Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Sociétés et cultures de l’Amérique coloniale

Serge Gruzinski
p. 215-216

Texte intégral

Serge Gruzinski, directeur d’études

Les mondes mêlés de la Monarchie catholique (1580-1640) : occidentalisation et globalisation

1Comme l’année précédente, le séminaire a porté sur les sociétés qui composaient la Monarchie catholique entre 1580 et 1600. Nous nous sommes attaché à définir ce que l’on pouvait entendre par « local » et « global » dans cet immense espace, revenant sur les notions de patria et mundo. Nous avons également tenté de distinguer deux formes prises par la mondialisation ibérique, l’occidentalisation et la globalisation. Alors que la première multiplie les situations d’affrontement et d’interaction avec les mondes extérieurs à l’Europe, la seconde se borne à répandre des manières de penser, de calculer et de représenter dans tous les coins de l’empire sans jamais entrer en rapport avec les contextes où elle se déploie. Pour préciser ces points nous avons d’abord examiné les modes de diffusion de l’aristotélisme à partir du Mexique, du Pérou et du Japon. Il est intéressant d’observer que des commentaires d’Aristote rédigés en Nouvelle-Espagne (ceux de l’augustin Alonso de la Veracruz et du jésuite Antonio Rubio) aient pu être immédiatement publiés et diffusés en Espagne et dans le reste de l’Europe. Cette inversion du rapport classique centre-périphérie s’opère à une condition : l’étanchéité totale de la réflexion philosophique à l’environnement local. La même analyse a concerné la diffusion du maniérisme au Mexique. Alors que les ateliers indigènes qui travaillent dans les couvents de province produisent une quantité considérable d’œuvres métisses que nous avons analysées au cours des années précédentes, les peintres européens installés au Mexique (Andrés de Concha, Simon Pereyns, etc.) reproduisent les modèles italiens, flamands et sévillans sans jamais y introduire d’éléments locaux (faune, flore, types physiques ou objets exotiques). Les exotica, quand ils apparaissent, le font dans des productions du continent européen, anversoises par exemple. Cette absence de référence au local nous a également paru significative d’un processus de globalisation qui non seulement évite d’engendrer des mélanges mais semble bloquer ceux qui sont déclenchés par l’occidentalisation.

2Au cours de l’année, des collègues et des doctorants ont contribué à cette réflexion : Manuel Ramos Medina (Centro de estudios de historia de Mexico, Condumex) en interrogeant le clergé régulier au XVIIe siècle, Nancy M. Farriss (Université de Pennsylvanie) en faisant le point de ses recherches en ethnohistoire, Eddy Stols (Université catholique de Louvain), en évoquant la présence des Noirs dans les Pays-Bas, Gabriela Vallejo (CERMA) en présentant le monde des imprimeurs mexicains, Alessandra Russo (CERMA) en scrutant les productions métisses de l’époque maniériste. Comme à l’accoutumée, le mois de février a été consacré au Brésil avec le concours de Sandra Pessavento (Université fédérale de Porto Alegre), Andréa Daher (Université fédérale de Rio de Janeiro) et Luis Felipe de Alencastro (Université de Paris-IV).

Publications

  • Images at war, Duke, Duke University Press, 2001.
  • « Les mondes mêlés de la Monarchie catholique », Annales HSS, 1, jan.-fév. 2001, p. 85-117.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Gruzinski, « Sociétés et cultures de l’Amérique coloniale », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 215-216.

Référence électronique

Serge Gruzinski, « Sociétés et cultures de l’Amérique coloniale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15168

Haut de page

Auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals