Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
II. Sciences humaines et sociales

Langues et religions indo-iraniennes

Jean Kellens
p. 487-491

Notes de la rédaction

Les enregistrements audio du cours sont disponibles sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/jean-kellens/course-2012-2013.htm

Les conférences du professeur Alberto Cantera sont également disponibles en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/jean-kellens/guestlecturer-2012-2013__1.htm Voir aussi le résumé infra : http://annuaire-cdf.revues.org/2748

Texte intégral

Enseignement

Cours : les Gâthâs dites de Zarathushtra et les origines du mazdéisme (suite)

1La première partie de ce cours, dispensée en 2011-2012, a fait la matière d’un article intitulé « Le jour se lève à la fin de la Gâthâ Ahunauuaitī » paru au Journal asiatique 301.1, 2013, 53-84. Celle-ci, qui pourrait s’intituler La Gâthâ Ahunauuaitī avant l’aube, s’est attachée à l’analyse du processus rituel avant que l’apparition de l’aurore permette de procéder à la libation de haoma et à l’offrande carnée.

21. (16 novembre 2012). Mise au point sur le cours de l’année précédente. Après avoir vérifié les données concernant le rituel et l’eschatologie, nous avons examiné la question du personnel humain. Chaque Gâthâ comporte une énumération de noms-propres, en général au nombre de 4 et dont 2, voire 3, sont à connotation péjorative. Dans l’ordre « canonique » : Zaraϑuštra « dont les chameaux sont vieux », Vīštāspa « dont les chevaux sont privés de harnais » (donc inutilisables ?), Fǝrašaoštra « dont les chameaux sont séveux », Dǝ̄jāmāspa « dont les chevaux sont déshydratés ». L’ascendance de ces hommes, elle aussi, pose divers problèmes.

32. (23 novembre 2012). Analyse des cinq catalogues de noms-propres. On doit faire le constat d’une triple variabilité : 1. celle de la situation dans la Gâthâ, initiale dans l’Ahunauuaitī (Y28), finale dans l’Uštauuaitī (Y46), plus ou moins centrale dans la Spǝṇtāmainiiū (Y49) ; 2. celle de la personne grammaticale : les hommes de l’Uštauuaitī sont directement interpelés à la deuxième personne ; ceux du Y51 et du Y53 sont mentionnés à la troisième personne ; ceux de l’Ahunauuaitī et de la Spǝṇtāmainiiū aussi, mais systématiquement associés à une première personne anonyme, l’ensemble se combinant en « nous » ; 3. celle du thème ambiant : les catalogues de l’Ahunauuaitī et de la Spǝṇtāmainiiū se présentent comme des demandes (yā : yāsa-), mais le premier aspire surtout au « secours » (rafǝnah-), le second à l’« union » (sar-) ; le catalogue de l’Uštauuaitī est centré sur l’exigence du « discernement » (+ ci), tandis que ceux du Y51 et du Y53 semblent se référer à des situations concrètes spécifiques.

43. (30 novembre 2012). Retenir l’hypothèse que les hommes dont le nom est mentionné sont les prêtres officiants, ou du moins certains d’entre eux, revient à soulever la question du nom du prêtre dans l’Avesta ancien. Dans l’Avesta récent, le prêtre est l’objet d’une triple désignation : aϑaurun- pour sa fonction sociale, ratu- (zaotar- etc.) pour sa fonction sacrificielle et saošiiaṇt- lorsque le cursus liturgique l’a transformé en personnalité sacrée. Les Gâthâs, qui emploient couramment saošiiaṇt- et ont arǝdra- au lieu de ratu-, font les deux dernières distinctions, mais ne montrent aucune trace de la première. Cette lacune, combinée à la perte de l’opposition diathétique du verbe yaz, nous empêche d’être sûrs que la société gâthique possédait un clergé spécialisé et que la distinction entre sacrifiant-commanditaire et sacrifiant-technicien valait pour elle. Dans ces conditions, poser la question de l’auteur du texte et de l’historicité du personnel humain est un luxe dont nous n’avons pas les moyens.

54. (7 décembre 2012). Quel que soit leur sens, qui ne va pas de soi, maga- et yāh- sont des mots liés à l’énumération des noms-propres. Dans l’Ahunauuaitī, ils ne surviennent pourtant qu’après délai, respectivement dans Y29.11 et Y30.2. Cet indice précieux révèle que l’anecdote dialoguée que nous intitulons « plainte de l’âme de la vache » est un texte charnière. Tout en installant une digression narrative contant l’impatience de la vache lasse d’attendre le moment rituel (ratu-) de son immolation, il prolonge le catalogue des noms-propres, auquel maga- et yāh- l’annexent, et il introduit à ce qui suit par l’ultime exigence qui clôture Y29.9. L’« aide pourvue de mains » (zastauuat̰ auuō) est une désignation métaphorique du feu rituel, que Y34.4 permet d’élucider. Ce qui suit Y29.1-9, c’est l’opération de sacralisation du feu.

65. (14 décembre 2012). Le rôle du feu, dans les Gâthâs, est affecté d’un double paradoxe. En contraste avec l’insistant chapitre explicite du Yasna Haptaŋhāiti (YH36), le nom du feu, ātar-, n’est attesté que huit fois, dont cinq dans une formule stéréotypée et incompréhensible qui semble obligatoire dans chaque Gâthâ (Y31.3, 19, Y43.12, Y47.6 et Y51.9). Alors qu’en principe et selon YH36, Y43.12 et Y47.6, la sacralisation du feu est un préalable du sacrifice, les attestations de la Gâthâ Ahunauuaitī sont relativement tardives. La métaphore de Y29.9 anéantit ces paradoxes. Non seulement le feu est présent dans la Gâthâ sous le couvert d’ellipses sporadiques qui mènent de Y28.2 à 30.7, mais l’intervalle entre la mention de maga- et celle de yāh- est le lieu d’une allusion massive à la lumière (Y30.1 raocǝ̄bīš darǝsatā - Y30.2 auuaēnatā sūcā). Ces observations conduisent inéluctablement à la strophe Y30.3 dite des mainiius jumeaux.

76. (21 décembre 2012). Rappel de la problématique du Y30.3 sur base de l’article de Jean Kellens et Éric Pirart, « La strophe des jumeaux : stagnation, extravagance et autres méthodes d’approche », Journal asiatique 285.1, 1997, 31-72. Deux points de cette analyse doivent être modifiés. La triade du comportement à l’initiale du deuxième vers peut être considérée comme un tout porteur de l’enclitique . Chaque vers apparaît ainsi comme un ensemble syntaxique indépendant. pauruiiē n’est pas un nominatif-accusatif duel accordé à mainiiū, mais le locatif singulier de l’adjectif pauruiia- « premier » substantivé. La strophe se situe donc « au moment du fait initial ».

87. (11 janvier 2013). Le « fait initial » que constate Y30.3 est défini par Y30.4 comme la confrontation entre les deux mainiius, c’est-à-dire entre les ténèbres de la nuit et la lumière du feu rituel naissant. C’est le début d’un processus en cascade : la confrontation exige que l’on sache faire la différence (ci) entre ses acteurs, savoir ou ne pas savoir faire la différence entraîne un choix (var) et ce choix se traduit par un déplacement dans l’espace (Y30.6 hǝ̄ṇduuarǝṇtā – Y30.7 jasat̰), comme si chaque camp investissait concrètement un domaine propre. Cet enchaînement structure la mise en place d’un système antagoniste. L’étape suivante est consacrée à la conclusion d’une « alliance » (uruuata-) entre les sacrifiants et les divinités du bon camp (Y30.11 – Y31.3). Dès que le nom du feu a été explicitement mentionné, en coordination avec mainiiū (Y31.3), la métaphore de la langue d’Ahura Mazdā se substitue à celle des mains secourables. Cette langue permet d’écarter du feu « tous les vivants », afin de procéder à l’invitation exclusive des membres du bon panthéon (Y31.4) et d’établir avec le dieu un échange que provoquent en alternance l’activation du feu (4. vǝrǝdā, 6. vaxšat̰, 7. uxšiiō) et les appels à parler (3. vaocā, 5. vaocā, 6. vaocāt̰) pour transmettre une science divine (3. vīduuanōi, 5. vīduiiē, 6. vīduuā̊). Ceux-ci se muent, après délai, en un long interrogatoire (12. pǝrǝsaitē, 13. pǝrǝsaitē, 14. pǝrǝsā, 15. pǝrǝsā, 16. pǝrǝsā, 17. katārǝ̄m…).

98. (18 janvier 2013). Le processus s’achève avec les strophes Y31.16 à 19. Y31.16 semble reproduire la question de Y29.9 : « quand (le feu) sera-t-il là ? », mais s’interroge en réalité sur son accession à la qualité de hudānu-, c’est-à-dire sur son aptitude à fondre la graisse de l’offrande carnée. Cette même strophe procède au troisième rassemblement général de l’opération ignée, celui des cercles de l’appartenance sociale après celui des éléments de la triade pensée-parole-action (Y30.3) et celui des entités du panthéon (Y31.4). Quand s’achève la récitation du Y31, le feu est prêt pour le sacrifice. Mais avant de procéder aux offrandes, il faut sortir de l’antagonisme qui s’est constitué à partir de Y30.3, donc régler la question des daēuuas. Sur ceux-ci, trois remarques préalables s’imposent : 1. Si le mot daēuua- est attesté dans chaque Gâthâ à l’exclusion du Y53, il n’y a de théorie sur les daēuuas que dans la Gâthâ Ahunauuaitī, avec le Y32 ; 2. les daēuuas sont systématiquement associés aux maṣ̌iias « hommes », si bien qu’il est sûr que la vieille coordination indo-européenne « dieux et hommes » avait déjà dans les Gâthâs un sens globalement négatif ; 3. les daēuuas sont constitutivement déterminés par vīspa- « tout » (Y32.3), si bien que la comparaison doit être établie avant tout avec le corps des Víśve Devā́ḥ védiques.

109. (25 janvier 2013). Certains mots sont attestés dans le Y32 avec une haute fréquence : 1. aēnah-, souvent déterminé par le démonstratif lourd aēša-, définit le « tort » des daēuuas et de ceux qui leur sont associés ; 2. jiiātu- synthétise les forces de vie et d’immortalité (amǝrǝtāt-, hauruuatāt-, tǝ̄uuīšī-, utaiiūiti-), que les daēuuas menacent ; 3. srauuah-, en principe le nom de l’hymne, est étrangement exclusif de la Gâthâ Ahunauuaitī et semble un instrument de compétition entre les deux camps. D’une manière générale, il semble que le Y32 reproduise, en raccourci et du point de vue des daēuuas, le cursus rituel de la Gâthâ tout entière, depuis la demande initiale (Y32.1 yā : yāsa-) jusqu’à l’offrande finale de haoma et de chair (Y32.14), pour constater son échec et la dissolution décisive des forces du mal (Y32.15). On peut se demander si le Y32 ne joue pas dans la Gâthâ Ahunauuaitī le même rôle que l’intercalation du Vidêvdâd dans le Yasna récent de type ušahina-. L’antiquité de la structure du rite auroral serait ainsi établie.

1110. (1er février 2013) : Considérations conclusives sur les notions générales traditionnellement débattues dans les études mazdéennes. 1. L’eschatologie collective : les Gâthâs ignorent la doctrine des millénaires, car celle-ci suppose que les créations mentales précèdent les créations matérielles, alors qu’elles sont entrelacées dans la cosmogonie gâthique (Y 44.3-7). 2. Le dualisme est insaisissable : le texte donne seulement à percevoir la mise en place du dispositif antagoniste. 3. L’impression de monothéisme repose sur des données aléatoires, mais aussi sur le fait qu’Ahura Mazdā semble fédérer en une entité singulière, qui a reçu pour nom l’exercice de la pensée, la multiplicité des acteurs de la lumière diurne.

Séminaire : Lecture de passages des Gâthâs

12Suite de la lecture du Y51 dans le but de dégager les particularités des Gâthâs en un seul chapitre. Le séminaire du 7 décembre 2012, consacré au mot yāh-, a été tenu par Céline Redard, attachée de recherches auprès de la chaire, et celui du 11 janvier 2013, préparatoire à l’examen de la question des daēuuas, par Philippe Swennen, professeur à l’université de Liège.

Cours extra muros

13Le professeur a fait trois cours et trois séminaires intitulés « La restitution du rituel gâthique » à l’université de Bologne au siège de Ravenne, les 16, 18 et 19 avril 2013.

Invitation de savants étrangers

14Le professeur Alberto Cantera, de l’université de Salamanque, a été invité à faire quatre cours intitulés « La liturgie longue zoroastrienne », qui ont eu lieu les 14, 21, 28 mai et 4 juin 2013.

Colloques

15Céline Redard a donné une conférence « Le Y 72.11 : un final qui n’en est pas un ! » à l’occasion du colloque « Linguistic Studies of Iranian and Indo-European Languages, Symposium in memoriam Xavier Tremblay (1971-2011) », qui s’est tenu à l’Institute of Iranian Studies of the Austrian Academy of Sciences à Vienne le 16 novembre 2012.

Publications

16Kellens J., « Après avoir brisé l’obstacle », Polymètis. Mélanges en l’honneur de Françoise Bader, Paris, 2012, 173-177.

Kellens J., « Contre l’idée platonicienne d’Avesta ou les Considérations revisitées », The Transmission of the Avesta, éd. Alberto Cantera, Wiesbaden, 2012, 49-58.

Kellens J., « Jahikā et le vocabulaire daivique », Gifts to a Magus. Indo-Iranian Studies honoring Firoze Kotwal, New York, 2013, 123-127.

Redard C. et Kellens J., Études avestiques et mazdéennes, vol. V : la liquidation du sacrifice (Y62 – Y72), Paris, 2013, 68 pages.

Kellens J., « Les Gâthâs dites de Zarathushtra et les origines du mazdéisme », Annuaire du Collège de France 2011-2012, Paris, 2013, 491-493.

Kellens J., « Fabriquer un dieu avec du gâthique : le cas de Sraoša », in : Le Sort des Gâthâs et autres études iraniennes in memoriam Jacques Duchesne-Guillemin, éd. Éric Pirart, Acta Iranica 54, Louvain, 2013, 93-100.

Kellens J., « Les Achéménides et l’Avesta », Septimo centenario de los estudios orientales, Salamanca, A. Agud, A. Cantera y alii. Salamanque, 2013, 547-554.

Kellens J., « Le jour se lève à la fin de la Gâthâ Ahunauuaitī », Journal asiatique, 301.1, 2013, 53-84.

Activités diverses

17Le professeur a présenté une contribution sur le mazdéisme au projet Labex Resmed « Le dualisme » des Centres Lenain de Tillemont (UMR 8167) et Léon Robin (UMR 8061) de Paris IV, à Paris, le 9 novembre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 487-491. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

Jean Kellens, « Langues et religions indo-iraniennes », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2525

Haut de page

Auteur

Jean Kellens

Professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page