Navigation – Plan du site
108 | 2008
Annuaire du Collège de France 2007-2008
Résumé des cours et travaux 108e année
Conférenciers invités

Des larmes et des saints

Résumé des conférences du Collège de France (2007-2008)
Victor I. Stoichita
p. 916

Texte intégral

1Le mot « vision », disait Thomas d’Aquin, peut avoir deux sens : dans le premier, il signifie la perception par l’organe de la vue ; dans le second, il est appliqué à la perception interne due à l’imagination ou à l’intellect (Summa theologica, I, q. LVII, a, 1).

2Au sens mystique, l’épreuve visionnaire n’est pas nécessairement une expérience optique, tout en étant une expérience de l’image. Cette image peut revêtir des degrés de clarté variables. La plupart des mystiques sont pourtant d’accord sur le fait que la rencontre avec le transcendant est, dans son essence, ineffable, inénarrable, irreprésentable, ce qui n’empêche pas que la culture occidentale dispose d’innombrables textes littéraires et d’autant d’œuvres d’art qui en parlent. Il s’agit pourtant d’images et de textes problématiques et paradoxaux puisqu’ils représentent ce qui, a priori, ne peut être ni vu, ni représenté.

3C’est justement le grand problème de la « représentation de l’irreprésentable » que cette série de conférence se propose d’aborder. La peinture espagnole du xvie et du xviie siècles fournira la plupart des exemples, mais l’enjeu de cette recherche est plus vaste. Il s’agit, en fait, d’aborder un cas extrême de la représentation figurative, dans un espace géographique limité mais sur une toile de fond très ample. Cette toile de fond est constituée, d’un côté, par l’art occidental de la même époque et, de l’autre, par la spiritualité de la Contre-Réforme, qui redécouvre le rôle de l’imaginaire dans l’exercice de la foi.

4Pour assumer cette tâche, les conférences emprunteront le chemin le plus direct : interroger la langue originaire des images, essayer de déchiffrer le mécanisme de leur fonctionnement en tant qu’images relatant une expérience d’image (une « vision »). Elles s’arrêteront sur les mécanismes de dédoublement métapictural à l’œuvre dans les tableaux de visions, interrogeront le rôle du corps en extase dans la communication d’une expérience inénarrable. La démarche interprétative, simple quant à son point de départ, ne sera exempte ni de risques ni de difficultés, car les caractéristiques fondamentales de l’imaginaire occidental se trouvent ici indéniablement poussées jusque dans leurs derniers retranchements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 108e année, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 916. ISBN 978-2-7226-0082-9

Référence électronique

Victor I. Stoichita, « Des larmes et des saints », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 108 | 2008, mis en ligne le , consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/282

Haut de page

Auteur

Victor I. Stoichita

Professeur à l’université de Fribourg (Suisse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page