Navigation – Plan du site
113 | 2014
Annuaire du Collège de France 2012-2013
Résumé des cours et travaux 113e année
Conférenciers invités

Quatre conférences

James B. Collins
p. 903-904

Notes de la rédaction

Le Pr James B. Collins a été invité par l’Assemblée des professeurs, sur proposition des Prs Pierre Rosanvallon, Marc Fumaroli et Daniel Roche. Les conférences ont été prononcées les 5, 12, 19 et 26 mars 2013 et sont disponibles en audio sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/pierre-rosanvallon/guestlecturer-2012-2013.htm

Texte intégral

La République et l’État en France, 1360-1740

1« La respublique françoyse » est une invention du roi Charles V et de ses contemporains. À la suite des bouleversements politiques des années 1350 et des traités de Brétigny et de Calais, le « sage roi », ses légistes, des philosophes, comme Nicole Oresme, et les citoyens doivent protéger l’intégrité territoriale du royaume. S’emparant du vocabulaire des États de 1356-1357, les ordonnances royales parlent du « bien de la chose publique » ; mais aussi du respect du ressort et de la souveraineté royale (dans un sens tout autre que celui de Bodin). Nous essayons d’analyser quatre moments clés de l’évolution de cette « respublique françoyse » et de l’État qui l’a remplacée vers 1600 : la naissance de cette « respublique » (1355-1405) ; la Guerre du Bien Public (1465) ; le règne d’Henri IV ; et l’apogée de l’État sous Louis XIV. En guise de transition avec la deuxième conférence, nous abordons la question de la renaissance du bien public, sous Louis XV, dans une forme tout autre que celle du xvie siècle.

La culture politique en France, 1640-1757

2Comment peut-on parler d’une culture politique en France pendant les règnes de Louis XIV et de Louis XV ? Nous possédons une source extraordinaire, qu’on peut utiliser comme fil conducteur : les discours de réception [et les réponses] à l’Académie française. Nous pensons que la vie politique est restée dans l’ombre sous le Roi Soleil, mais les discours des « Immortels », si on les lit de près, présentent une autre optique. Les discours de la fin du règne (vers 1690-1715) ne ressemblent guère à ceux des années 1660, 1670 et 1680. La comparaison du discours de Fénelon avec sa lettre secrète à Louis XIV, par exemple, montre clairement la flexibilité du nouveau critique de Louis XIV.

Hit the Road, Jacques

3En 1990, Jacques Revel, alors rédacteur des Annales, m’écrivit qu’un article que j’avais soumis à cette revue avait suscité le débat le plus âpre de l’histoire du comité de rédaction. En fin de compte, le comité l’a refusé et je l’ai publié l’année suivante, dans le Journal of Social History (1991) : « Social and geographic mobility in early modern France ». Dès la parution de cet article, des collègues français, surtout Alain Croix et Jean-Pierre Poussou, ont soutenu une controverse autour de la question « mobilité-sédentarité » dans la société de la France moderne. La documentation de base des annalistes, soulignant une société immobile, était l’état civil, et surtout les taux d’endogamie. Mais si l’on interrogeait d’autres sources – rôles d’impôts, registres de translation de domicile (Normandie, Champagne), recherche des feux (Bourgogne) – quelle serait la réponse ? Foucault a souligné la rupture qui existe à l’époque moderne entre des descriptions de la société par des élites modernes mettant en avant la mobilité, dont ils ont peur, et la réalité d’une société immobile. Il se sert, bien entendu, des données des meilleurs spécialistes de son temps : les annalistes. Mais si les annalistes avaient tort ? Si la France moderne, comme le disaient des élites de l’époque, avait vraiment été une société mobile, que faire alors de l’analyse de Foucault sur la naissance de la société répressive ?

« L’absolutisme » : la critique anglophone

4Dans le monde anglophone, une nouvelle génération des modernistes croit que l’image de « l’absolutisme » des « Revisionists » – Beik, Campbell, Collins, Hamscher, Kettering, Mettam, Parrott, et alia – constitue le paradigme en vigueur. Quelques-uns parmi eux, au moins en Amérique du Nord, veulent construire un nouveau paradigme rendant compte de l’absolutisme (Breen, Chapman, Dee et plusieurs autres). Au Royaume-Uni, personne ne parle plus de « l’absolutisme » : Guy Rowlands insiste, par exemple, sur la « monarchie dynastique ». En France, en revanche, les spécialistes n’ont jamais abandonné le paradigme de « monarchie absolue » ou même d’absolutisme. Peut-on réconcilier ces trois modèles de la monarchie des Bourbon ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 113e année, Collège de France, Paris, avril 2014, p. 903-904. ISBN 978-2-7226-0329-5

Référence électronique

James B. Collins, « Quatre conférences », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 113 | 2014, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/2750

Haut de page

Auteur

James B. Collins

Professeur, université de Georgetown (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page