Navigation – Plan du site
112 | 2013
Annuaire du Collège de France 2011-2012
Résumé des cours et travaux 112e année
II. Sciences humaines et sociales

Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire

Nicolas Grimal
p. 377-384

Notes de la rédaction

Les séminaires sont disponibles en audio et vidéo sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/pierre-corvol/seminar-2011-2012.htm. Les enregistrements des conférences de Michael Brown, professeur invité, sont disponibles sur le site Internet du Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/pierre-corvol/guestlecturer-2011-2012__1.htm

Texte intégral

Cours et séminaire

Le temple d’Amon-Rê à Karnak : Héliopolis et l’Empire

1Les deux premiers cours ont été consacrés à la problématique des ports levantins aux deuxième et premier millénaires : présentation des travaux actuels de l’équipe associée à la chaire sur le littoral de Byblos1, évocation du port antique de Beyrouth2.

2Le cours de cette année a été l’occasion de reprendre l’étude systématique des vestiges en brique crue du téménos d’Amon, en analysant l’ouvrage de G. Charloux et R. Mensan, Karnak avant la XVIIIe dynastie (Études d’égyptologie, 11, 20123).

  • 4 « Programme architectural et iconographique des monuments d’Aménophis Ier à Karnak », ASAE, 74, 169 (...)
  • 5 Le grand livre de pierre. Les textes de construction de Karnak, Études d’égyptologie, 9, 2009, 52-5 (...)

3On a ensuite passé en revue les états successifs des monuments au début de la XVIIIe dynastie, en commençant par Amenhotep Ier : sa chapelle reposoir en calcite, la copie qu’il fit probablement exécuter de la chapelle de Sésostris Ier, la porte monumentale qu’il fit ériger sur l’axe sud du temple, le colosse en place devant la face sud du VIIIe pylône, ses interventions enfin dans la cour, dite « du Moyen Empire », déjà probablement au cœur d’Ipet-sout à son époque. On a, à cette occasion, comparé les propositions d’assemblages théoriques jadis faites par Catherine Graindorge et Philippe Martinez4 aux hypothèses de François Larché, puis proposé une relecture des hypothèses historiques de Christiane Wallet-Lebrun5.

4Les constructions de Thoutmosis Ier ont fourni l’occasion de revoir la question de la définition d’une iounyt. À cet effet, on a été amené à détailler la dédicace de Thoutmosis Ier sur l’obélisque conservé à l’ouest du IVe pylône, afin de la confronter à l’état supposé du temple à son époque. On a ensuite comparé cette dédicace à celle que Ramsès IV ajouta, en son temps, et à l’état des lieux que cette dernière reflète. Ce tour d’horizon a permis de poser la question du pylône lié à l’obélisque encore en place, donc de la date de construction des Ve et IVe pylônes.

5On a ainsi passé en revue les trois principales hypothèses généralement présentées, qui attribuent le IVe pylône à Thoutmosis Ier, Thoutmosis II ou Hatshepsout.

  • 6 « Nouvelles observations sur les monuments du Moyen et du Nouvel Empire dans la zone centrale du te (...)
  • 7 O.c., pl. LXII-LXIX.

6La datation du Ve pylône a été envisagée au regard de la colonnade d’Amenhotep Ier, et en fonction des observations faites récemment par François Larché6. On s’est alors logiquement tourné vers la question de la fondation des trois paires d’obélisques, dont les traces subsistent en avant du IVe pylône, et dont François Larché a présenté la problématique7. On a croisé les éléments fournis par diverses sources : les mémoires d’Inéni, certains blocs épars des Annales de Thoutmosis III, les vestiges de construction de Thoutmosis Ier, remployés ou en place, la dédicace de l’obélisque nord d’Hatshepsout, enfin.

7On a pu ainsi tenter de répondre à la question posée, concernant la nature de la iounyt : à travers l’exemple de la cour de fêtes de Thoutmosis IV, reconstituée par Bernadette Letellier et François Larché, et en invoquant des exemples comme celui du temple de Louqsor, et, pour la description du dispositif liturgique ainsi mis en œuvre, celui du temple d’Edfou.

8La porte et les éléments de grenier conservés, ont, enfin, permis d’évoquer la problématique du temple « dit de Montou ».

Les Annales de Thoutmosis III : étude et commentaire

9On a terminé cette année l’étude de la campagne de l’an 31, qui avait été abordée en 2010, et entrepris celle de l’an 33. En voici un état d’établissement et de traduction.

Campagne de l’an 31 (Annales V 11-19)

ḥȝt-sp 31 tpy (n) šmw sw 3

« Année 31, 3e jour du premier mois de l’été.

sḥwy ḥȝḳw ḥm⸗f m rnpt ṯn

Récapitulatif du butin de Sa Majesté de cette année.

10 

ḥȝk ỉny m dmỉ n Ỉnrṯ nty ḥr spt Mrn

Butin rapporté de la cité d’Oullaza qui est au bord du Marna :

sḳr-ʿnḫw

492

prisonniers

492,

ḥnty n pȝ šrỉ n ḫrw n Tnp

< 1 >

officier de l’enfant du vaincu de Tounip

< 1 >,

ḥry [w-šʿ] nty ỉm

1

Béd[ouin]

1.

dmḏ z

494

Total hommes

494.

ssmt

26

chevaux

26

wrrt

13

et chars

13,

(12) ʿpr⸗sn m ḫʿw nb nw rȝ-ʿ ḫt

(12) pourvus de tout leur équipement de combat.

ʿḥʿ. n ḥȜḳ. n ḥm⸗f dmỉ pn n wnwt šrỉ [t]

Sa Majesté pilla cette cité sur l’heure, et

ḫt⸗f nb m ỉs ḥȝḳ

tous ses biens furent pris comme libre butin.

 

ỉnw n wrw nw rṯnw ỉww r sn tȜ

Tributs des chefs du Retenou venus flairer le sol devant la [puissance] de Sa Majesté cette année-là.

n [bȜw] ḥm⸗f m rnpt ṯn
ḥm[w] ḥm [wt…

Servants et servant [es…]

[…],

….] n ḫȜst ṯn

72

[…] de ce pays

72.

ḥḏ

dbn 761 ḳdt 2

Argent

761 deben et 2 kite,

wrrt bȝk m ḥḏ

19

chars plaqués d’argent

19,

(13) ʿprw m ḫʿw⸗sn nw rȜ-ʿ ḫt

(13) pourvus de leur équipement de combat

ỉwȝw ḥr tpỉw

104

bœufs iouâ et tepyou

104,

wnḏw ḥr ỉdrw

172

bœufs oundjou et iderou

172.

dmḏ

27

Total :

276.

ʿwt

4 622

Têtes de petit bétail

4 622.

bỉȝ ḥr ḫȝst⸗f ḏbt

40

Barres de minerai de cuivre

40,

dḥty

[…]

plomb

[…],

Nwb

[…]

or

[…],

šȝḳw sš m sswt

41

étuis à matériel de scribe en métal sesout ( ?)

41,

(14) ḥnʿ mȝʿw⸗sn nb ḥnʿ ḫȝw nb nfr [n ḫȝ]st ṯn

(14) ainsi que tous leurs biens précieux, ainsi toutes les bonnes essences [de] ce pays. »

 

ỉsṯ mnỉt nbt spr ḥm⸗f r⸗s

Puis tout mouillage qu’avait touché Sa Majesté

sspd m t nfr m t šbnw

fut pourvu en pain de qualité et pains variés,

m bȝḳ snṯr irp bỉt d[ḳr nb nfr n ḫȝst ṯn

en huile, encens, vin, miel et [toutes sortes de bons] fr[uits de ce pays.

... ] ʿšȜ st r ḫt nbt r rḫ mšʿ n ḥm⸗f
  nn m ỉwms

...] C’était plus que toute chose, plus que ne le savait l’armée de Sa Majesté : sans mentir !

(15) ỉw⸗sn mn ḥr hrwyt pr-nswt
  ʿnḫ wḏȜ snb

(15) Ils furent consignés dans le journal du palais royal, — VSF,

tm⸗tw rdỉ.t rḫ.t⸗sn ḥr wḏ pn

mais ne furent pas mentionnés sur ce décret,

  r tm sʿšȜ mdt

afin de ne pas multiplier les mots,

  r ỉr.t ẖrt⸗sn ḥr tȜ s[t] ỉ[ry sṯ ỉm

tout en en faisant ce qu’il convient d’en faire à leur jus[te place.

 

... ] ỉst grt n s]mỉtw šmw n ḫȜst Rtnw

...] On n’a pas fait non plus] rapport sur la récolte du pays de Retenou :

  m šs(r) ʿšȜ (16) ỉt swt bdt sn[ṯ]r

de nombreuses céréales (16) — orge, froment, blé —, en[c]ens,

  bȜḳ wȜḏ ỉrp dḳr ḫt nbt nḏmt n ḫȜst

huile fraîche, vin, fruits et tous doux produits du pays.

ỉwtw r šnt st r pr-ḥḏ

On l’envoya au Trésor,

  mỉ ỉp bȜ[kw n Nḥsỉ]

comme sont comptabilisés les tri[buts de Nubie.

 

ỉnw n wr n...

Tribut du chef de....].

ḥnw] šbnw

33

Vases [divers]

33,

  ḥnʿ šsmt ʿȜt nbt nt ḫȜst ṯn
  ḥnʿ ỉnrw ʿš (17) n wḏḥ

ainsi que de la malachite et toutes pierres précieuses de ce pays,

 

m [mȜʿw] nb nfr n ḫȜst ṯn

ainsi que de nombreuses pâtes (17) de verre de toutes belles choses [précieuses] de ce pays.

 

spr ḥm =f r TȜ-mry

Arrivée de Sa Majesté au Pays aimé.

ỉwt wpwtyw nw Gnbtyw

Venue d’ambassadeur des Genebtyou,

  ẖr ỉnw⸗sn m ʿnt[yw kȜw]

chargés de leurs tributs : enc[ens, fruits de sycomore non entaillés].

 

bȜk n Kš ẖst

Impôts du vil pays de Kouch :

nwb dbn

[...]

or

[...] deben,

ḥmw ḥmt nḥsy]w

serviteurs et servantes nègre]s,

nḥsyw ṯȜyw r šms

10

nègres mâles pour être domestiques,

10

ỉwȜ (18) wnḏw

113

bœufs iouâ (18) et oundjou

113,

kȜ ỉdr

230

bœufs iderou

230,

dmḏ

343

 total

343

ḥrw-r ʿḥʿw Ȝtpw m Ȝbw hbnw

Sans compter des chalands chargés d’ivoire,

 

ỉnm n Ȝbỉ mȜʿ[w nb nfr n ḫȜst ṯn

d’ébène,

 

ḥnʿ šmw n ḫȜst ṯn

de peaux de panthères et de toutes belles choses précieu[ses de ce pays, ainsi que la récolte de ce pays.

 

bȜkw n WȜwȜ t

Impôts de Wawat :

  nwb dbn

[ ... ]

or

[...] deben,

  ḥmw ḥmwt

servantes et servants,

  nḥsyw n] WȜwȜt

5

nègres de] Wawat

5,

  iwȜ wnḏw

31

boeufs iouâ et oundjou,

31,

  kȜ ỉdr

61

boeufs iderou

61,

  dmḏ

92

total

92,

(19) ḥrw-r ʿḥʿw Ȝ[tp(w) m] ḫt nbt nt ḫȜst ṯn

(19) sans compter des chalands cha[rgés

 

šmw n WȜwȜt m-mỉtt

 

11On s’est arrêté sur la question des ports de la côte levantine évoqués par les Annales : installations portuaires ou simples mouillages ?

12Le terme utilisé, mnỉt, ne peut évoquer un port que par métonymie. Il désigne en effet le pieu d’amarrage (Wb II 72.12-14 et 74.14), par extension du sens premier, « fixer, attacher »8. Si l’on conçoit facilement l’amarrage d’un bateau fluvial sur la berge au moyen d’un simple pieu – encore que les exemples des quais comme celui du temple de Karnak montrent qu’à l’évidence les navires étaient amarrés à un « anneau » créé par évidement d’une pierre du quai9 –, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit d’une installation sur la côte levantine, où ne sont possibles que deux alternatives de mouillage : par ancres en eau profonde – jusqu’à présent attesté seulement au Ier millénaire av. J.-C. –, ou dans une rade abritée, artificielle ou non10. La toponymie arabe moderne et contemporaine témoigne très probablement de cet usage métonymique : le terme minet11 recouvre clairement le même champ que mnỉwt de An IV 14, 9, qui détaille les aménagements préparant la venue de Pharaon, ou simplement ses occurrences dans les Annales12.

  • 13 P. Tallet, « Les Égyptiens et le littoral de la mer Rouge à l’époque pharaonique », CRAIBL, 153 (av (...)

13Le seul exemple proprement égyptien d’un mouillage artificiel comparable aux ports du Levant connus à ce jour est celui d’El-Jarf, sur la côte égyptienne de la mer Rouge, que fouille actuellement Pierre Tallet13. Les techniques que les Égyptiens y mirent en œuvre étant, de l’aveu même des sources contemporaines, « giblites », on peut supposer que ce dispositif donne une bonne idée de ce que devaient être ces installations portuaires, dont les Égyptiens prenaient soin, campagne après campagne à l’époque de Thoutmosis III.

Campagne de l’an 33 (Annales V 19-27)

ḥȝt-sp 33

« An 33,

  ỉst ḥm⸗f ḥr ḫȜst Rtnw

Sa Majesté était au pays de Retenou.

    [spr w n Qdn m wḏyt ḫmn-nw nt nḫt

[Atteindre le territoire de Qadna au cours de la huitième campagne victorieuse.

 

ḏȜ t pẖr-wr Nhrn ỉn ḥm⸗f r-ḥȜt mšʿ⸗f r]

Traverser le Grand Flot du Naharina par

      ỉȜbty mw pn

Sa Majesté à la tête de son armée vers] l’est de ce fleuve.

smn.n⸗f ky r-gs wḏ n ỉt⸗f (20)
    nswt-bỉty ʿȜ-ḫpr-kȜ-Rʿ

Elle érigea une autre stèle à côté de celle
de Son père (20), le roi de Haute et Basse Égypte Aâkheperkarê.

ỉs[t ḫd.]n ḥm⸗f

Puis Sa Majesté [navi]gua, pillant les

    ḥr ḥȜq dmỉw

villes, ravageant les villages de ce vil ennemi

    ḥr ḫbȜ wḥywt n ḫrw pf n NhrynȜ ẖst

du misérable Naharina.

 

[ʿḥʿ.n ḫd.]n⸗f ỉtr n sqdwt m-sȜ⸗sn

Elle [remonta alors] le fleuve [vers le nord] à force de voile, à leur poursuite,

Nn nw.n wʿ (21) ḥȜ⸗f

sans que nul regardât (21) derrière soi,

  wpw-ḥr ỉ[fd m d]wn mỉ hȜrt

mais s’en[fuyait] au contraire [en cou]rant

    nt ʿwt ḫȜs[t]

comme le petit gibier du déser[t].

ỉst ḥtrw pw šrš[w]

Et attelage de s’élancer [...]

 

[rḫt ḥȜqw ỉny m st ṯn] m mšʿ r-ḏr⸗f

[Liste du butin rapporté de ce pays] par l’armée tout entière :

  wrw

3

chefs

3,

   (22) ḥmwt⸗sn

30

(22) leurs épouses

30,

  rm[ṯ kf]ʿ

8

hommes capturés

80,

  ḥmw ḥmwt ḥnʿ ẖrdw⸗sn

606

servants et servantes avec leurs enfants

606,

  ḥtpyw ḥmwt[⸗sn ẖrdw⸗sn

.... ]

[...] qui se sont rendus avec [leurs] femmes
[et leurs enfants .....

[…],

w]ḥȜ ỉt⸗sn

Cou]per leur récolte.

 

spr ḥm⸗f r dmỉ (23) n Ny m ḫnt[y]t

Sa Majesté atteignit la cité (23) de Ny dans sa route vers le sud,

ḫft ỉỉt ḥm⸗f

après que Sa Majesté fut allée mettre en

  smn.n⸗f wḏ⸗f m Nhryn3

place sa stèle au Naharina,

    ḥr swsḫ tȜšw Kmt

étendant ainsi les frontières de l’Égypte.

 

[rḫt] ỉnw ỉny n ḥm⸗f ỉn wrw nw ḫȜst [ṯ]n

[Liste] des tributs apportés à Sa Majesté par les chefs de [c]e pays :

(24) ḥmw ḥmwt

513

(24) servants et servantes,

513

 ssmt

260

chevaux

260,

  nwb

dbn 45 kdt r-9

or

45 deben et 1/9ekite,

ḥḏ : ḥnw m bȜk n Ḏhy

des vases d’argent en travail du Djahy,

  [wrrt bȜk.tỉ m ḥḏ ʿprw] m ḫʿw⸗sn nb nw r-ʿ ḫt

chars plaqués d’argent et pourvus] de tout leur équipement de combat […].

ỉwȜ (25) wnḏw tpỉ

28

Bœufs iouâ, (25) oundjou, tpy,

28

kȜ (n) ỉdr

564

taureaux ider

564,

ʿwt

5323

petit bétail

5323,

snṯrmn

828

encens :

828 jarres men,

bȜq [nḏm] ḥr [bȜq wȜḏ] ....

de l’huile de moringa [douce] et [de l’huile de moringa fraîche. ...],

[... ḫȜw] nb nḏm n ḫȜst ṯn

toutes douces [plantes] de ce pays,

dqr nb ʿšȜ

 tous fruits en grand nombre.

 

ỉsṯ (26) nȜ n mnỉt sspd [m ḫt nb(t)]

Puis (26), les ports furent pourvus [de toutes choses],

  mỉ ḥtr⸗sn mỉ nt-ʿ⸗sn nt ṯnw ḥȜt-zp

conformément à leur imposition habituelle de chaque année de règne,

ḥnʿ bȜk n Rmnn mỉ nt-ʿ⸗sn n(t) ṯnw ḥȜt-zp

ainsi que l’impôt du Liban conformément à l’habitude de chaque année de règne,

ḥnʿ wrw nw [R]mnn [....]

ainsi que les chefs du [Li]ban [...]

[....] 2 n rḫ⸗tw

[...] Deux [oiseaux] inconnus,

  Ȝpd 4 (27) n ḫȜst ṯn

  quatre oiseaux (27) de ce pays,

    ỉsṯ st ḥr [mst rʿ] nb

    qui [pondent] chaque [jour].

 

ỉnw n wr n Sngr

Tribut du chef de Babylonie :

  ḫsbd mȜʿ

dbn [...]4

lapis-lazuli véritable deben,

[...4]

  ḫsbd ỉryt

dbn 24

lapis-lazuli artificiel

24 deben,

  ḫsbd Bbr

[...]

lapis-lazuli de Babylone

[...] »

14On est revenu en détails sur le franchissement de l’Euphrate et l’itinéraire probable de l’armée de Thoutmosis III en reprenant l’ensemble du dossier documentaire. L’analyse historique et politique de la documentation a permis d’étudier la situation et le rôle de Niyi et d’Ougarit dans la géopolitique de la Syrie du nord. On a également repris le dossier des termes associés aux frontières et au bornage.

15Les « deux oiseaux inconnus » ont donné, enfin, l’occasion de reprendre la question de l’identification et de l’origine de la poule, plus largement celle de la caractérisation du règne animal. L’ensemble de ces dossiers sera présenté dans la publication finale.

Travaux et publications

Travaux collectifs

16En collaboration avec Emad Adly et Alain Arnaudiès, chroniques archéologiques : Bulletin d’information archéologique et « Fouilles et travaux en Égypte et au Soudan », pour la revue Orientalia.

Campagnes d’étude à Byblos en novembre 2011 et mai 2012, au Caire en décembre 2011.

Participation aux travaux de la Commission consultative des fouilles françaises à l’étranger, MAEE, 8-14 décembre 2011.

Participation au jury d’HDR d’Éric Aubourg, Matière noire, énergie noire et pays noir, Université Paris-Diderot, 1er décembre 2011.

Participation au colloque « Langes anciennes », Lycée Louis-le-Grand, 31 janvier-1er février 2012.

Organisation, avec Olivier Perdu, d’une journée d’études consacrée à « Quelques aspects de la production artistique de l’Égypte tardive (1069-30 avant notre ère) », Académie des inscriptions et belles-lettres, 15 juin 2012.

Conférences et communications

17« L’eau en Égypte ancienne », communication présentée au colloque international L’eau en Méditerranée, de l’Antiquité au Moyen-Âge, villa Kérylos, Beaulieu-sur-mer, 7-8 octobre 2011.

Hommages présentés à l’Académie des inscriptions & belles-lettres : Michel Valloggia, Abou Rawash 1. Le complexe funéraire royal de Rêdjedef, Étude historique et architecturale. Avec des annexes de José Bernal et Christophe Higy, Fouilles de l’Institut français d’archéologie orientale, vol. 63, Le Caire, 2011 ; Philippe Mainterot, Aux origines de l’égyptologie. Voyages et collections de Frédéric Cailliaud, 1787-1869, Presses universitaires de Rennes, Coll. » Art et société », 2011 (séance du 21 octobre 2011) ; Delphine Dixneuf, Amphores égyptiennes. Production, typologie, contenu et diffusion (iiie siècle avant J.-C. – ixe siècle après J.-C.), Études alexandrines, 22, Centre d’études Alexandrines, Alexandrie, 2011 (18 novembre 2011) ; Pascale Ballet et Anna Południkiewicz, La céramique des époques hellénistique et impériale. Campagnes 1988-1993, Production, consommation et réception dans le Fayoum méridional. Dessins : Khaled Zaza et Hussein El-Chahat, Tebtynis V, Fouilles franco-italiennes, FIFAO, 68, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 2012 (15 juin 2012).

Martine Francis-Allouche & Nicolas Grimal, « Nouvelles recherches archéologiques à Byblos », communication présentée devant l’Académie des inscriptions & belles-lettres », séance du 10 février 2012.

Publications

18Grimal N., « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », Annuaire du Collège de France, 111, 2011, 377-378.

Adly E. & Grimal N., Bulletin d’information archéologique, 41, janvier-juin 2010,118 p. ; 42, juillet-décembre 2010,130 p. ; 43, janvier-juin 2011, 196 p.

Grimal N., « Hommage de Alain Zivie, La tombe de Maïa, Mère nourricière du roi Toutankhamon et Grande du Harem, Toulouse, Caracara éd., 2009 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, 154, 2010, 34-36.

Grimal N., « Hommage de Studi di egittologia et di papirologia. Rivista internazionale, 6, 2009, Pisa-Roma ; Isabelle Hairy (dir.), Du Nil à Alexandrie. Histoire d’eaux, Catalogue de l’exposition du 23 octobre 2009 au 30 mai 2010 au Laténium d’Hauterive-Neuchâtel, Éditions Harpocrates, Alexandrie, 2009 ; Marie-Françoise Boussac, Thibaud Fournet et Bérangère Redon (éd.), Le bain collectif en Égypte (Balaneîa, Thermae, Hammâmât), Études urbaines 1 (IF 1013), Le Caire, 2009 », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, 154, 2010, 890-897.

Grimal N., « L’Académie et l’Institut du Caire », Comptes rendus de l’Académie des inscriptions & belles-lettres, 154, 2010, 1575-1588.

Francis-Allouche M. et Grimal N., « Byblos et la mer. Rapport préliminaire de la 1ère campagne », 2012 ; www.egyptologues.net/archeologie/byblos04.htm

Grimal N., « L’eau en Égypte ancienne », dans Jouanna J., Toubert P., Zink M. (éd.), L’eau en Méditerranée, de l’Antiquité au Moyen Âge, Cahiers de la villa Kérylos, 23, 2012, 15-33.

Grimal N., « Notice sur la vie et les travaux de Jean Leclant », La Lettre du Collège de France, juillet 2012, 27-29.

Haut de page

Notes

1 Voir : www.egyptologues.net/archeologie/byblos04.htm ; www.youscribe.com/catalogue/rapports-et-theses/savoirs/sciences-humaines-et-sociales/le-port-antique-de-byblos-1709557

2 Voir : www.egyptologues.net/archeologie/demantelement.htm ; www.youscribe.com/catalogue/rapports-et-theses/savoirs/sciences-humaines-et-sociales/les-cales-a-bateaux-pheniciennes-de-minet-el-hosn-a-beyrouth-1555490

3 Voir : www.soleb.com/livres/karnak/karnak-02.htm

4 « Programme architectural et iconographique des monuments d’Aménophis Ier à Karnak », ASAE, 74, 169-182.

5 Le grand livre de pierre. Les textes de construction de Karnak, Études d’égyptologie, 9, 2009, 52-53.

6 « Nouvelles observations sur les monuments du Moyen et du Nouvel Empire dans la zone centrale du temple d’Amon », Karnak, XII, 2007, pl. 449-450.

7 O.c., pl. LXII-LXIX.

8 Nathalie Beaux, « Ennemis étrangers et malfaiteurs égyptiens. La signification du châtiment au pilori », Bifao, 91, 1991, 40, 41 fig. 4, 43 fig. 5, 45.

9 Voir une illustration : www.cfeetk.cnrs.fr/index.php?page=rapport-2009-bains-ptolemaiques. Comparer avec G. Steindorff, Aniba, II, pl. 6.

10 Voir le rapport sur les fouilles du port antique de Beyrouth : www.egyptologues.net/archeologie/demantelement.htm. Cette contrainte est à l’origine de la mise en place du kothôn à époque grecque : Nicolas Carayon, Méditerranée 1, no., p. 5-13.

11 Dans le cas du port antique de Beyrouth, le nom Minet el-Hosn est particulièrement parlant, dans la mesure où il souligne la sécurité de ce mouillage.

12 Urk., IV, 500 (an 33), 723 (an 39).

13 P. Tallet, « Les Égyptiens et le littoral de la mer Rouge à l’époque pharaonique », CRAIBL, 153 (avril-juin 2009), 687-726 ; Id., « Ayn Sukhna and Wadi El-Jarf: Two Newly Discovered Pharaonic Harbours on the Suez Gulf », BMSAES, 18, 2012, 147–168 ; P. Tallet et G. Marouard, « An Early Pharaonic Harbour on the Red Sea Coast », Egyptian Archaeology, 40, 1911, 2-5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cours et travaux du Collège de France. Annuaire 112e année, Collège de France, Paris, avril 2013, p. 377-384. ISBN 978-2-7226-0198-7

Référence électronique

Nicolas Grimal, « Civilisation pharaonique : archéologie, philologie, histoire », L’annuaire du Collège de France [En ligne], 112 | 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-cdf/870

Haut de page

Auteur

Nicolas Grimal

Membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres), professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Collège de France

Haut de page