Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Problèmes généraux

Construction de la mémoire historique en France

Philippe Joutard
p. 167-169

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Joutard, professeur à l’Université d’Aix-Marseille-I

1Dans les deux années précédentes, nous avions mesuré le caractère exclusif et univoque de la mémoire historique française qui aujourd’hui, loin de s’affaiblir, s’est renforcée, participant pleinement à « l’ère de la mémoire généralisée ». Au cours de cette troisième année, nous avons étudié deux instruments privilégiés du maintien et du développement de cette mémoire historique, l’école et les musées d’histoire.

2L’école a longtemps joué un rôle fondamental dans ce domaine, évidence, pour ne pas dire banalité. On aurait aujourd’hui tendance à minorer son influence. Pourtant même concurrencée, elle tient encore une place au moins symbolique non négligeable pour l’opinion. Nous y sommes revenus à partir de l’analyse des programmes de l’école primaire. Après une large décennie d’hésitations (début des années 1970-1985), correspondant à l’époque où l’histoire, discipline d’éveil, perd son importance, les programmes de 1985 voit le retour en force d’une histoire républicaine à la Jules Ferry avec sa périodisation et ses dates, double résultat d’une volonté politique et d’une attente de l’opinion publique inquiète de la dissolution d’un enseignement historique. Celle-ci n’est pas réellement remise en cause, dix ans plus tard, même si, dans la pratique, les maîtres prennent assez souvent leurs distances par rapport à une histoire exclusivement politique et limitée à la France. Aujourd’hui, une réflexion est engagée sur l’évolution nécessaire d’un programme qui doit concilier le « roman national », dont on connaît l’importance dans l’affirmation d’une identité française, avec les réalités d’un pays de plus en plus intégré à l’Europe et où les enfants découvrent très tôt l’ensemble du monde, ne serait-ce que par l’intermédiaire de la télévision familiale. L’analyse des manuels a aussi été abordée à partir du point particulier de la place d’une minorité, les juifs, suite de l’étude de l’année précédente sur le cas des protestants.

3Les musées voient leur importance croître, s’adressant à un public diversifié. La nouveauté est l’apparition en France de véritables musées d’histoire, jusqu’alors confondus dans un ensemble comprenant objets archéologiques, œuvres artistiques et diverses autres formes de patrimoine local, sans véritable projet global. Plus que l’influence étrangère, nord-américaine en particulier, on retrouve la place centrale du nouvel événement fondateur que constitue la Seconde Guerre mondiale et plus précisément la Résistance. Celle-ci engendre une multiplication de réalisations et exprime la concurrence entre mémoire et histoire, même si progressivement des universitaires sont associés au travail muséographique et à l’animation - quand ils ne sont pas directement au cœur du projet avec des conservateurs professionnels dans les dernières créations ou recréations (Grenoble par exemple). Le problème ne se pose plus pour la Première Guerre mondiale : l’exemple le plus achevé est Péronne, dans la Somme, qui préfère l’expression « Historial » à celle de « Mémorial » traditionnellement associé aux musées de guerre. Ce changement d’expression correspond aussi à un changement de perspective pour une histoire plus globale qui implique la société civile.

4Parallèlement, nous avons poursuivi la démarche comparatiste amorcée l’an dernier et ceci à partir de trois exemples : les mémoires concurrentielles et conflictuelles du Canada et du Québec, en particulier à partir de l’étude de leurs symboles ; le cas du Zaïre, autour des images de Lumumba (Bogumil Jewsiewicki) ; et l’exemple de l’Allemagne, avec la présentation de la grande entreprise éditoriale menée par Etienne François et Hagen Schulze, Deutsche Erinnerungs orte (Munich, Verlag Beck, 2001) inspirée des Lieux de mémoire édité par Pierre Nora selon le principe d’une « fidélité émancipée », prenant en compte la spécificité d’une histoire faite plus de ruptures et de pluralités que de continuités et d’unités.

5Cette présentation a donné lieu à une journée de conclusions organisée à Versailles avec le concours des Archives départementales des Yvelines à laquelle ont participé Étienne François, Claire Gantet, Michael Werner, Esteban Buch et Arnaud Ramière. Si l’on avait le moindre doute sur l’impérieuse nécessité, plus que dans tout autre domaine, de la comparaison pour comprendre le fonctionnement des mémoires historiques, cette journée l’aurait levé, tant à partir de la description de l’ensemble de l’entreprise que sur quelques exemples (l’Hymne à la joie, la Germanie de Tacite...). Particulièrement éclairante est l’analyse croisée d’un même lieu, investi par des mémoires différentes, sinon opposées, voire conflictuelles. Ainsi l’exemple de Versailles, qui est aussi un lieu de mémoire allemand. La variable géographique est évidemment déterminante, mais à l’intérieur d’une même identité nationale, la dimension temporelle révèle bien des surprises et des renversements de perspectives. Ce sont ces lieux de fractures d’ambiguïtés et de malentendus mémoriels qui doivent aujourd’hui retenir toute notre attention, pour mieux comprendre la dynamique de chacune des mémoires et rendre compte de la force plus ou moins grande de leurs antagonismes.

Publications

  • Coordinateur du dossier « Mémoires en miroir, autour d’une Méditerranée plurielle » et introduction « Entre histoire et mémoire, espérer une Méditerranée plurielle », La Pensée de Midi, hiver 2000, p. 6-9.
  • « Le fait religieux dans l’enseignement scolaire, un bilan contrasté mais encourageant », dans Les millénaires de Dieu, sous la dir. d’A. Juilliard, Grenoble, Musée dauphinois, 2000, p. 121-128.
  • « Un chantier prometteur », introduction à R. Favier et A.-M. Granet-Abisset, Histoire et mémoire des risques naturels, Grenoble, CNRS-MSH-Alpes, 2000, p. 13-16.
  • « Toulouse ou l’honneur de l’Église », L’Histoire, jan. 2001, p. 21-22.
  • « Une mémoire vive alliée à l’histoire », préface à N. Lapierre, Le Silence de la mémoire, à la recherche des juifs de Plock, Paris, Le Livre de poche, 2001, p. 9-15.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Joutard, « Construction de la mémoire historique en France », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 167-169.

Référence électronique

Philippe Joutard, « Construction de la mémoire historique en France », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15134

Haut de page

Auteur

Philippe Joutard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals