Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la paléontologie, représentations de la préhistoire

Claudine Cohen
p. 188-191

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Claudine Cohen, maître de conférences

La Femme des origines : histoire des représentations de la femme préhistorique

1Si « l’Homme préhistorique » alimente les débats scientifiques en paléoanthropologie et en préhistoire depuis le XIXe siècle, la femme préhistorique est longtemps restée livrée aux fantasmes et aux lieux communs : les rares traces que recueillent les préhistoriens ne livrent guère d’éléments qui permettraient d’assigner avec certitude une activité à l’un ou l’autre sexe - et longtemps la femme fut réputée « archéologiquement invisible ». À partir d’une étude critique des représentations de la femme dans la préhistoire occidentale, depuis les débuts de la l’archéologie préhistorique jusqu’aux approches et aux thèses les plus récentes, le séminaire a tenté de faire le point sur les regards portés sur cette moitié de l’humanité à ses origines.

2Le thème des rapports de l’homme et de la femme dans les sociétés « primitives » avait été abordé au XIXe siècle dans l’« évolutionnisme culturel » anglo-saxon qui, dans la mouvance de l’évolutionnisme darwinien, se proposait de retracer l’évolution de la famille - de l’endogamie primitive à l’exogamie et aux coutumes du rapt... Des études plus récentes ont invalidé les spéculations qui prétendaient rendre compte en termes d’« évolution » linéaire de l’histoire des rapports entre les sexes. En outre, les scénarios des préhistoriens ont mis en cause les a priori jusque-là régnants sur le rôle (passif, sédentaire) des femmes dans les sociétés préhistoriques, et tenu compte des études ethnologiques qui ont livré une image toute différente de la structure du couple et de la division sexuelle du travail dans les sociétés actuelles de chasseurs-cueilleurs. Ces éléments ont permis, au-delà de la dualité biologique des sexes, d’appréhender en termes culturels les rapports entre hommes et femmes dans la préhistoire.

3Les courants féministes dans les pays anglo-saxons ont exercé, depuis environ trois décennies, une forte influence sur l’archéologie préhistorique, ouvrant la voie d’une réévaluation radicale des rôles féminins dans les sociétés préhistoriques. Aux États-Unis, en Angleterre, en Australie, de nouveaux modèles élaborés pour penser les activités humaines dans la lointaine préhistoire ont invalidé les clichés « androcentriques » (tels que celui de l’« homme-chasseur », poursuivant indéfiniment le gros gibier), et souligné l’importance d’activités de production et de subsistance qui pouvaient être pratiquées par des femmes, telles que le charognage, la cueillette, le tissage ou la fabrication d’outils.

4Mais c’est l’art surtout qui a fourni les éléments d’une réflexion sur la place de la femme dans la préhistoire. Dans l’art du paléolithique supérieur occidental, les Vénus aux formes opulentes, les silhouettes gravées ou en ronde-bosse, les figures féminines couchées et lascives, les représentations réalistes ou schématiques de vulves, parfois même de scènes sexuelles, ont donné lieu à de nombreux commentaires. Certains y ont vu l’expression sans détour de désirs et de pratiques sexuels, voire l’équivalent préhistorique de notre pornographie. D’autres y ont vu la représentation réaliste de la grossesse et de la maternité, l’expression religieuse de rituels de fécondité, ou encore l’affirmation d’une pensée symbolique s’exprimant dans un jeu d’oppositions binaires. La permanence des figures féminines aux formes généreuses dans l’art néolithique occidental - du « croissant fertile » à la vallée du Danube et au pourtour méditerranéen - a en particulier alimenté la thèse du matriarcat primitif, et l’idée d’une religion préhistorique de la « Grande Déesse » exploitée par toute une tradition de l’anthropologie et de l’archéologie préhistorique, parfois reprise (et d’autres fois critiquée) par l’archéologie féministe.

5Cette étude des élaborations scientifiques, des ouvrages de vulgarisation et de l’iconographie de la préhistoire (reconstitutions anatomiques, œuvres d’art pictural, gravures et illustrations scientifiques, illustrations des livres de fiction et de vulgarisation, images de films...), a permis d’évaluer la place de l’image de la femme préhistorique dans l’histoire de nos représentations - place qui reflète en partie celle des femmes dans nos propres sociétés. À partir des données et des réflexions dont disposent aujourd’hui archéologues et anthropologues, elle nous a permis aussi de suggérer, au-delà des mythes, la possibilité d’un nouveau regard sur la femme des origines.

La géologie des Lumières (avec Kenneth Taylor, directeur d’études invité, professeur à l’Université d’Oklahoma, Norman)

6C’est à l’extrême fin du XVIIIe siècle, sous la plume du naturaliste suisse Jean-André De Luc, que naît le mot « géologie » pour désigner le savoir scientifique sur la Terre, sa structure et son histoire. C’est pourtant dès le milieu du XVIIe siècle que ce savoir trouve ses premiers fondements, en particulier en France dans l’œuvre de Descartes, qui dans ses Principia philosophiæ (1644) (IIIe et IVe parties) inaugure un véritable « genre » scientifique, celui des Théories de la Terre, qui se situe souvent dans un rapport complexe avec le texte de la Genèse biblique d’une part, et d’autre part avec les théories physiques de Descartes et de Newton. S’il est à certains égards spéculatif, ce savoir sur les couches de la Terre, leurs dispositions et les fossiles qu’elles contiennent, est aussi directement en rapport avec les recherches minières qui s’épanouissent, à l’époque des Lumières, en Allemagne, en Angleterre, en Italie, en France.

7Ce colloque visait à rendre possible, en se centrant - sans toutefois s’y limiter - sur la conjoncture française, un regard à la fois précis et synthétique sur les aspects intellectuels, pratiques, économiques et la question des modalités de la diffusion du savoir géologique à l’époque des Lumières dans le monde savant et dans le public. Au cours de ces journées, nous avons tenté de déceler les grands courants intellectuels qui aboutirent à la constitution d’une nouvelle discipline, de situer l’articulation de la spéculation théorique et de la recherche de terrain, d’explorer le rapport entre l’élaboration scientifique et son utilité sociale et économique. Une première séance a abordé la question de la communication scientifique et des échanges des savoirs géologiques dans l’Europe des Lumières : Jean Ehrard (Université de Clermont-Ferrand) a étudié la place de la géologie dans l’Encyclopédie de D’Alembert et Diderot ; Irène Passeron (CNRS, Paris) a exploré la question des rapports entre mathématiques et géologie, et Claudine Cohen a abordé la question de la forme et du « support », manuscrit ou imprimé, des textes scientifiques dans la géologie du XVIIIe siècle. Une autre séance a été consacrée au rôle des voyages, et figures de voyageurs et à l’étude de terrain des phénomènes géologiques : Michel Durand-Delga (Comité français d’histoire de la géologie) s’est intéressé aux spéculations des géologues du XVIIIe siècle devant les manifestations du géothermisme à Larderello (Toscane) ; Goulven Laurent (Cofrhigeo, Paris) a abordé la question des débuts de la science des fossiles au XVIIIe siècle, et Kenneth Taylor (Université d’Oklahoma, Norman et EHESS) a étudié les images et métaphores présentes dans les langages de la volcanologie. Une séance a été consacrée à la question de la recherche minière : Ernst Hamm (Université de Toronto) et André Wakefield (Dibner Institute, MIT, Cambridge, USA) ont abordé la question des rapports entre sciences de la Terre et économie minière dans l’Europe du XVIIIe siècle. La séance finale a tenté une réflexion sur ce que l’historiographie a souvent désigné comme un « grand tournant » dans les sciences géologiques à la fin du XVIIIe siècle : Martin Rudwick (Université de San Diego, USA et de Cambridge, GB) a présenté un minutieux tableau de la structure de la discipline à travers les différents « genres » scientifiques et les différents modes de connaissance qui la constituent au XVIIIe siècle, et Gabriel Gohau (Cofrhigeo, Paris) s’est plus largement interrogé, pour conclure, sur la légitimité de la notion de « révolution(s) » dans les sciences de la Terre.

Publications

  • « Évolution biologique et progrès », dans Peut-on encore croire au progrès ? sous la dir. de D. Bourg et J.-M. Besnier, Paris, PUF, 2001, p. 179-197.
  • « Richard Owen : paléontologie, embryologie et morphologie transcendantale vers 1840 », dans Actes du colloque Les philosophies de la nature, sous la dir. d’O. Bloch, Paris, Presses de la Sorbonne, 2001, p. 301-309.
  • « Pour une histoire de la paléontologie canadienne : sites, pratiques, interprétation, diffusion », Paris, Ambassade du Canada, fév. 2001, p. 1-24, mul-tigr.
  • « De la fonction mythique des sciences », interview dans Sciences Humaines Hors-Série, « Histoire et philosophie des Sciences », déc. 2000-jan. 2001, p. 57.
  • « La Femme de l’homme de Cro-Magnon », interview dans Châtelaine, Montréal, sept. 2000.
  • « Searching for the missing link at the turn of the 19th century: Mortillet’s “Anthropopithèque” and Bourgeois’ “Tertiary Eoliths” », séminaire sur « L’Origine de l’Homme », Berlin, Max-Planck Institut, 18-24 août 2001, multigr.
  • « Le Mythe du Chaînon manquant », dans L’origine de l’Homme, science, mythe et mode, sous ladir. d’Y. Coppens, Paris, Artcom, 2001, p. 115-131.
  • « Nos ancêtres dans les arbres », La Recherche, sept. 2001, p. 33-37.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Cohen, « Histoire de la paléontologie, représentations de la préhistoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 188-191.

Référence électronique

Claudine Cohen, « Histoire de la paléontologie, représentations de la préhistoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15148

Haut de page

Auteur

Claudine Cohen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals