Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Mathématiques et sciences sociales en histoire

Éric Brian
p. 178-181

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Éric Brian, directeur d’études

1Le séminaire depuis quelques années et jusqu’à la fin de l’année universitaire 2000-2001 est réparti en trois groupes. L’un d’entre eux est centré sur l’histoire des enquêtes et des formes de calculs à l’époque moderne et contemporaine. Un deuxième traite de formes prises aujourd’hui par l’histoire intellectuelle. Un troisième ensemble est constitué par les enseignements tenus à l’EHESS de Marseille en histoire des sciences mathématiques et physiques. À partir de la rentrée 2001, chacune de ces thématiques sera suivie au moyen de trois séminaires distincts, prolongements ou renouvellements des formules antérieures : le premier sera à proprement parler celui de la direction d’études ; le deuxième, en collaboration avec Pierre-François Moreau (ENS de Lettres et de sciences humaines), sera dévolu à l’histoire intellectuelle à l’époque moderne ; le troisième, en collaboration avec Alain Michel (Université d’Aix-Marseille-l) et Claude Rosental (CNRS, SHADYC), sera nouveau et intitulé « Enquête sur les mathématiques : histoire, epistemologie et sociologue ».

2Le séminaire de la direction d’études consiste à explorer la scientificité des sciences sociales et économiques et à interroger la formation des sciences depuis l’époque moderne. La démarche est issue de l’histoire intellectuelle, de l’épistémologie historique et de la sociologie. Elle examine plus particulièrement les traces matérielles du travail intellectuel et les outillages mentaux qui le caractérisent. On cherche à circonscrire les espaces sociaux, souvent de petite échelle, dans lesquels ces traces matérielles et ces outillages mentaux se conjuguent dans les actes de science. On évalue l’autonomie relative de ces pratiques savantes particulières et les formes de division du travail dans lesquelles elles sont inscrites. On mesure dès lors la portée des effets de sens et leur circulation d’un espace circonscrit à un autre, d’un moment particulier à un autre, ou encore d’un niveau d’échelle à un autre.

3Après une introduction donnée par Éric Brian sur les questions d’histoire des dénombrements et sur l’histoire réflexive des sciences (quatre séances), deux étudiants doctorants ont présenté leurs recherches, Valeria Pansini (micro-histoire et histoire des sciences) et Grégory Chambon (histoire des formes de numérations sumériennes). Trois séances ont été tenues autour de travaux menées par des chercheurs invités : Yves Gingras (Université de Québec à Montréal) analysait la réception du « programme fort » en sociologie des sciences. James McClellan (Stevens Institute of Technology, Hoboken, New Jersey) donnait le bilan de son étude des formes prises par le contrôle des publications scientifiques au XVIIIe siècle. André Gunthert (Université de Mannheim) rendait compte du renouvellement récent de l’historiographie de la photographie. Enfin, deux séances ont pris la forme d’un atelier collectif consacré à l’édition critique de l’ouvrage de Maurice Halbwachs, important pour l’histoire des sciences sociales mais passablement oublié aujourd’hui, Le Point de vue du nombre (1936). Il s’agit d’une recherche animée par Marie Jaisson (Université de Tours). Elle est conduite avec Jean-Marc Rohrbasser et Jacques Véron (tous deux chercheurs à TINED). À l’occasion du séminaire deux nouveaux chercheurs se sont associés à cette étude qui devrait aboutir à un volume à paraître en 2002 ou 2003 : Jean-Christophe Marcel (Université de Paris-IV) et Walter Gierl (Freie Universität Berlin).

4Les séances consacrées à l’« Histoire intellectuelle de la modernité : historiographies et méthodes » (en collaboration avec Pierre-François Moreau), qui se sont tenues en alternance avec les précédentes, ont mobilisé un public d’étudiants passablement différent : un nombre important parmi eux étaient en effet en maîtrise ou en DEA de philosophie ou d’histoire dans diverses universités parisiennes. L’objectif général du séminaire est d’indiquer comment des recherches, en cours ou bien plus anciennes, peuvent tracer des chemins historiographiques particuliers, construire des objets nouveaux, voire déclencher des controverses. Nous revenons aussi sur des textes classiques pour mesurer les conséquences des choix qu’ils ont portés et les enjeux qu’ils ont déterminés. Il s’agit encore de repérer ce qui a été construit contre eux ou en contrepoint à leurs perspectives. Éric Brian, d’une part, a tracé un état des lieux des démarches actuelles en histoire intellectuelle et en histoire des sciences pour les études touchant à l’époque moderne, et, d’autre part, a consacré une séance à la question du recours à la problématique de la variabilité des échelles d’analyse en histoire intellectuelle. Pierre-François Moreau (ENS Lettres et sciences humaines) a proposé, au cours d’une séance, un repérage des enjeux historiographiques propres à l’historiographie de la philosophie telle qu’elle a été conduite dans une série d’œuvres majeures du XXe siècle ; et, au cours d’une seconde réunion, une relecture du célèbre ouvrage de Lucien Febvre, La Religion de Rabelais, qui mettait en évidence son apport pour les historiens de la philosophie aujourd’hui. Deux étudiants post-doctoraux ont présentés certains des résultats de leurs thèses récentes : Frédéric Lefebvre (analogie et proportion chez Rousseau et Smith) et Anne Petrov (géométrie, pensée et prédication dans l’Angleterre du XVIIe siècle). Enfin, le groupe de travail animé par Barbara Cassin (CNRS) a rendu compte du chantier du Dictionnaire des intraduisibles.

5Les séances marseillaises, intitulées « Histoire des sciences mathématiques et physiques » (en collaboration avec Alain Michel) furent données par Jacqueline Boniface (Université de Toulouse) qui a parlé de l’histoire de la formalisation hilbertienne des mathématiques ; Christian Gérinl (IUT de Toulon) qui explorait les conceptions du calcul différentiel dans les Annales de Gergonne ; et Éric Brian qui a rendu compte de trois ouvrages récents d’histoire des sciences économiques et sociales.

6Toujours dans le cadre de la direction d’études, Éric Brian anime la Fondation Pour la science et la Revue de Synthèse. Toutes deux s’inscrivent depuis l’automne 2000, à l’EHESS, dans l’unité mixte de service « Acta » (CNRS-EHESS, etc.). Il est encore responsable à l’Institut national d’études démographiques de l’unité de recherches 11 (Histoire et populations. Histoire des sciences - histoire économique et sociale) et des collections historiques des presses de cet institut.

7L’ensemble des activités de la direction d’études peut être suivi, tout particulièrement à partir de l’année 2000, sur un site web pour l’heure à l’adresse suivante : http://mapage.noos.fr/​Eric.Brian/​.

Publications

  • Staatsvermessungen. Condorcet, Laplace, Turgot und das Denken der Verwaltung, Vienne, Springer, 2001.
  • Avec Charles Alunni, Objets d’échelles, n° thématique de la Revue de Synthèse, 1, jan.-mars 2001.
  • Histoire des sciences économiques, n° thématique de la Revue de Synthèse, 1-2, jan.-juin 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brian, « Mathématiques et sciences sociales en histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 178-181.

Référence électronique

Éric Brian, « Mathématiques et sciences sociales en histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15144

Haut de page

Auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals