Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 343-344

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance socio-historique : le jeune Hegel

1Le séminaire devait prendre la suite des recherches menées l’année précédente autour du concept kantien de la connaissance historique, tel qu’il se dégage des analyses développées dans la Critique de la faculté de juger au sujet de la constitution de l’ordre symbolique et de la naissance du sens commun. Il a ainsi été l’occasion d’introduire aux tentatives systématiques du jeune Hegel qui, avant le tournant de la Phénoménologie de l’esprit (1807), avait entrepris de réinterpréter les philosophies de la réflexion (Kant, Jacobi, Fichte) dans la perspective spéculative ouverte par le premier Schelling. Parmi ces textes réunis sous le titre posthume d’Écrits d’Iéna, dont certains ont acquis une actualité nouvelle sous l’impulsion des théories contemporaines du langage et de la communication, nous avons finalement retenu le System der Sittlichkeit (1802-1803) qui retrace, en partant de la finitude concrète du besoin, l’émergence progressive, commandée par l’appel de l’Absolu pensé comme « réconciliation » ou « indifférence » du particulier et de l’universel, des structures fondamentales de la socialisation humaine. De la famille au peuple, en passant par les paliers successifs de satisfaction du besoin primordial (alimentation, sexualité, langage, éducation, production, droit, économie, politique, etc.), Hegel déploie ainsi tout l’éventail des réalités socio-historiques qui vont par la suite, une fois affranchies du carcan dialectique de leur totalisation, faire l’objet d’approches scientifiques indépendantes. L’intérêt de confronter le découpage disciplinaire des sciences de l’homme, ainsi que les stratégies d’objectivation mises en œuvre par chacune d’entre elles, avec les articulations internes du système dont elles sont issues ne se réduit pas à un simple rappel historique, mais réside avant tout dans la possibilité d’une reprise réflexive des pratiques savantes, institutionnalisées depuis le XIXe siècle, à partir du projet philosophique qui a préparé leur différenciation. Cette réflexion, largement entamée, doit être poursuivie et spécifiée à l’aide d’un exemple précis : l’Historik de Johann Gustav Droysen (1808-84), qui vise à établir, dans le sillage de Kant et de Hegel, la légitimité épistémologique et institutionnelle de l’histoire comme science autonome.

2S’adressant à un public plus restreint, un second séminaire, organisé avec la collaboration de Farhad Khosrokhavar et Perrine Simon-Nahum, a permis d’aborder « La question de l’expérience chez Kant, Husserl et Habermas ». Y ont été discutés des exposés de Marc Buhot de Launay sur Kant et Hermann Cohen, de Egor Ovtcharenko et Tchavdar Marinov sur Husserl, et de Mauro Piras sur Habermas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 343-344.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15230

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals