Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Géographie des maladies transmissibles

Gérard Rémy
p. 129-130

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Gérard Rémy, maître de conférences

Introduction à une éco-géographie des maladies transmissibles

1Cette première partie des enseignements définit les fondements conceptuels et les objectifs d’une éco-géographie des maladies. Elle expose les notions épidémiologiques essentielles, analyse les chaînes de transmission et les conditions de leur fonctionnement inscrites dans l’environnement, liées aux sociétés, associées au développement. Elle s’attache plus particulièrement aux propriétés épidémiologiques des villes africaines.

Pathologies émergentes ou ré-émergentes dans l’espace africain

2Parmi les affections transmissibles caractéristiques des populations africaines, quelques-unes sont contrôlées (variole) ou en voie de l’être (dracunculose, lèpre) ; dans certains pays, les campagnes de vaccination des enfants sont efficaces ; par contre, pour des raisons variées, des mesures de prévention ou de lutte se heurtent à des difficultés accrues (paludisme, trypanosomiase). Par ailleurs, des affections sont récemment apparues, ou réapparaissent.

3Le choléra s’était manifesté dans le passé de façon localisée, épisodique. Son intrusion massive, généralisée dans les années 1970, serait l’effet d’un écart entre les progrès réalisés dans le domaine des communications, propices aux apports du vibrion, et dans le domaine de l’hygiène, où se définissent les conditions de sa circulation interhumaine, spécialement dans les quartiers « spontanés » des grandes villes. Le choléra s’est endémisé aux abords de certains écotopes aquatiques (lacs, lagunes, ...) favorables à la survie du vibrion ; il s’étend périodiquement sous forme épidémique dans des régions voisines.

4Jadis fréquentes et redoutables en Afrique occidentale, les épidémies de fièvre jaune semblaient révolues ; une circulation virale se maintenait toutefois dans des foyers naturels (singes), à l’origine de cas humains sporadiques. Le réveil de la fièvre jaune épidémique doit beaucoup à une modification par l’homme des écosystèmes forestiers et des conditions offertes à la circulation selvatique du virus.

5Les infections dues aux virus Ebola et VIH sont-elles réellement émergentes ? Inscrites également dans des foyers naturels, elles pourraient être présentes depuis longtemps parmi les hommes ; très discrètes, elles seraient restées inaperçues. Les flambées épidémiques actuelles de l’infection à Ebola pourraient être liées soit à des contacts plus étroits entre le réservoir naturel (encore énigmatique) et les hommes, soit à une circulation virale interhumaine accrue (notamment en milieu hospitalier).

6L’épidémie de l’infection à VIH2 relève-t-elle d’un même processus épidémiologique ? Le virus peut être transmis à l’homme à partir de singes. Il est peu infectieux, peu pathogène. Des situations particulières (troubles politiques, sociaux, associés à la décolonisation portugaise ?) lui auraient permis de circuler plus activement - par voie sexuelle - dans les collectivités humaines concernées. L’épidémie est restée modérée (sauf en Guinée-Bissau), s’est peu étendue. Serait-elle restée « invisible » au regard médical si le VIH1 ne s’était par ailleurs diffusé sous une forme épidémique bien davantage sévère ? Elle tend à régresser.

7Plus habile à se transmettre que le VIH2, le VIH1 aurait mis à profit des évolutions, principalement dans le domaine de la sexualité, pour trouver des réservoirs humains (groupes-noyaux), et circuler très activement entre les hommes. L’urbanisation, une mobilité accrue, leurs déterminants et effets économiques, sociaux et culturels, seraient particulièrement impliqués.

8La transition épidémiologique en cours se caractériserait aussi par l’émergence ou ré-émergence de certaines affections sous l’effet de changements survenus au sein des sociétés, de leur économie, de leur environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Rémy, « Géographie des maladies transmissibles », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 129-130.

Référence électronique

Gérard Rémy, « Géographie des maladies transmissibles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15114

Haut de page

Auteur

Gérard Rémy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals