Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Cartographie et sciences humaines

Éric Guichard
p. 121-122

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Séminaire collectif animé par Éric Guichard, ENS

1Les axes du séminaire, qui propose une approche érudite de l’histoire de la cartographie et de ses tendances actuelles, recouvrent de façon toujours plus étroite ceux de l’atelier, qui accueille les étudiants et les chercheurs désireux de faire eux-mêmes leurs cartes. En effet, la réalisation d’une carte entre pleinement dans l’ensemble des activités propres à l’écriture, et la séparation entre pratiques intellectuelles et « manuelles », entre méthodes et processus automatiques s’avère inopérante si l’on raisonne en termes d’outillage mental (ou de technologie de l’intellect, si l’on veut reprendre les termes de Jack Goody).

2C’est aussi le témoignage qu’en ont donné les intervenants : lors de la conférence introductive, Éric Guichard (ENS) a insisté sur la relation étroite entre outils informatiques et conceptuels, sur l’interaction entre texte et image (les images vectorielles ne sont que du texte que l’on manipule pour faire des cartes), et sur l’interaction entre méthode et grammaire visuelle - la première attachée aux processus d’écriture (listes, comptages, tris, etc.), la seconde garantissant leur lecture.

3Peter Tainz (Université de Trier) a montré en quoi ces manières d’écrire et de lire s’ancraient dans des cultures spécifiques, en comparant les pratiques françaises et allemandes. Lors d’une seconde conférence, il a posé les jalons d’une cartographie cognitive, qui vise à distinguer les tâches, activités et contextes des auteurs et lecteurs, de façon à produire une graphique optimale. Hervé Théry et Sébastien Velut (ENS) ont détaillé les avantages de la chorématique, qui renforce et structure la compréhension de l’espace géographique cartographie. Là encore, les effets intellectuels d’une telle écriture sont considérables. Romain Garcier (ENS) a présenté la cartographie des épidémies, qui requiert la construction de modèles donnant un statut très théorique aux objets qu’ils produisaient (comme la notion de corridor de propagation d’une maladie), lesquels objets ne se satisfont pas des outils d’écriture simplistes et populaires que sont les SIG (systèmes d’information géographiques).

4Restait à approfondir la façon dont la carte donne à lire, non pas le monde qu’elle décrit, mais notre monde réel, avec ses représentations, ses invariants culturels, etc. Ce qu’a fait Henri Desbois (Université de Paris-X) en s’interrogeant sur la cybercartographie, plus désirée qu’existante (le cyberespace est-il un territoire ?) et sur les représentations dont elle se nourrissait (cinéma, images de Tokyo, etc.). Christian Jacob (CNRS) a montré comment, à la Renaissance, la cartographie de la Lune obéissait à une mise en miroir de la Terre, elle-même imaginée tant qu’elle n’était pas vue d’un point extérieur, et comment ce théâtre du monde pouvait être lu, certes avec de nouveaux objets techniques comme le télescope, mais aussi nommé en fonction de préférences culturelles ou politiques. À l’occasion d’une seconde séance, ce chercheur a mis en évidence la façon dont la carte d’un territoire inconnu permet d’y plaquer des représentations imaginaires : avec la construction et la diffusion de cartes de la planète Mars, le système social et technique de cette dernière a pu être comparé à celui de la civilisation égyptienne.

5Cette relation entre carte et écriture, et la notion d’outillage mental associé seront approfondies en 2001-2002.

Publications

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Guichard, « Cartographie et sciences humaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 121-122.

Référence électronique

Éric Guichard, « Cartographie et sciences humaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15110

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals