Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles)

Nicolas Tertulian
p. 341-342

Texte intégral

Nicolas Tertulian, directeur d’études

1. Aspects de la révolution conservatrice. 2. Figures de la subjectivité

1L’œuvre de Cari Schmitt, objet des premiers séminaires, a été ana- lysée dans la multiplicité de ses implications idéologiques et politiques. Le concept de « révolution de l’espace » (Raumrevolution), avec la substitution du concept de « Reich » à celui d’État national et avec la critique de l’universalisme libéral-démocratique, a été situé dans le cadre d’une tendance plus générale de l’époque, caractérisée par l’opposition entre le concept de « peuple politique » et le concept français de « nation ». Ont été évoquées dans ce sens les thèses de Hans Freyer, exposées dans un texte datant de 1933, dont les antécédents se trouvent dans Spengler, Moeller van den Bruck ou Ernst Jünger. Ont été analysés les rapports de continuité et de discontinuité entre les différentes phases de la pensée de Schmitt, depuis le présidentialisme autoritaire, professé dans les écrits de la période de Weimar, jusqu’à l’apologie du « soldat politique » Adolf Hitler après 1933. La « théologie politique » de Schmitt a formé l’objet d’un examen spécial afin de préciser les ressorts de son opposition à une pensée de l’immanence.

2Dans un deuxième temps, le séminaire a abordé la question des « figures de la subjectivité » en utilisant comme repères les œuvres de Marx et de Sartre. Jacques D’Hondt, professeur émérite à l’Université de Poitiers, dans une conférence sur le thème « Marx et la subjectivité » a soumis à un rigoureux examen philologique les occurrences des mots « Selbstheit » (ipséité) ou « Entfremdung » (aliénation) dans les textes de Marx. L’œuvre de Sartre a été abordée à travers la question de l’intelligibilité de l’histoire dans la Critique de la raison dialectique ; ont été analysés les différents niveaux de la subjectivité depuis le monde du pratico-inerte jusqu’à l’accomplissement de l’intersubjectivité vivante dans le monde d’un « humanisme dialectique ». Une comparaison entre la Critique de Sartre et l’Ontologie de l’être social de Lukács a clôturé le dernier exposé.

Publications

  • « Carl Schmitt entre catholicisme et national-socialisme », dans La Représentation et ses crises, sous la dir. de J.-P. Cotten, R. Damien et A. Tosel, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2001, p. 301-328.
  • « Avatars de la philosophie marxiste », Introduction à Yörgy Lukács, Dialectique et spontanéité, Paris, Éd. de la Passion, 2001, p. 7-25.
  • « Le juriste et le Führer », dans Qu’est-ce qu’un chef ? La crise de l’autorité aujourd’hui, n° sp. de Cités, 6, 2001, p. 37-48.
  • « Nicolai Hartmann e György Lukács : un’alleanza feconda », Marxismo oggi, 2-3, 2000, p. 83-116 ; trad. allemande dans Lukács-Jahrbuch, 5, 2001, p. 101-138.
  • « La défense du sujet », Revue d’Esthétique, Hommage à Olivier Revault d’Allonnes, 38, 2001, p. 227-230.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 341-342.

Référence électronique

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15229

Haut de page

Auteur

Nicolas Tertulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals