde où tout a un prix », nous nous sommes demandé jusqu’à quel point l’on peut dire que l’économie des Ming était devenue une « économie de prix ». Plusieurs auteurs de la fin du xvie siècle et du début du xviie confirment que les sujets des Ming étaient parfaitement conscients de l’influence exercée par les prix sur leur existence de producteurs et de consommateurs et qu’ils se souciaient de leur vulnérabilité aux fluctuations de prix. Certains intellectuels se plaisaient à imaginer que ce serait bien de vivre dans une « économie morale » où la maisonnée produit ce qu’elle consomme ; d’autres étaient tourmentés par l’instabilité des valeurs économiques, annonciatrice à leurs yeux d’une érosion des valeurs morales, et ils mettaient en doute ce qui pour tout le monde était « la belle vie ». L’ubiquité des relations commerciales, le nombre de personnes qu’elles impliquaient et les niveaux atteints par le produit national sous les Ming ne pouvaient que rendre désuètes de telles préoccupations.

3Contrairement au cas de l’Europe à la même époque, la plupart des relevés de prix sous les Ming ont disparu. Les meilleurs ensembles de prix dont on dispose ont été préservés par deux magistrats au xvie siècle, Hai Rui à Chun’an (Zhejiang) et Shen Bang à Pékin. Notre second exposé, « Le coût de la vie », s’est appuyé sur leurs listes pour essayer de déterminer ce qu’il en coûtait à une famille modeste comptant cinq personnes pour survivre pendant une année. Le résultat équivaut à 19 onces d’argent (environ 700 grammes), encore que la marge d’erreur soit telle qu’il ne peut s’agir là que d’une approximation de départ. Si l’on considère les prix pendant le dernier siècle de la dynastie, on pouvait y arriver, mais pas sans difficultés. Une brève comparaison avec les prix mentionnés dans le duché d’Este, au sud-ouest de Padoue, pendant la même période, a permis de formuler quatre hypothèses : que le coût du travail était plus bas dans la Chine des Ming qu’en Europe, que celui des artisans travaillant dans la haute qualité y était encore plus bas, mais qu’à l’inverse, le prix des denrées alimentaires était relativement moindre en Europe qu’en Chine, et celui du combustible de très loin inférieur.

4La troisième conférence, « Une économie du luxe », s’est intéressée aux prix pratiqués pour les objets de luxe. Cette sphère de l’économie fonctionnait en fait suivant les mêmes principes d’offre, de demande et de monopole que ceux qui régissaient les prix des denrées ordinaires. Notre principale source était le journal tenu par un riche collectionneur d’art nommé Li Rihua, dont a survécu la partie couvrant les années 1609-1616. L’on n’y voit pas tant ce que Li payait pour les objets de luxe qu’il acquérait, que la façon dont il gérait sa participation à ce type d’économie. Li savait pertinemment que la ville de Suzhou était un centre de production à la fois d’articles de luxe « légitimes » et de faux, et une partie du plaisir était de s’assurer que seules des œuvres d’art « authentiques » entreraient dans sa collection. Nous avons conclu en proposant l’hypothèse que les faux jouent un rôle important pour confirmer l’autorité de certains styles et maintenir les canons du bon goût.

5Fernand Braudel a suggéré que pour écrire une histoire complète du monde de la première modernité, la tâche prioritaire est d’élaborer « une évaluation des limites de ce qui était possible ». C’est à quoi nous nous sommes consacré dans notre dernière conférence, « L’empereur renversé par la révolution des prix ». Il se trouve que les meilleures séries de prix alimentaires, dont on dispose sous les Ming, concernent les phases de hausse du prix des grains pendant les famines. Des centaines de prix, exprimés, soit en argent soit en monnaie de cuivre, sont signalés dans les sections des monographies locales dévolues aux désastres naturels. Lorsqu’on les rassemble, on constate que les prix de famine sont d’abord restés relativement constants, mais qu’ils sont partis à la hausse dans les années 1580 et de façon plus dramatique encore dans les années 1630. Il serait concevable d’invoquer la « révolution des prix » du règne Chongzhen (1628-1644) à l’appui de l’hypothèse selon laquelle l’importation massive d’argent du Nouveau Monde aurait été la cause d’une inflation elle aussi massive ; nous préférons, pour notre part, considérer que cette mutation dans les prix a été la conséquence de facteurs environnementaux jouant à l’intérieur même de l’économie chinoise, notamment une baisse des températures moyennes à partir de 1629 et une sécheresse prolongée à partir de 1637. Avec les niveaux de prix atteints dans ces années, il est difficile d’imaginer comment le dernier empereur des Ming aurait pu rester sur le trône et comment la dynastie aurait pu survivre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 111e année, Collège de France, Paris, avril 2012, p. 876-877. ISBN 978-2-7226-0156-7

Référence électronique

Timothy Brook, « Valeurs et prix dans la Chine des Ming (1368-1644) », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1769

Haut de page

Auteur

Timothy Brook

Professeur à l’Université de Colombie Britannique (Vancouver, Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page