Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire de l’Espagne

Bernard Vincent, Afrânio Garcia, Jean-Frédéric Schaub, Jean Hébrard et Ilda dos Santos
p. 345-348

Texte intégral

Bernard Vincent, directeur d’études

Les minorités dans l’Espagne moderne

1Nous avons poursuivi cette année l’étude des minorités dans l’Espagne médiévale et moderne en nous intéressant essentiellement d’une part aux juifs et conversos, d’autres part aux morisques, descendants des musulmans convertis au christianisme. Nous avons examiné l’ouvrage de Benzion Netanyahu, The origins of the Inquisition in fifteenth century Spain publié en 1995 et dont la traduction espagnole a suscité un énorme débat. Pour Netanyahu, l’immense majorité des conversos étaient des chrétiens orthodoxes et même zélés. Le cryptojudaïsme de cette communauté n’aurait été qu’un mythe instrumentalisé par la Couronne et la majorité de la société espagnole. L’Inquisition aurait dans ces conditions été un montage construit à des fins racistes pour se débarrasser d’hommes influents et obtenir des avantages économiques et politiques. L’histoire des juifs et conversos de l’Espagne du XVe siècle serait un épisode de l’histoire de l’éternel antijudaïsme. Benzion Netanyahu fait un récit politique précis de l’apparition et du développement de la rhétorique anticonversa. Toutefois, les arguments soutenant la thèse sont limités aux seuls responsa rabbiniques qui stigmatisaient l’hétérodoxie des conversos. En revanche, Netanyahu ne retient nullement les textes des auteurs insistant sur leur judaïsme et ne prend pas en compte les nombreux travaux qui ont été réalisés depuis quinze ans. Nous avons donc passé en revue les contributions critiques de David Nirenberg, de José Antonio Escudero, d’Antonio Domínguez Ortiz et de Ricardo Garcia Carcel.

2Une deuxième controverse existe autour de la question morisque. Elle a surtout tourné autour du livre de Francisco Marquez Villanueva, El problema morisco (desde otras laderas) qui, publié en 1991, a eu une grande audience sensible dans les travaux les plus récents. Dans cet ouvrage, l’auteur, disciple d’Américo Castro, s’en prend à un triple mythe de l’historiographie, celui de l’inassimilation des morisques, celui du complot des minoritaires, celui enfin de l’unanime aversion que provoque ceux-ci dans la société vieille-chrétienne espagnole.

3Quant au premier point, Alváro Galmes de Fuentes a répliqué de manière peu convaincante dans un livre intitulé Los Mohscos (desde su misma orilla). En effet, on ne peut le suivre dans sa présentation du milieu morisque comme un bloc sans fissures. Les positions de Francisco Marquez Villanueva me semblent moins solides sur les deux autres aspects. Les morisques ont en permanence lutté sous des formes violentes et l’épisode de la rébellion des grenadins entre 1568 et 1570 ne peut, entre autres, passer pour un événement mineur. Philippe II s’installant à proximité du théâtre des opérations pendant plusieurs mois exprimait son extrême préoccupation. Enfin Francisco Marquez Villanueva croit à l’existence, au sein de l’opinion vieille-chrétienne, d’un courant « modéré » qui n’est qu’un amalgame de personnages poursuivant des objectifs contradictoires et n’ayant aucun lien entre eux. J’ai donc été amené à présenter plusieurs textes qui s’insèrent dans cette polémique.

4J’ai aussi exposé un dossier concernant les morisques de Castille, à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Celui-ci révèle qu’il y avait alors une véritable organisation des communautés de morisques des dix-huit villes de la Couronne de Castille et que celles-ci dépêchaient des représentants à la cour pour y négocier le montant et l’assiette d’impôts spécifiques. Il y a là de fait une reconnaissance par la monarchie des aljamas sur le modèle médiéval. Parallèlement ces communautés devaient fournir des contingents de sapeurs qui devaient servir à l’avant-garde de l’armée. Il faut voir là une redoutable et ambiguë forme de participation à l’effort collectif auquel les morisques tentent vaille qui vaille de se soustraire.

5Nous avons enfin accueilli Rui Tavares qui a exposé ses recherches sur la censure au Portugal à l’époque de Pombal, Soledad Gomez Navarro (Université de Cordoue) sur « Biens et spiritualité à Cordoue à l’époque moderne » et Maria Madero (Université de Buenos Aires) sur « Droit commun et droit castillan aux XIIIe et XVe siècles ».

Publications

  • Avec Bartolomé Bennassar, Le temps de l’Espagne, XVIe-XVIIe siècle, Paris, Hachette (« Pluriel »), 2001, 313 p.
  • « La guerre des Alpujarras et l’islam méditerranéen », dans Felipe II y el Mediterráneo, sous la dir. d’E. Belenguer Cebria, Madrid, 1999, vol. 4, p. 267-276.
  • « Les univers des Gama et des Colomb », Biographies, n° sp. de Arquivos do Centro Cultural Calouste-Gulbenkian, 39, 2000, p. 3-8.
  • « Production culturelle et consommation sociale à l’époque moderne », dans Historia de la cultura : producció cultural i consumó social, sous la dir. de J. Barrull Pelegri et M. Botargues Palasi, Lleida, Diputació provincial 2000, p. 133-139.
  • « El hispanismo francés », discours de réception du doctorat « honoris causa », Alicante, Université d’Alicante, 2000.
  • « Les Noirs à Oran aux XVIe et XVIIe siècles », dans Negros, mulatos, zambaigos, derroteros africanos en los mundos ibéricos, sous la dir. de B. Ares Queija et A. Stella, Séville, 2000, Escuela de estudios hispano-americanos, p. 67-74.
  • « Les contestations populaires dans l’Espagne d’Ancien Régime », Bulletin de la Société d’Histoire moderne et contemporaine, 3-4, 2000, p. 102-107.
  • « Des mudejares aux morisques (1492-1526) », dans De la unión de coronas al Imperio de Carlos V, sous la dir. d’E. Belenguer Cebria, Madrid, Sociedad estatal para la conmemoracíon de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 359-368.
  • « L’évangélisation des morisques : les missions de Bartolomé de los Angeles », dans Carlos V, los moriscos y el Islam, sous la dir. de M. J. Rubierra et M. de Epalza, Madrid, Sociedad estatal para la conmemoracíon de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 17-26.
  • « Carlos V en Granada », dans Carlos V, europeismo y universalidad, sous la dir. de J. L. Castellano et F. Sanchez Montes, Madrid, Sociedad estatal para la conmemoracíon de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 283-290.
  • « Charles Quint, François Ier et Soliman », dans Carlos V y la quiebra del humanismo político en Europa (1530-1558), sous la dir. de J. Martínez Millan, Madrid, 2001, p. 533-539.
  • Préface à Juan Francisco Pardo Molero, La defensa del imperio, Carlos V, Valencia y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad estatal para la conmemoracíon de los centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 15-16.

Afrânio Garcia et Jean-Frédéric Schaub, maîtres de conférences
avec Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale et
Ilda dos Santos, maître de conférences à l’Université de Paris-III

Séminaire pluridisciplinaire luso-brésilien

6Le séminaire a pour vocation de confronter les recherches portant sur les espaces brésilien et portugais, à l’époque moderne et contemporaine. Trois champs de recherche ont été privilégiés : l’évolution des pratiques sociales et de leurs représentations, de l’Ancien Régime au monde actuel ; l’histoire des phénomènes littéraires entendue à la fois comme approche critique des textes et comme étude des modes de production et de réception de la littérature ; l’étude de l’ensemble des normes et pratiques qui informent les différents types d’exercice du pouvoir. L’objectif visé est d’intensifier de façon durable la confrontation et la comparaison des expériences scientifiques réalisées sur le Brésil et sur le Portugal ; cette année, des scientifiques travaillant sur d’autres espaces de l’Europe ou des États-Unis d’Amérique ont apporté leurs contributions comme discutants.

7Les séminaires ont porté sur les thèmes suivants : Jean Hébrard (EHESS) a discuté son ouvrage Discours sur la lecture (1880-2000), le 14 décembre 2000 ; Walnice Galvâo (USP), « La correspondance et les pratiques d’écriture », le 11 janvier 2001 ; Jorge Freitas Branco (invité EHESS), « La Révolution des œillets et la folklorisation au Portugal », le 8 février ; Mario Grynszpan (invité EHESS), « Les favelas comme enjeu de pouvoir ; administrations publiques, ONG et associations de quartier », le 8 mars ; Maria de Lurdes Pereira, « Le pélerinage noble au Portugal », le 10 mai ; Neil Safier (Université Johns Hopkins), « Écrire et décrire l’espace amazonien : l’image de l’Amazone dans l’Europe des Lumières », le 17 mai ; Ligia Fonseca Ferreira (Université de Paris-III), « Races, satire et politique au Brésil vu par un métis : Luis Game (1830-1882) », le 14 juin 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, Afrânio Garcia, Jean-Frédéric Schaub, Jean Hébrard et Ilda dos Santos, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 345-348.

Référence électronique

Bernard Vincent, Afrânio Garcia, Jean-Frédéric Schaub, Jean Hébrard et Ilda dos Santos, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15232

Haut de page

Auteurs

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Afrânio Garcia

Articles du même auteur

Jean-Frédéric Schaub

Articles du même auteur

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Ilda dos Santos

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals