Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire sociale et démographie

Démographie historique

Jean-Pierre Bardet
p. 171-172

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Bardet, directeur d’études

Lorsque l’enfant grandit

1Le séminaire de cette année a permis d’approfondir notre réflexion en cours sur l’histoire des grands enfants et des adolescents en poursuivant un dialogue largement amorcé au cours de la précédente année et élargi à l’automne 2000 lors d’un colloque consacré à l’enfance qui a rassemblé un grand nombre de jeunes chercheurs.

2Au cours de cette année, trois thèmes ont été développés. Le premier a porté sur la définition des âges et sur les rites de passage, le second sur l’insertion professionnelle, le troisième sur l’exercice de l’autorité paternelle et la présence de la famille.

3La période contemporaine a fourni notre point de départ et de référence. André Béjin a mené une réflexion sur l’adolescence et la post-adolescence aujourd’hui, la période contemporaine étant caractérisée par le flou des rites et l’allongement de la période de transition entre puberté et âge adulte. En contre-point, Jérôme Martin a montré à quel point, dans la première moitié du XXe siècle, les réflexions sur l’orientation scolaire ou professionnelle ont conduit à des définitions rigoureuses sur les seuils d’âge, suggérant la très grande importance attribuée à ces paliers. Tamara Hareven a proposé une grille de lecture à partir de l’observation des changements survenus en quelques décennies dans le calendrier du cours de la vie (life course) des jeunes Américains. La définition des classes d’âges dans diverses situations scolaires ou sociales a permis de saisir l’histoire d’un concept à pas variable : que ce soit en Chine (Michel Cartier) ou dans la très occidentale maison de Saint-Cyr (Dominique Picco).

4Trois rites de passage bien différents ont pu être examinés de près : celui de la communion solennelle protestante (Pierre Caspard), qui signale la sortie de l’enfance (vers 17 ans) et l’entrée dans un âge de responsabilité ; en second lieu, celui de la conscription : il n’était pas téméraire de rapprocher l’étape religieuse de la communion de celle du service militaire de la République, qui était perçu comme le passage obligé pour l’accession à une virilité complète surtout à partir du moment où le service armé était devenu universel (Odile Roynette) ; en troisième lieu nous avons évoqué une autre étape marquante, celle du mariage : j’ai analysé le problème particulier des unions précoces en recherchant les variables explicatives des mariages de très jeunes filles.

5L’insertion sociale et professionnelle des enfants a surtout été traitée à partir de l’histoire des enfants de l’Assistance publique (Ivan Jablonka, Virginie de Luca et Guy Brunet), mais cette approche a permis de découvrir les catégories d’âges associées aux étapes majeures du cours de la vie des enfants (de la mise en nourrice au moment du travail salarié et de l’émancipation) et d’appréhender certaines évolutions. Parallèlement, deux exemples hors Assistance ont permis d’élargir le champ social pris en compte. Celui des enfants servant dans la Marine royale (Michel Vergé-Francheschi) fait apparaître dès le XVIIe siècle une volonté, de plus en plus affirmée par la suite, de bien former sur le plan scolaire ces jeunes gens de bonne naissance selon une progression de plus en plus prévue ; par ailleurs, la lecture d’autobiographies ouvrières du XIXe siècle conduit à un constat surprenant (Jean-Louis Lenhof) : les conditions de travail des enfants œuvrant dans le cadre de l’atelier familial auraient été nettement plus sévères et moins bien supportées que celles des petits ouvriers d’usine, ce qui évidemment renvoie aux thèmes de l’affection des parents et à celui de leur autorité.

6L’approche des relations entre famille et enfants a donné lieu à plusieurs exposés. Olivier Faron a présenté une synthèse sur l’évolution de la puissance paternelle au cours du XIXe siècle, Philippe Marchand a étudié le cas concret d’un pater familias du siècle des Lumières, homme d’affaire puissant, ce qui ne le mettait pas à l’abri des incartades éprouvantes de ses rejetons dissipés et indolents. Marion Trévisi s’est interrogée sur le rôle des oncles et des tantes dans la société traditionnelle.

7Ces tableaux successifs, souvent croqués au cours d’enquêtes encore inachevées, n’aboutissent évidemment pas directement à en une synthèse explicative sur les années centrales de l’adolescence et de la post-adolescence. Ils ont cependant permis de saisir des évolutions anthropologiques ou affectives permettant d’aborder assez précisément la question des changements des attitudes familiales et de poser notamment la question du fonctionnement des réseaux amicaux et familiaux que nous aborderons en 2001-2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Bardet, « Démographie historique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 171-172.

Référence électronique

Jean-Pierre Bardet, « Démographie historique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15136

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Bardet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals