Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pratiques et discours de l’Antiquité tardive

Jean-Michel Carrié
p. 305-307

Texte intégral

Jean-Michel Carrié, directeur d’études

Antiquité tardive et « démocratisation de la culture » : vérification du paradigme

1On a continué cette année à vérifier la pertinence et la productivité du concept de « démocratisation de la culture » autrefois lancé par Santo Mazzarino. Bien que l’exclusion a priori de toute perspective de démocratisation politique n’ait pas fait obstacle à la « démocratisation culturelle » qui se développait sur un tout autre plan, politique en un sens, mais non institutionnel, on a consacré le premier trimestre à l’analyse d’un texte qui a poussé aussi loin que possible la remise en cause de l’absolutisme du régime impérial : le Dialogue sur la science politique du patrice Ménas avec le référendaire Thomas, daté des débuts du règne de Justinien. Cet étrange opuscule, qui fait explicitement référence à la tradition platonicienne, propose une série de lois constitutionnelles fondamentales en vue de réformer le régime impérial romano-byzantin dont le propre est de ne reposer sur aucun texte qualifiable de « constitutionnel » : d’où l’originalité de ce dialogue, accentuée par celle des solutions qu’il préconise en vue d’instituer un pouvoir « légitime, juste et scientifique » (tirage au sort de l’empereur parmi un groupe de candidats sélectionnés par les sénateurs et choisis par les citoyens ; abdication obligatoire de l’empereur à 60 ans, réforme du Sénat sur le modèle d’une aristocratie non héréditaire constamment renouvelée par l’appel aux « meilleurs », etc.). Nous nous sommes tout particulièrement attaché, en nous aidant du rapprochement avec le traité Peri strategias, à démêler la part de l’utopie et celle du faux idéalisme défendant en fait des solutions récemment employées mais contestées. Nous avons d’autre part tenté de cerner le profil socio-intellectuel de l’auteur, peut-être un juriste concevant son art comme magisterium vitæ.

2Revenant aux aspects proprement culturels, on a recherché, dans la production écrite aussi bien que figurée, la manifestation de formes répondant aux attentes d’un public « mixte » en expansion, avide d’expressivité : des formes qui malmènent la hiérarchie traditionnelle des valeurs culturelles (dans des sermons, des ouvrages techniques, ou dans la statuaire). Le besoin d’une communication élargie se manifeste aussi bien dans la littérature technique, ou de consommation, que dans les diverses formes de la prédication chrétienne (catéchèse, sermons, hagiographie...).

3Un autre thème traité a été celui de l’émergence de nouvelles catégories d’« agents culturels » ou de communicateurs sociaux, que la recherche historique du demi-siècle écoulé a su mettre en lumière : le grammaticus, l’évêque, le moine, le militaire, le barbare.

4On est revenu sur les transformations linguistiques de la période. Les phénomènes complexes d’évolution de la langue ont été replacés, à la suite des études modernes, dans les divers contextes communicatifs, mettant en contact des individus différant par leurs niveaux de compétence et de performance (à l’écrit et à l’oral). Quant à l’universalité des lois de passage du latin aux langues romanes d’une région occidentale à l’autre, elle suppose une faible influence des langues vernaculaires locales et va donc, là aussi, dans le sens d’un bilinguisme large. Le principal trait évolutif du latin durant la transition aux langues romanes, à savoir le passage d’une langue « synthétique » à des langues « analytiques », ne reflète nullement un appauvrissement -démocratisation au sens négatif du terme - des ressources langagières des masses. Au contraire, elle requiert bien souvent des stratégies élaborées contredisant toute hypothèse d’une simplification rendue nécessaire par un déclin culturel général.

5Au total, avec ou sans référence à Mazzarino, on a pu conclure que la recherche historique du demi-siècle écoulé avait, pour l’essentiel, approfondi et élargi le champ de pertinence du paradigme de la « démocratisation » entendue dans son sens positif, en abandonnant les préjugés d’académisme et de purisme en histoire de l’art et de la langue, en refusant de voir un abaissement du niveau culturel dans l’essor - au reste tardif - du copte et du syriaque, comme dans celui de la nouvelle culture chrétienne ; en rejetant, enfin, le modèle « à deux niveaux » opposant irréductiblement une culture elitiste et une culture « populaire » ou « vulgaire ».

6Durant l’année, le séminaire s’est ouvert aux conférences de Charlotte Roueché (King’s College), de Giusto Traina (Université de Lecce), de Garth Fowden (Fondation nationale de la recherche hellénique) et d’Andrea Giardina (Rome, Université La Sapienza), ces deux derniers en qualité de directeurs d’études invités.

7Pour notre part, outre les conférences tenues à Florence (à l’invitation d’A. Schiavone) et à Messine (à celle de L. de Salvo), nous avons présenté les communications suivantes : « Parallélismes documentaires entre Égypte et Occident à l’époque byzantine » (au 23° Internationaler Papyrologenkongreβ, Vienne, juillet 2001) ; « L’expédition africaine de Justinien et les transformations de l’organisation militaire romano-byzantine » (au 20e Congrès international des études byzantines, Paris, 20-25 août 2001) ; « Fonti papirologiche e critica del testo giuridico » (XV Convegno Internazionale dell’Accademia Costantiniana, Perugia, 8-10 octobre 2001).

Publications

  • Avec C. Roueché, dir., Procope, « De Aedificiis » le texte et les réalités documentées, Actes de la table ronde, Londres, Institute of Classical Studies, 25-26 september 1998, dans n° sp. de Antiquité tardive, 8, 2000, p. 7-180.
  • Avec S. Janniard, « Chronique : L’armée romaine tardive dans quelques travaux récents, I. L’institution militaire et les modes de combat », Antiquité tardive, 8, 2000, p. 321-341.
  • « Le temple de Sérapis », et « L’hydreuma », dans Excavations and surveys at Mons Claudianus 1987-1993. The Excavations, sous la dir. de D. Peacock et V. Maxfield, Le Caire, IFAO, 2000, p. 127-155 et p. 157-172.
  • « L’incidence de la fiscalité sur les divisions territoriales de l’Empire tardif », dans Atti dell’Accademia romanistica costantiniana, XIII Convegno Internazionale (Perugia, 1-4 ottobre 1997), Naples, 2001, p. 309-331.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 305-307.

Référence électronique

Jean-Michel Carrié, « Pratiques et discours de l’Antiquité tardive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15209

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals