Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoires des techniques

Yves Cohen et Pap Ndiaye
p. 199-200

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Yves Cohen et Pap Ndiaye, maîtres de conférences

Études internationales d’histoire des techniques

1Le séminaire a cette année conservé quelques-unes des thématiques des années précédentes (sur l’industrie et les pratiques de travail, sur l’innovation et sur les technosciences en particulier). La séance sur les techniques du vivant a donné lieu à de très intéressantes discussions sur la diversité des approches en biotechnologie et les écarts avec les techniques de la matière inerte (question de la recherche de la standardisation ou au contraire de la variété biologique). Comme précédemment, le séminaire s’est déplacé en direction des orientations les plus prometteuses de la discipline sur le plan international. Nous avons de la sorte consacré des séances aux grands systèmes techniques d’information tels qu’ils se développent après la Seconde Guerre mondiale, systèmes matériels à composante organisationnelle très massive et accompagnés de théorisations et de modélisations de plus en plus élaborées (de la recherche opérationnelle à Internet) et aux problématiques de la consommation et de l’usage des objets techniques, trop souvent occultées dans une discipline dominée par les propos sur l’innovation. Nous avons pour la première fois consacré une séance à la recherche sur l’environnement : sur les techniques en tant qu’elles ont une portée souvent destructive sur l’environnement mais aussi en tant qu’elles peuvent être consacrées au maintien, à l’entretien et à la conservation de l’environnement. La littérature française comme internationale commence à établir des recherches solides sur ces questions et ces travaux ouvrent de nombreuses voies sur une face de l’histoire des techniques qui vient depuis quelques années s’ajouter à celles de la production, de l’usage, de la conception et de la décision.

2Pour la première fois aussi, nous avons décalé de façon nette notre orientation privilégiée sur le XXe siècle par des séances sur des périodes plus anciennes : sur les modalités de la circulation des savoirs pratiques entre les activités des savants et celles des chantiers, à propos de la construction des navires en Angleterre au XVIIe siècle (avec Pascal Brioist), et sur l’économie, le droit et l’administration de l’invention au XVIIIe siècle (avec Liliane Hilaire-Pérez). Nous avons dans ce sens évoqué également certaines questions de l’histoire de l’environnement au XVIIIe siècle. Nous avons enfin discuté avec Bruno Latour des différentes formes d’historicisation disponibles et en particulier de sa conception du rapport entre histoire des sciences et histoire des techniques, la première s’étant nettement rapprochée de la seconde depuis une vingtaine d’années. La discussion a porté également sur les statuts respectifs des objets et des textes, qu’ils soient historiques ou présents.

3Le séminaire a une nouvelle fois parfaitement fonctionné selon le système de la lecture préalable de deux textes par les étudiants. L’introduction des séances par les étudiants eux-mêmes a été encouragée et a donné des résultats tout à fait intéressants du fait de l’orientation inattendue donnée chaque fois à des débats dans lesquels la controverse est systématiquement encouragée.

4Ainsi, notre perspective n’a pu qu’être renforcée. Elle consiste, au plus loin d’une approche visant l’objectivité ou la neutralité, à poser une série de problèmes : comment l’aspect matériel des techniques est diversement envisagé par les historiens ; comment le rapport avec le social est au centre des débats ; comment les conceptions de la technique chez les praticiens eux-mêmes prêtent à discussion et à diverses formes d’historicisation (une politique des objets, par exemple, peut être niée ou bien repérée à la fois dans la conformation matérielle des objets techniques et dans leur participation à des projets) ; comment l’heure est au rééquilibrage entre l’intérêt pour l’innovation et celui pour la consommation ; comment un brouillage des frontières entre sciences et techniques s’est opéré au XXe siècle ; comment on peut étudier l’enchevêtrement des techniques matérielles et des techniques du vivant dans les espaces sociaux ; comment les registres historiques varient selon les formes de la commande (commande industrielle, initiative universitaire...), comment l’approche par les techniques peut contribuer à l’histoire des formes de pouvoir et de gouvernement ; comment l’analyse peut se centrer autour de l’expérience des femmes et des rapports sociaux de sexe dans les espaces de production et de consommation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen et Pap Ndiaye, « Histoires des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 199-200.

Référence électronique

Yves Cohen et Pap Ndiaye, « Histoires des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15152

Haut de page

Auteurs

Yves Cohen

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals