Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Ruralités contemporaines

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Françoise Dubost, Bernadette Lizet, Martyne Perrot et Martin de La Soudière
p. 246-248

Texte intégral

Joseph Goy, directeur d’études
Rolande Bonnain et Jacques Cloarec, maîtres de conférences
avec Françoise Dubost et Bernadette Lizet, directrices de recherche au CNRS
Martyne Perrot et Martin de La Soudière, chargés de recherche au CNRS

1Cette année, le séminaire a traité des nouveaux objets de la ruralité : la recomposition des espaces ruraux, le rivage et ses exploitants, les cultures de l’eau, la protection de la nature dans des contextes différents de l’Europe, la patrimonialisation des cours d’eau, les rapports entre les chercheurs et les gestionnaires de l’environnement.

2Au cours de la première séance, l’intitulé du séminaire, « Ruralités contemporaines », a été mis en question avec ses implications théoriques et épistémologiques. Depuis plusieurs années, le collectif animateur du séminaire souhaitait reformuler et abandonner le vocable « sociétés rurales », qui était devenu un non-sens sociologique. En effet, les contenus de la ruralité comme les modes de construction et d’approche de cet objet par les différentes disciplines des sciences sociales qui s’y intéressent ont beaucoup évolué depuis l’époque de la création du séminaire. La discussion s’est prolongée au cours d’une séance du deuxième trimestre et elle se poursuivra au cours des années suivantes. Toujours au cours du premier séminaire, les membres du collectif ont rapporté du thème « Territoires prescrits, territoires vécus » du dernier colloque de l’Association des ruralistes français qui s’était tenu à Toulouse et des communications auquel il avait donné lieu.

3La seconde séance a été consacrée aux cultures du rivage, autour de l’ouvrage de Michelle Salitot, Modes d’appropriation du rivage. Le littoral est dans l’actualité alors qu’il a été pendant si longtemps à la périphérie de l’écoumène. Geneviève Delbos a exposé à propos des plages de l’Atlantique les problèmes spécifiques soulevés par les marais salants qui sont à la fois des zones humides à protéger et des œuvres humaines à produire du sel. Michelle Salitot a montré comment ces territoires, considérés comme répulsifs, ont toujours été un souci pour le pouvoir qui voulait les faire produire fiscalement. Aliette Geistdœrfer a retracé la mise en place d’un sous-champ disciplinaire, l’anthropologie maritime, et de son développement après guerre en Europe et au Brésil.

4En janvier, sous le thème « Territoires, techniques et sociétés », le sociologue Michel Marié a parlé de son parcours de chercheur autour de la problématique aménagement et réaménagement. Il a évoqué la négociation entre la proximité et la distance nécessaire à toute recherche qui doit être à la fois transactionnelle et relationnelle et avancé l’hypothèse qu’il y aurait une science qui fonctionnerait par la filiation et une autre, plus fraternelle, fonctionnant par relation. En parlant d’un objet concret, le canal de Provence et d’une technique hydraulique, Micel Marié a confronté les pratiques et les représentations des aménageurs, des ingénieurs et des agriculteurs.

5La gestion de la nature implique la prise en compte des rapports historiques et culturels de la nature et du territoire ainsi que des modalités théoriques et concrètes de la protection. Sous le titre, « La nature comme objet d’exportation », Jean Bourliaud, chercheur à l’INRA et Adel Selmi ont comparé leurs expériences et leurs réflexions sur la Bolivie et la France. Manquant de spécialistes nationaux de la gestion de la nature, la Bolivie a fait appel, entre autres, à un socio-économiste. Non sans mal, ce dernier a tenté de rapprocher les disciplines concernées avec le souci du développement durable et de la biodiversité. L’analyse de son expérience l’a conduit au cours de cette séance à des comparaisons Amérique latine/France, comparaisons prolongées par l’exposé d’Adel Selmi sur l’histoire institutionnelle d’un parc national français.

6Au cours de la séance « Fleuves et patrimoine : le Rhône et la Loire », Nicole Le Nevez, secrétaire générale du Conservatoire des rives de la Loire et de ses affluents et André Vincent, ethnologue co-fondateur et directeur de la Maison du Rhône à Givors, sont intervenus. D’objets naturels, essentiellement étudiés par les géographes, les fleuves sont devenus des objets patrimoniaux. Cette nouvelle appartenance liée à la crise environnementale les transforment en « êtres vivants » et en objets culturels à conserver et à valoriser. Des liens avec l’homme sont alors redécouverts, repensés, réinventés, une anthropologie du fleuve est en construction.

7À propos de la directive Natura 2000, le séminaire s’est posé la question des échanges possibles entre chercheurs et gestionnaires. Pierre Alphandéry de l’INRA s’est interrogé sur l’idée même de gestion, intervention des hommes pour conserver et transmettre le patrimoine naturel, et a montré comment la conception de biodiversité variait selon les interlocuteurs. Agnès Portier, universitaire, a souligné que l’on sortait de la logique de sanctuaire pour privilégier une idée de protection de la nature qui incorpore les activités humaines comme éléments faisant partie de cette protection. Dominique Richard, de l’Agence européenne de l’environnement, a insisté sur les préoccupations et les enjeux propres à chaque niveau scalaire.

8Pour clore l’année, deux films d’Anne-Marie Granié et Jean-Pascal Fontorbes, Paroles d’habitants, manières d’habiter et Le rugby dans le cuir ont exposé les différentes manières d’habiter et de se reconnaître dans un territoire. Territoire rural, avec le cas d’une petite commune du Sud-Ouest où l’attachement très fort au village, quoique vivace, peut paraître menacé par des processus centrifuges, en particulier le regroupement de communes. Territoire urbain, avec le second film qui montre avec force comment le lien à une ville opère comme facteur de cohésion et comme moteur de la rage de vaincre d’une équipe de rugby.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Françoise Dubost, Bernadette Lizet, Martyne Perrot et Martin de La Soudière, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 246-248.

Référence électronique

Joseph Goy, Rolande Bonnain, Jacques Cloarec, Françoise Dubost, Bernadette Lizet, Martyne Perrot et Martin de La Soudière, « Ruralités contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15183

Haut de page

Auteurs

Joseph Goy

Articles du même auteur

Rolande Bonnain

Articles du même auteur

Jacques Cloarec

Articles du même auteur

Françoise Dubost

Articles du même auteur

Bernadette Lizet

Articles du même auteur

Martyne Perrot

Articles du même auteur

Martin de La Soudière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals