Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 327-328

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

Histoire comparée des noblesses européennes : questions d’historiographies

1La parution de plusieurs ouvrages consacrés à la dynamique du lignage noble dans l’Europe des XVe-XVIIIe siècles (livres de Michel Nassiet sur la France, de Christophe Duhamelle sur la chevalerie immédiate d’Empire) a conduit à entreprendre le réexamen de certains résultats de l’anthropologie historique des années 1970-1980. Il s’agit de voir comment se constitue, en ce moment, à partir d’une grille de lecture antérieure, une approche socio-anthropologique de l’État décalée par rapport à la « genèse de l’État moderne ». Si les intérêts des auteurs varient (souci des systèmes démographiques, marqué par exemple par la surmortalité des jeunes nobles ; rôle central d’un langage symbolique comme l’héraldique), ils convergent autour de propositions fortes concernant les formes politiques de l’Ancien Régime. La « société des princes » (L. Bély), qui regroupe aristocraties et familles régnantes, ne peut s’analyser en dehors d’une socio-anthropologie de la famille. D’où le renouvellement d’un certain nombre de problèmes, telle la question de la « circulation des élites » (circulation restreinte dans les États oligarchiques comme les cités allemandes ou italiennes ou les États des princes évêques de l’Empire, opposée à la circulation élargie par la faveur royale des monarchies plus « absolue »).

2Ces constatations ont conduit, en collaboration avec Jacques Lautman (Université de Provence), à examiner et discuter quelques-uns des travaux issus de la récente sociologie historique de l’État, qu’il s’agisse des ouvrages de Hilton Root (trad. fr., Paris, 1994), Samuel Clark (Montréal, 1995) ou T. Ertman (Cambridge, 1997). Tous proposent une approche comparatiste, plus ou moins élargie, pour saisir les implications, complexes, de l’aristocratie dans la constitution des États européens. À la différence de ces enquêtes, développées plus ou moins explicitement autour de l’opposition wébérienne entre systèmes administratifs bureaucratiques et pratiques patrimoniales, certains travaux, comme l’ouvrage collectif publié sous la direction de John Adamson (Londres, 1999), entendent redonner aux cours princières, et aux aristocraties qui les composent, un rôle politique d’autant plus central qu’ils critiquent la possibilité d’un système étatique cohérent et puissant constitué autour du monarque et préfèrent une approche en terme de dynastie. Dès lors, y aurait-il convergence entre ces propositions et les approches, examinées en début d’année, en terme de « lignages », même si les objets examinés diffèrent ?

3Dans le prolongement des séances consacrées l’année dernière aux traités d’équitation, Pascal Brioist (Université de Tours-Centre d’études supérieures sur la Renaissance) a présenté les résultats d’une enquête, conduite avec Hervé Drevillon et Pierre Serna, sur l’émergence d’une escrime civile savante au cours du XVIe siècle, qui contribue à placer les arts du corps au centre de l’éducation nobiliaire.

4À l’opposé des continuités nobiliaires (voulues, rêvées, réussies), Biagio Salvemini, dans une intervention consacrée aux negozianti de Bari, entre XVIe et XIXe siècle, a souligné la forte flexibilité du vocabulaire social, dès lors qu’il est constitutif des droits, du statut, du pouvoir des individus, qu’il dialogue, à sa façon, avec le vocabulaire du privilège, et que le jeu de l’identité est loin de coïncider nécessairement avec celui des pratiques.

5Plusieurs leçons ont été consacrées à des questions d’historiographie et de méthodologie dans le cadre du DEA « Sciences sociales » (Marseille) et du département de Studi sullo Stato de l’Université de Florence (novembre 2000).

Publications

  • « Cartographier une capitale. Paris, de la Chronique de Nuremberg à l’image satellite », dans Vues sur la ville : la cité à travers le patrimoine écrit, Actes du colloque (Grenoble, 21-22 octobre 1999), Paris/Lyon, Fédération française de coopération entre bibliothèques, Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation, Bibliothèques municipales de Grenoble, 2000, p. 51-61.
  • « L’usage historien des archives », dans Corpus, sources et archives. Textes de Jean Boutier, Jean-Louis Fabiani, Jean-Pierre Olivier de Sardan, Tunis, Institut de recherches sur le Maghreb contemporain, 2001, p. 9-22.
  • « Les outils de l’historien sont-ils universels ? », dans Le goût de l’enquête. Pour Jean-Claude Passeron, sous la dir. de J.-L. Fabiani, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 71-94.
  • « Fernand Braudel als Historiker des Ereignisses », dans Struktur und Ereignis Andreas Suter, sous la dir. de M. Heuling, Göttingen, 2001 (Geschichte und Gesellschaft : Sonderheft ; 19), p. 138-157.
  • « Fernand Braudel als Historiker des Ereignisses », dans Struktur und Ereignis, n° sp. de Geschichte und Gesellschaft, Zeitschrift für historische Sozialwissenschaft, 19, sous la dir. d’A. Suter et M. Hettling, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 138-157.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 327-328.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15218

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals