Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS et monde germanique)

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch et Martine Mespoulet
p. 351-354

Texte intégral

Jutta Scherrer, directeur d’études

Fonctions et usages de l’histoire et de la mémoire historique et culturelle dans la Russie d’aujourd’hui

1L’objectif du séminaire était l’analyse du rapport que les Russes entretiennent avec leur passé depuis la perestroïka. Une attention particulière a été portée à l’examen du double registre de l’histoire et de la mémoire, de la distance et de la participation dans les discours universitaires aussi bien que publics sur l’histoire. Il s’agissait d’abord de rappeler les mécanismes de l’usage de l’histoire par le régime soviétique : si les débats des historiens, des médias et des hommes publics sur la réappropriation du passé se placent aujourd’hui délibérément en dehors du discours idéologique de naguère, son héritage est encore présent ne serait-ce que dans l’opposition affichée à l’ancien usage de l’histoire et dans l’évocation d’une présupposée histoire en soi et pour soi, l’art pour l’art de l’histoire.

2Dans une deuxième étape, toute une série d’analyses de textes provenant de manuels d’histoire, de monographies et également de débats sur les méthodes historiographiques et archivistiques ont démontré la prééminence de la quête d’identité post-communiste et post-soviétique dans l’écriture et dans le discours historiques. En cela la production historique ne fait que suivre la « demande sociale » ; tous les discours des médias et des élites politiques, comme nous avons pu le démontrer, témoignent de la quête d’un passé « utilisable » (le useful past d’Éric Hobsbawm) en ce qu’ils recherchent la légitimation politique de la Russie d’après 1991 en se référant au couple continuité/stabilité qu’ils découvrent dans une prétendue mémoire collective de la Russie pré-révolutionnaire.

3Le changement de paradigme - qui fait que les fondements civilisationnels ont remplacé les structures économiques pour expliquer le processus de l’histoire - accorde une place considérable à la quête des valeurs et des normes et surtout du « sens » de l’histoire. Le concept de l’« idée russe » et, lié à lui, le facteur déterminant de l’orthodoxie dans la société russe (l’« idée orthodoxe »), comme le veut la nouvelle conscience historique, se prêtent à un nouvel usage de l’histoire sur lequel se fondent comme éléments constitutifs quasiment tous les partis politiques y compris les présidents Eltsine et Poutine. La lecture de leurs manifestes restaurateurs montre à l’évidence qu’un tel discours se doit d’exclure presque a priori le souvenir des traumatismes du communisme qui ne se prête guère à l’usage attendu d’une histoire restauratrice.

4Une troisième partie du séminaire a été consacrée à l’étude de quelques textes de références occidentaux sur les rapports « identité, continuité, communauté » (Jacques Revel) et « mémoire, histoire, oubli » (Paul Ricœur), sur les concepts de Geschichtskultur (Jörn Rüsen), Vergangenheitspolitik (Norbert Frey) ou encore, « lieux de mémoire » (Pierre Nora, Étienne François), ceci afin de poser la question de leur « applicabilité » à l’analyse du lieu de l’histoire dans le cadre du débat russe actuel ; discussion qui va se poursuivre au long du séminaire de l’année universitaire 2001-2002.

5Les activités du séminaire ont été considérablement stimulées par la participation active de quelques boursiers Diderot représentant des disciplines voisines comme l’anthropologie, la linguistique et l’histoire littéraire (entre autres, Sergej Tschougounnikov, Alexandre Dmitriev, Tatjana Emeljanova).

6Mes propres recherches ont été exposées lors de conférences à Bordeaux, Potsdam, Zürich, Moscou, Bucarest, Vilnius, Tbilissi, Varsovie-Wierzba. Enfin, dans le cadre de mes activités au Centre Marc-Bloch de Berlin, dont je suis restée chercheur associé après que ma délégation officielle y a pris fin, j’ai organisé à Berlin, Leipzig, Francfort-sur-l’Oder, Essen et Hambourg plusieurs rencontres avec des chercheurs français, allemands et est-européens, portant essentiellement sur les fonctions et l’usage de l’histoire et de la mémoire dans leurs pays respectifs après 1989-1991.

Publications

  • « Kul’turologija zwischen Ideologieersatz und “Lebensphilosophie” », dans Kunstmarkt und Kanonbildung. Tendenzen in der russischen Kultur heute, sous la dir. d’E. Cheauré, Berlin, 2000, p. 87-98.
  • « Museum Berlin-Karlshorst », DU, 710, oct. 2000, p. XI-XIX.
  • « V poiskakh “khristianskogo socializma” V Rossii », Voprosy filosofii, 12, 2000, p. 88-137.
  • « “Zeit und Sein” in Russland », Comparatif, 3, 2000, p. 74-89.
  • « Ideologische Ebben und Fluten », DU, 713, fév. 2001, p. 15-19.
  • « Discours politique et “blancs de l’histoire” », Critique, 644-645, jan.-fév. 2001, p. 31-40.
  • « Der Untergang der Sowjetunion - ein missratener Zusammenbruch ? », Damals, 5, 2001, p. 46-48.
  • « Das Erbe : Geschichte und Gesellschaftskultur », dans Russland unter neuer Führung, sous la dir. d’H.-H. Höhmann, H.-H. Schröder, Münster, 2001, p. 21-31.
  • « Archipel Samizdat », Die Zeit, 42, oct. 2000, p. 59.
  • « Zurück zu Stalin », Die Zeit, 51, déc. 2000, p. 50.
  • « Zurück zu Gott und Vaterland », Die Zeit, 31, juil. 2001, p. 31.

Jutta Scherrer et Wladimir Berelowitch, directeurs d’études
avec Martine Mespoulet, professeur agrégée à l’Université d’Angers

Russie-URSS, sources et méthodes

7Ce séminaire méthodologique est destiné à faire connaître aux chercheurs et aux étudiants les nouvelles directions de recherche en sciences sociales concernant les pays de l’ex-URSS ; il s’organise autour d’interventions de collègues français ou étrangers qui exposent leur recherche en cours en mettant l’accent sur les sources et les méthodes utilisées. Le cadre chronologique couvre la période XVIIIe-XXe siècle. Les interventions ont porté sur les principaux thèmes suivants. D’abord l’histoire des administrations russes et soviétiques, vues dans une perspective comparative, dans ses connexions sociales et enfin sous l’angle des rapports entre centre et périphérie. Ensuite, la constitution du social dans une série de monographies régionales, sous l’angle de l’étude des intellectuels ou des élites locales. Enfin, l’histoire des savoirs, notamment historiques, mais aussi les transferts culturels entre la Russie et des pays d’Europe occidentale, une attention particulière étant accordée aux milieux scientifiques au début du XXe siècle. Donald Raleigh (Université de Chapel Hill, Caroline du Nord), Dimitri Goutnov (Université de Moscou Lomonossov), Denis Sdvijkov (Institut d’histoire universelle, Moscou), Boris Doubine (Centre d’études de l’opinion publique, Moscou), Frank Hadler (Université de Leipzig), Manfred Hildermeier (Université de Gôttingen), sont intervenus au séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch et Martine Mespoulet, « Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS et monde germanique) », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 351-354.

Référence électronique

Jutta Scherrer, Wladimir Berelowitch et Martine Mespoulet, « Histoire sociale des idéologies contemporaines (Russie, URSS et monde germanique) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15238

Haut de page

Auteurs

Jutta Scherrer

Articles du même auteur

Wladimir Berelowitch

Articles du même auteur

Martine Mespoulet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals