Navigation – Plan du site
111 | 2012
Annuaire du Collège de France 2010-2011
Résumé des cours et travaux 111e année
Conférenciers invités

La cérémonie du Wīsperad

Alberto Cantera
p. 878-879

Texte intégral

1Les textes avestiques que nous connaissons sont presque tous des récitatifs de diverses cérémonies mazdéennes. Malgré tout, notre connaissance des rituels mazdéens est très limitée. Les éditeurs modernes de l’Avesta ont fondé le texte édité sur les manuscrits pehlevis. Pour le récitatif de la cérémonie longue, ceux-ci ne donnent qu’une cérémonie complète : le Yasna. Les autres cérémonies (Wīsperad et les cérémonies d’intercalation) ne donnent qu’une sélection de textes, textes qui ont besoin d’une traduction. Par conséquent, les manuscrits pehlevis et l’édition de Geldner de l’Avesta ne permettent pas de connaître les différentes variantes de la liturgie longue. Ces variantes sont décrites cependant dans les manuscrites sāde. Aujourd’hui, nous savons que les descriptions des cérémonies qui apparaissent dans les manuscrits sāde continuent une tradition qui remonte au moins au temps sassanide et éventuellement même plus tôt.

2L’analyse interne des textes avestiques combinée avec les donnés comparatives du rituel védique et les informations du Nērangestān et des manuscrits sāde nous présentent une vision du rituel mazdéen plus complexe que l’édition de Geldner. Le Yasna standard, le seul récitatif de la liturgie longue édité complètement, est la cérémonie quotidienne du matin. Il y aussi une cérémonie similaire, le Yašt ī Rapihwin « Cérémonie du Midi » que l’on célèbre seulement pendant les mois d’été. Le Wīsperad, par contre, est la cérémonie solennelle qui est célébrée durant les grandes festivités annuelles (les six Gāhānbār et les cinq jours de Frawardīgān). Durant les grandes festivités, chaque jour combinait cinq cérémonies (aurorale, matinale, de midi, de l’après-midi et du soir) en été et quatre en hiver (aurorale, matinale, de l’après-midi et du soir) pendant cinq jours consécutifs. Les sacrifiants pouvaient changer et la substitution du collège sacerdotal avait lieu après le premier pressurage du haoma, à la fin du Hōm Stōd. Le titre de la cérémonie Wīsperad fait référence à la possibilité de la célébrer durant différents moments sacrificiels.

3La cérémonie principale dans les célébrations combinées de quatre ou cinq cérémonies par jour était la cérémonie aurorale (la cérémonie d’ušahina). En effet, à la base du texte des « articulations du jour » de toutes les cérémonies de la liturgie longue se trouve une version des moments sacrificiels du jour qui commence avec l’ušahina. Aussi, dans les textes vieil-avestiques, le moment sacrificiel par excellence est l’ušahina et non le hāuuani « matin », comme dans le Yasna standard et dans la plupart des cérémonies attestées dans les manuscrits. Dans le devenir historique, les moments sacrificiels sont passés de trois (dans les textes vieil-avestiques) à cinq dans la liturgie longue en avestique récent. De plus, on constate l’existence dans le monde mazdéen d’une dispute similaire à celle que l’on trouve dans le monde védique sur le moment sacrificiel exact du matin : le sacrifice auroral qui commence avant le lever du soleil est opposé au sacrifice matinal qui commence avec le lever du soleil. Si bien que le sacrifice auroral semble être plus ancien et solennel dans l’Avesta, la cérémonie quotidienne du Yasna et la plupart des cérémonies attestées dans les manuscrits sont matinales. Le Wīsperad avec la double récitation du Yasna Haptaŋhāiti peut être originairement un sacrifice auroral avec une solution originale de la polémique entre sacrifice auroral et sacrifice matinal : on célèbre un sacrifice auroral (le premier Yasna Haptaŋhāiti) et un sacrifice matinal au moment du lever du soleil (le deuxième Yasna Haptaŋhāiti).

4Par ailleurs, la cérémonie aurorale est à la base des cérémonies d’intercalation. La daēnā qui a hérité quelques traits de l’aurore, rend possible la vision de l’au-delà, l’accès au monde des dieux et par conséquent la communication avec la divinité. Pendant les cérémonies aurorales, on obtient la « vision » aurorale, la daēnā, et la communication avec la divinité est donc possible. C’est le moment pour le frašna « l’Entretien » avec Ahura Mazdā et on peut donc l’inclure dans la cérémonie à ce point. La plupart des textes en avestique récent (tous les frašna) ont été composés pour être récités durant la cérémonie longue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 111e année, Collège de France, Paris, avril 2012, p. 878-879. ISBN 978-2-7226-0156-7

Référence électronique

Alberto Cantera, « La cérémonie du Wīsperad », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 111 | 2012, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/1772

Haut de page

Auteur

Alberto Cantera

Professeur à l’Université de Salamanque (Espagne)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page