Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Les lumières scientifiques

Gérard Jorland
p. 194-195

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Gérard Jorland, directeur d’études

Le mouvement hygiéniste au XIXe siècle

1Nous avons étudié cette année le corpus de rapports des conseils d’hygiène publique et de salubrité tout au long du XIXe siècle et dans soixante-trois départements. Ils donnent accès à l’activité de ces conseils en tant qu’institution préfectorale.

2Une institution régie par le décret du 18 décembre 1848 qui étend à tous les arrondissements les dispositions de l’arrêté préfectoral du 6 juillet 1802 instituant un Conseil de salubrité chargé d’instruire les dossiers relatifs à l’hygiène publique (eau potable, voirie, égouts, fosses d’aisance, falsifications alimentaires, charlatanisme, etc.) et à la salubrité des établissements publics et des habitations privées, arrêté qui restera en vigueur pour Paris jusqu’au décret du 15 décembre 1851. Nous avons étudié la manière dont les conseils ont assumé, de manière à peu près uniforme, chacune de leurs douze attributions : la salubrité des localités et des habitations, les épidémies, les épizooties, la vaccination, l’assistance médicale aux indigents, la protection de l’enfance abandonnée, la salubrité des établissements publics (ateliers, casernes, hôpitaux, écoles, prisons, etc.), l’hygiène professionnelle, la police des aliments, des médicaments et des eaux minérales, les demandes en autorisation, translation ou révocation des établissements dangereux, insalubres ou incommodes, les grands travaux d’utilité publique (routoirs, égouts, cimetières, voirie, etc.).

3Nous avons par ailleurs étudié la « pasteurisation » du Conseil d’hygiène publique et de salubrité du département de la Seine annoncée par cette déclaration d’intention de Pasteur : « Lorsque j’ai sollicité l’honneur de faire partie du Conseil de salubrité, mon intention secrète était de me fournir des occasions de m’instruire, particulièrement au sujet des maladies contagieuses, et de leurs causes surtout. » En retour, le concept de « maladie évitable » a été substitué à celui de « maladie sociale » et la tuberculose a pu enfin être reconnue comme la maladie la plus meurtrière après que Koch en eut isolé le bacille.

4Georges Weisz, professeur d’histoire sociale de la médecine à l’Université McGill, a donné deux conférences, l’une sur la quantification médicale, l’autre sur l’historiographie récente de l’école de Paris.

5Ann La Berge, professeur au Center for the study of science in society du Virginia Polytechnic Institute and State University, a donné trois conférences, les deux premières sur une réévaluation des conseils de salubrité depuis ses propres travaux sur leur activité dans la première moitié du XIXe siècle qui font autorité, la troisième sur les controverses concernant l’utilisation du microscope en médecine.

Publications

  • « Pourquoi l’économie intéresse-t-elle les philosophes ? », Rue Descartes, 28, juin 2000, p. 123-138.
  • « Ontologie et sensibilité », Critique, avr. 2001, p. 297-315.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Jorland, « Les lumières scientifiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 194-195.

Référence électronique

Gérard Jorland, « Les lumières scientifiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15150

Haut de page

Auteur

Gérard Jorland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals