Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 209-210

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Empires et identités : études comparatives

1La première partie du séminaire a été consacrée à l’exposé et à la discussion de mes recherches en cours (travail d’archives et enquête de terrain au Ghana en août-septembre 2000 et en février 2001) sur Kwame Nkrumah (1909-1972). Éclatées entre la Gold Coast britannique, l’Afrique occidentale, les États-Unis d’Amérique, la Grande-Bretagne, le Ghana et l’Afrique des indépendances, la carrière politique active et l’œuvre intellectuelle de Kwame Nkrumah correspondent à la période, toujours mal connue, de l’effondrement des empires coloniaux en Afrique et de l’émergence du panafricanisme, du non-alignement et du pacifisme anti-impérialiste dont il fut l’un des principaux artisans. C’est principalement le profil intellectuel de l’homme d’État et de l’idéologue qui a retenu l’attention. En s’appuyant sur une lecture critique de Ghana. The Autobiography of Kwame Nkrumah (1957), on a montré comment, tout en se présentant comme le héros fondateur de la nation, dont la légitimité repose sur une rupture radicale et un commencement absolu, il appartient, et de manière précoce, à plusieurs traditions et lignées idéologiques et politiques dont on a esquissé la genèse et l’évolution, en amont et en aval du moment-charnière que représente Kwame Nkrumah. Tout en mettant en lumière les difficultés et les ambiguïtés de l’appropriation du temps en situation coloniale et dans le cadre d’une territorialité incertaine, ces réflexions ont conduit à s’interroger, dans une démarche comparative, sur la pertinence de la notion d’« exception goldcoastienne ».

2Le séminaire s’est ouvert aussi largement aux débats historiographiques actuels et à de nouveaux champs en cours d’investigation. À l’opposé de la vision victimisante d’une Afrique entièrement passive, largement diffusée dans les querelles sur les réparations anti-esclavagistes, on s’est interrogé avec Isabelle de Castro Henriques (Université de Lisbonne) sur la part, visiblement importante, prise par les Africains dans la « construction de l’espace atlantique, du XVe au XIXe siècle ». Ont aussi été examinés quelques courants et traditions historiographiques. Sans entrer dans les controverses entourant les écrits de l’historien sénégalais Cheikh Anta Diop, Jean Fonkoué (EHESS, Centre d’études africaines) a exposé les choix, la méthode et les procédures de lecture de celui-ci et montré comment il a récupéré auprès des historiens anciens et contemporains ou, au contraire, construit des concepts, « lieux d’enjeux très importants », tels que « antériorité » (des civilisations africaines), « culture » et « civilisations », « barbarie ». Ce débat a été prolongé par une série d’exposés sur les « violences coloniales » en Afrique centrale (Françoise Nozati). On a aussi vu comment s’élabore, depuis trois décennies, le discours historique en Centrafrique autour de la définition, de la perception et de l’évaluation des « évolués », le groupe social dominant des années 1930 aux années 1960 et d’un autre « père de la nation », Barthélémy Boganda (Max Wallot, Université de Bangui). Dans le même ordre d’idées, l’historiographie allemande de la colonisation allemande a été exposée de manière systématique (Laurent Prudhomme, doctorant EHESS).

Publications

  • « L’Afrique et le XXe siècle : dépossession, renaissance, incertitudes », Politique Étrangère, (3-4/200) 1900-2000 : Cent ans de relations internationales, p. 717-729.
  • « Afrique : colonisation, décolonisation et post-colonialisme », dans Qu’est-ce que la culture ?, sous la dir. d’Y. Michaud, Paris, Odile Jacob (« Université de tous les savoirs » 6), 2001, p. 128-145.
  • « L’Afrique entre deux millénaires. Conférence Marcel-Mauss 2000 », Journal des Africanistes, 1-2, 70, 2000, p. 357-372.
  • « La dimension africaine de la traite des Noirs », Polémique sur l’histoire coloniale, Le Monde diplomatique, Manière de voir, 58, juil.-août 2001, p. 32-35.
  • « Postface », D. Westermann, Onze autobiographies d’Africains (1938), nouvelle édition, Lomé, Haho, Les Presses de l’Université du Bénin/Paris, Karthala, 2001, p. 305-313.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 209-210.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15161

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals