Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon
p. 285-287

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études

La construction simultanée de l’État et de la société dans la France moderne (XVIe et XVIIe siècles)

1Le séminaire a été divisé en quatre séquences. La première, assurée par moi, a porté sur la transmission au sein des lignages de la robe parisienne aux XVIe et XVIIe siècles. La question était vue du point de vue des femmes. Certains paradoxes des continuités familiales ont été observés : le conflit qui opposa dans les années 1580 le conseiller au parlement Nicolas Texier à sa mère, veuve du président des Enquêtes, aboutit, dans la décennie 1650, à la chute de la branche aînée et à l’ascension de la branche cadette, titrée marquis sous Louis XIV et passée de la chambre des Comptes à des charges d’officiers généraux dans les armées. D’autres familles favorisèrent les filles du premier lit aux dépens des garçons du second lit. D’étranges procès opposèrent des conseillers au parlement, désireux de voir déclarer leur femme et leur beau-père roturiers (pour bénéficier du partage égal), à leurs beaux-frères, aussi conseillers au parlement, qui plaidaient pour faire reconnaître la noblesse paternelle et donc le partage noble. L’analyse de ces figures inattendues montre que, si la « dignité », forme de noblesse, était prétendument le privilège des hommes, la reproduction des patrimoines passait sélectivement par les femmes et que, ces patrimoines économiques étant les supports des dignités, celles-ci se transmettaient aussi en fait par les mères. Une étude des fonctions sociales du douaire a corrélativement été ébauchée. Au travers des conflits familiaux, la description des structures abstraites de la reproduction sociale a débouché sur le constat de l’efficacité idéale de l’alliance entre l’homme « noble », chargé de « dignités », et la femme roturière, chargée de biens, tandis que l’alliance entre un roturier riche et l’héritière d’une famille prestigieuse ne pouvait mener qu’à l’échec. En contrepoint, deux tables rondes ont été réunies autour de Danielle Haase-Dubosc, auteur de Ravie et enlevée. De l’enlèvement des femmes comme stratégie matrimoniale au XVIIe siècle (Paris, A. Michel, 1999) et de Myriam Maître, auteur de Les Précieuses. Naissance des femmes de lettres en France au XVIIe siècle (Paris, Champion, 1999).

2La deuxième séquence, avec la collaboration de Mark Greengrass, directeur d’études invité, professeur à l’Université de Sheffield, a traité des conditions d’émergence de la Ligue catholique dans la décennie 1580. Les idéologies politiques du règne d’Henri III ont été abordées à travers les discours des officiers royaux sur les passions et leur maîtrise, sur la police et le bien public, et à travers les procès-verbaux de la Chambre des notables de Saint-Germain-en-Laye (novembre 1583-février 1584). Une séance (avec Marco Penzi, doctorant à l’EHESS) a aussi tourné autour du texte dit l’Histoire anonyme de la Ligue, œuvre tardive d’un ligueur zélé, pour faire le point sur le projet d’édition intégrale de ce manuscrit par M. Greengrass, M. Penzi et moi.

3La troisième séquence, avec Radu Gabriel Paun, maître de conférences invité, chercheur à l’Académie de Bucarest, et Fanny Cosandey, aujourd’hui maître de conférences à l’Université de Nantes, s’est attaquée à deux épineuses questions : l’idée de constitution appliquée aux anciennes monarchies et la notion d’absolutisme. Radu Paun a retracé les précieux enseignements comparatifs qu’apportent les principautés roumaines du XVIe au XVIIIe siècle, monde si éloigné en apparence et en réalité si révélateur du sens des pratiques des monarchies occidentales, en particulier la française. L’absolutisme français a aussi été interrogé dans une perspective inspirée des enseignements de Denis Richet. La séquence avait débuté par une table ronde qui s’est déroulée autour du beau livre d’Hélène Merlin-Kajman, L’absolutisme dans les lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique (Paris, Champion, 2000).

4La quatrième séquence, avec Ann Ramsey, maître de conférences invitée, enseignante à l’Université d’Iowa, auteur d’un livre exceptionnel (Liturgy, politics and salvation. The catholic League in Paris and the nature of catholic Reform 1540-1630, University of Rochester Press, 1999) avait pour thème « faire son salut, tester, transmettre à Paris aux XVIe et XVIIe siècles ». On y a discuté du concept de « performativité » appliqué au discours testamentaire : quelle était la signification de l’usage par les testateurs des nombres symboliques (treize, cinq, trente-trois) et de sa proscription par le concile de Trente ? Les temporalités de la parole testamentaire sont apparues décalées, spécialement sous la Ligue, lors du terrible siège de 1590, quand la nostalgie de l’ancien catholicisme pré-tridentin semble avoir hanté les consciences parisiennes. Élodie Gariel, professeur agrégée, doctorante à l’EHESS, a présenté ses recherches sur la mort des conseillers au parlement de Paris, particulièrement sur les chapelles funéraires à Saint-André-des-Arts (et le contrôle de l’espace ecclésial qu’elles permettaient aux grands notables) en rapport avec les legs testamentaires des magistrats et de leurs épouses. Enfin, Simone Geoffroy-Poisson (CRH), ingénieur de recherche au CNRS, a analysé les traités que Jean-François Ricard, célèbre avocat du règne de Louis XIV, a consacrés à la question des testaments olographes et des successions.

Publications

  • « Saint-Simon et les présidents à mortier », Cahiers Saint-Simon, 28, 2000, p. 39-47.
  • « Plusieurs histoires dans l’histoire littéraire » (Note critique à propos de Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000), Annales. Histoire, Sciences sociales, 55, 5, 2000, p. 1009-1115.
  • « Conflits familiaux dans la robe parisienne aux XVIe et XVIIe siècles : les paradoxes de la transmission du statut », Cahiers d’Histoire, 45, 4, 2000, p. 677-697.
  • « De nouveaux présidiaux pour certains Français », préface à Christophe Blanquie, Les présidiaux de Richelieu. Justice et vénalité (1630-1642), Paris, Christian, 2000, p. I-VI.
  • « Préface » à Stéphane-Marie Morgain, La théologie politique de Pierre de Bérulle (1598-1629), Paris, Publisud, 2001, p. 11-24.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 285-287.

Référence électronique

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15199

Haut de page

Auteur

Robert Descimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals