Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire des pratiques de commandement

Yves Cohen
p. 266-270

Texte intégral

Yves Cohen, maître de conférences

L’histoire des pratiques et ses archives : rencontre entre histoire industrielle et histoire des sciences

1En une première série de six séances, il s’agissait d’explorer la contribution de l’histoire des sciences récentes à un effort pour envisager une histoire qui prenne au sérieux les pratiques. On peut sans doute soutenir que toute histoire est histoire des pratiques. Le projet avancé ici, qui s’attache au XXe siècle, tente de considérer les pratiques de façon analytique et pragmatique, à la fois dans la diversité des formes de leur constitution et en tant qu’elles font l’objet, en ce siècle spécialement, de sciences et de régimes de régulation qui les visent. Les pratiques sont considérées dans le suivi de leurs porteurs sous l’angle de leur matérialité, des formes de leur repérage dans les situations, de leurs objets, des savoirs, des techniques et des ressources qu’elles mobilisent, des jugements dont elles sont l’objet, des collectifs qui les conforment et qu’elles recomposent, des normes auxquelles elles se réfèrent et que ce faisant elles reformulent. Le XXe siècle a vu se développer une série d’efforts pour réguler les pratiques en tentant de les placer sous le signe de la science. L’histoire des sciences est sans doute, plus encore que l’histoire politique et bien plus, paradoxalement, que l’histoire industrielle peut-être trop soucieuse encore des structures entrepreneuriales et sociales, la discipline la plus avancée sur le plan international dans une telle exploration des pratiques. Cette année, nous avons examiné le bilan des études sociales des sciences à partir de présentations proposées par quelques-uns de leurs représentants les plus distingués. Les rencontres et les conflits entre biologistes, médecins et militaires ont été examinés à partir des complexes de pratiques très distincts formés en Grande-Bretagne et aux États-Unis autour de la production des antibiotiques (Jean-Paul Gaudillière). Nous avons étudié avec Ilana Lôwy comment les tentatives de contrôle d’une maladie, la fièvre jaune au Brésil au début du XXe siècle, pouvaient donner lieu à la confection soigneuse d’une hiérarchie médico-sociale et en même temps d’un système d’encadrement de la population destiné à produire des pratiques d’hygiène normalisées. Nathalie Jas nous a exposé le projet emboîté d’une micro-histoire d’une vie de laboratoire chimique à Halle, en Allemagne, à la fin du XIXe siècle (conception des lieux, matériel, professions, apprentissages, programmes scientifico-commerciaux, gestes, dispositifs de carrière...) insérée dans un travail d’écriture où se risque l’élaboration du tableau d’une révolution scientifique. Analyse des pratiques également pour l’étude des heurs et malheurs du commerce électronique, analyse permettant de sortir des paradigmes des praticiens eux-mêmes qui développent des installations matérielles et communicationnelles coûteuses à partir de représentations des usages extrêmement réductrices (Christian Licoppe). Enfin, reconsidération, avec Dominique Pestre, de près de trente années d’études sociales des sciences pour comprendre à la fois la portée intellectuelle qu’elles ont revêtue et l’impasse dans laquelle elles paraissent engagées. En particulier, le choix de suivre les acteurs dans leurs logiques pratiques et dans leurs langages mêmes a été d’une singulière efficacité pour retourner une histoire des sciences figée dans une réflexion trop exclusivement conceptuelle et de surcroît passablement téléologique. La question se repose pourtant de plus en plus vivement, depuis quelques années, de savoir si les valeurs de vérité peuvent être dispersées en tous les lieux de pratiques et si des partis socio-politiques ne sont pas à reconnaître et à prendre par les chercheurs en sciences sociales sans admettre la frontière moderne entre la science et les engagements sociaux.

2La rédaction d’un livre d’histoire des pratiques a été parallèlement achevée. L’ouvrage sera publié à l’automne 2001 : Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919. Il tente d’élaborer de façon raisonnée comment se forme et se stabilise une pratique d’organisation de la production dans la diversité de ses préoccupations, la cohérence de ses fins et de ses résultats et la prise avec le mouvement social (Ernest Mattern, ingénieur des Arts et Métiers, directeur des usines Peugeot à partir de 1917). Il cherche à s’écarter des problématiques qui ne saisissent les pratiques managériales qu’à partir de l’américanisation, en considérant plutôt la prise de référence, américaine entre autres, comme une dimension variable de ces pratiques. Tout en proposant une analytique historique des pratiques, il invite à une histoire coordonnée des techniques matérielles, des techniques sociales, des techniques intellectuelles et des techniques de soi ainsi qu’à une histoire sociale de la gestion.

L’entreprise et l’organisation : histoires, acteurs et pratiques de travail au regard de plusieurs disciplines

3Ce séminaire collectif mensuel a exploré diverses facettes des pratiques industrielles au XXe siècle. Il s’était donné pour objectif cette année de tenter de rester au plus près des pratiques de travail des hommes et des femmes, quel que soit le niveau hiérarchique concerné. Nous sommes une nouvelle fois parvenus à maintenir, d’un côté, un brouillage des frontières des disciplines représentées (histoire, sociologie, recherche en gestion et anthropologie) et, de l’autre côté, une discussion ouverte entre nos démarches, très diverses et toutes possibles, si elles ne sont pas forcément compatibles.

4À partir de textes issus des travaux en cours ou publiés des participants, nous avons évoqué des activités aussi différentes que celles des concepteurs de chaînes de montage, des comptables, des gestionnaires dans leur rapport au mouvement social, des chefs et des ouvriers aux prises avec les formes du commandement d’atelier, des producteurs de la notion de culture d’entreprise, des employés chargés de l’orientation dans les gares. L’accent s’est porté sur les méthodes utilisées dans chaque cas, leur originalité dans leur contexte disciplinaire et l’apport éventuel qu’elles pourraient constituer dans les disciplines voisines. Ainsi les plans d’usines qui sont les sources des historiens sont aussi des produits de pratiques de conception où se mêlent les intérêts et les savoirs des entrepreneurs, des ingénieurs, des techniciens du produit et de ceux de la production, des spécialistes de l’espace (travaux d’Alain Michel). On a pu montrer aussi, d’une manière comparable, combien les pratiques gestionnaires devaient faire l’objet d’une étude sociale : dans leur visée, elles cherchent le contrôle des pratiques des autres et, pour la valorisation de leur efficacité, elles dépendent précisément de leur capacité d’encadrer ces activités, d’y créer et d’y saisir des régularités pratiques transformables en régularités comptables (travaux d’Yves Cohen). Les historiens peuvent se laisser interroger par les savoir-faire des chercheurs en gestion en matière d’analyse de l’action (personnelle, collective ou négociatrice), dont précisément ils s’emploient à faire l’histoire. Réciproquement, les chercheurs en gestion sont intéressés à des conceptions différentes de l’action collective portées par les historiens, qui supposent par exemple d’intégrer l’histoire des mouvements sociaux au sein d’une histoire sociale de la gestion. La comptabilité s’est révélée cette année un bon champ pour une réflexion sur ces dimensions : la surveillance de la rentabilité des capitaux ne convoque pas forcément des outils compatibles avec le pilotage de la production, mais ce constat n’a jamais été ni immédiat ni évident pour les acteurs et sa formation relève elle-même d’un long processus historique (travaux de Ferruccio Ricciardi). Il en est ainsi de la notion d’efficacité qui a des significations variées également selon les positions dans le jeu productif, et cette variété redéfinit en retour ce jeu et ses formes : si les instruments de gestion sont créés quand on veut légitimer des pratiques, ils sont reconformés par les pratiques qu’ils visent. Dans un autre registre, nous avons étudié comment les lieux de prescription sont susceptibles de se démultiplier : ils peuvent relever des espaces, justement, et des appareils qui les occupent, et aussi des collectifs qui s’autorégulent, et encore des délégués plus ou moins formels des personnes en charge de commander. De même, les objets sur lesquels s’appuie la prescription peuvent être démultipliés, la RTT en constituant aujourd’hui un aspect majeur (travaux de Cédric Lomba). Une séance a porté sur la culture d’entreprise, au sujet de laquelle la diversité des points de vue exposés a permis d’esquisser une histoire multiple, où les sciences sociales sont fortement engagées surtout à partir des années 1980 (travaux d’Éric Godelier). Une des conclusions invite à distinguer clairement deux aspects dans nos propres recherches : d’un côté l’identification d’un discours sur la culture d’entreprise (en général au singulier et non au pluriel), tenu tout à la fois dans les sciences sociales et au sein des entreprises comme pièce du discours managérial et, de l’autre côté, la reconnaissance de nos propres conceptions plus ou moins spontanées d’une culture ou plutôt de cultures se développant dans les entreprises. Cette identification et cette reconnaissance peuvent tout à fait cohabiter si, justement, elles ne sont pas confondues. Enfin, nous avons étudié, à partir de films tournés sur le terrain, une enquête sur le travail des employés d’orientation à la gare du Nord fondée sur la méthode du cours d’action, élaborée en ergonomie (travaux de Denis Bayart avec Jacques Theureau). Il s’agit de saisir ce cours d’action comme la capacité même pour l’acteur de verbaliser ses actes : la personne, interrogée par les chercheurs, commente et explicite ses actes filmés ; il se constitue de la sorte une unité pratique et intellectuelle désignée comme le cours d’action. Nous avons tenté de penser comment cette élaboration à plusieurs niveaux est susceptible de circuler d’une science sociale à l’autre.

Publications

  • Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté, 2001, 490 p.
  • Dir. de Cahiers du Centre de Recherches historiques, 25 (Organiser et s’organiser. Histoire, sociologie, gestion), oct. 2000, 156 p.
  • « Les chefs, une question pour l’histoire du XXe siècle », Cités, 6, 2001, p. 67-83.
  • « Communisme(s) », Le Monde des Débats, 23, mars 2001, p. 47.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen, « Histoire des pratiques de commandement », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 266-270.

Référence électronique

Yves Cohen, « Histoire des pratiques de commandement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15192

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals