Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire turque et ottomane

Gilles Veinstein, Hamit Bozarslan et Khosrow Shakeri
p. 357-363

Texte intégral

Gilles Veinstein, directeur d’études

1La partie du séminaire portant sur l’analyse de documents d’archives ottomans a été centrée cette année sur l’examen de règlements fiscaux provinciaux, les kânûnnâme, un type de textes que nous n’avions pas étudié dans le séminaire depuis de nombreuses années.

2Nous avons commencé par le règlement du sancak d’Avlonya (Vlorë, Albanie), en liaison avec les études d’actes de cadis (sicillât), relatifs à la même région, auxquels plusieurs séminaires antérieurs avaient été dédiés. La version la plus complète et la plus connue est celle de 1583 (Ankara, Tapu ve Kadastro, Kuyud-i kadîme defterleri, n° 62, et Österreichische Nationalbibliothek-Wien, Turcica, AF 77), publiée par H. Inalcik en 1954. Nous l’avons comparée avec une version antérieure de 1520 (Istanbul, Başbakanhk Osmanli Arşivleri, TTD, n° 99).

3Nous avons pu mettre ainsi en évidence, outre les changements fiscaux, l’évolution des activités économiques et des courants commerciaux de la région, au cours du XVIe siècle. Après ce premier contact avec les kânûnnâme, nous avons entamé l’examen des règlements des différentes îles ottomanes. L’objectif de cette enquête, que nous poursuivrons à l’avenir, est d’approcher, notamment par le biais des dispositions fiscales spécifiques, et les considérations généralement très concrètes sur lesquelles elles s’appuient, la notion d’insularité dans le cadre ottoman. Il s’agit de cerner les réalités de la vie insulaire, en même temps que la perception que l’administration ottomane a de celles-ci, la place qui est faite à ces îles dans la vision globale du territoire, et les régimes spécifiques qui leur sont dévolus en conséquence. Deux cas ont été considérés dans cette optique : Lemnos et Mytilène.

4Pour Lemnos, les archives d’Istanbul comprennent trois versions successives, partiellement différentes : TTD, n° 25 (1477) ; TTD, n° 75 (1519) et TTD, n° 434 (ca 1535). Nous avons pu corriger certaines lectures et interprétations des éditions antérieures (J.-C. Alexander, 1974 ; H. Lowry, 1980 ; A. Akgündüz, 1991).

5Parmi les particularités, nous avons noté l’insistance sur les statuts spécifiques de quatre catégories de la population locale chrétienne, investies de différentes charges de surveillance : sentinelles (pâsbân), vigiles (’ases), exempts (müsellem) et gardiens des bateaux (keştibân). D’autres éléments de la population locale assurent la garde des côtes (karavul) sur le port, à proximité de la forteresse, ainsi que sur des points du littoral particulièrement menacés par les attaques des pirates.

6Pour le reste de la population chrétienne, la capitation (désignée comme kharâdj) connaît trois taux différents selon le niveau de fortune, ce qui est conforme à la cherî’a (le texte le souligne d’ailleurs en employant même l’expression solennelle de şer’-i nebevî : « loi sacrée du Prophète »), mais n’en est pas moins remarquable, puisque, précisément, l’Empire ottoman de l’époque s’écarte généralement de la cherî’a sur ce point. Au surplus, une autre taxe ottomane sur les chrétiens, celle-là non canonique, l’ispendje, est perçue, exceptionnellement, selon le même principe.

7Une autre singularité, la douceur constante du climat sur l’île, permet la naissance d’agneaux toute l’année, ce dont le législateur tient compte en les excluant expressément des calculs servant de base à la perception de la taxe sur les moutons (’âdet-i ağnam), puisqu’ailleurs le montant de la même taxe est délibérément calculé hors de la période d’agnelage.

8Pour les règlements de Mytilène, nous nous sommes penché sur les versions, d’ailleurs identiques, à un paragraphe près, de 1548 (TTD, n° 264) et 1581 (TTD, n° 598). Parmi les traits marquants, on observe une différence, inhabituelle en elle-même, du taux de la dîme sur la production agricole entre les musulmans (1/10, ce qui correspond au taux originel de cet impôt chériatique) et les chrétiens (1/8), ce qui renvoie, certes, à l’existence non négligeable de producteurs musulmans, ainsi favorisés, mais, peut-être aussi, à un souci, comme dans le cas du kharâdj de Lemnos, de se rapprocher (sans s’y conformer pleinement) de la norme chériatique. De même, la riziculture pratiquée antérieurement est supprimée, au début du XVIe siècle, au motif qu’elle était pratiquée selon des modalités incompatibles avec la perception normale d’une dîme.

9Comme à Lemnos, des éléments de la population locale sont enregistrés avec un statut fiscal privilégié de müsellem, moyennant un service de garde dans le chef-lieu. Sans doute par souci de stabilité, mais en tenant peut-être compte aussi du repli sur soi insulaire, le législateur préconise l’hérédité de ce statut. En outre, deux phénomènes fonciers de la première moitié du XVIe siècle sont mis en évidence : d’une part, les défrichements opérés par la population locale ; d’autre part, l’appropriation par la garnison et les janissaires locaux de terres de toutes natures, et la transformation par les mêmes d’emblavures en vergers et potagers, ainsi que la construction de moulins. Également révélateur est le changement ordonné en 1548 du mode de rétribution du corps des canonniers de l’île qui cessent d’être payés en argent pour recevoir des prébendes foncières (timâr).

10Enfin, parmi les dispositions directement liées à l’insularité, citons celles qui ont trait au pâturage de troupeaux venus d’îles voisines ou du continent ; à la fabrication de biscuit (peksimat) destiné à l’approvisionnement des bateaux de passage ; au débarquement des esclaves capturés dans des razzias maritimes ; ou encore, comme à Lemnos et dans d’autres îles (notamment Chypre), le service de garde côtière effectué par une partie de la population. Il existe deux versions du XVIIIe siècle du kânûnnâme de Mytilène apportant de profondes modifications au régime fiscal, animées par un souci de plus grande conformité à la cherî’a : nous les étudierons ultérieurement.

11Dans une autre partie du séminaire, une seconde enquête a été amorcée, avec le concours de M. Cazacu, chargé de recherche au CNRS (ESA, n° 8032) : il s’agit de présenter un corpus des récits de captifs dans l’Empire ottoman. Écrits dans diverses langues européennes, ces textes, plus ou moins bien connus et publiés, ont généralement retenu surtout l’attention des philologues, des spécialistes d’histoire littéraire, voire d’historiens « occidentalistes » : le but, en les reconsidérant dans le cadre du séminaire, est d’ajouter aux approches précédentes le regard des ottomanistes. L’exercice a débuté avec le récit des voyages de Johann Schiltberger (1381-post 1438) et la Kronika turecka (en tchèque) ou les Pamietniki Janczara (en polonais) de Constantin Mihailovic d’Ostrovica (ca 1435-post 1501). Il sera poursuivi l’année prochaine avec d’autres textes.

12Quatre séances du séminaire ont eu pour point de départ les exposés de Colin Imber, professeur à l’Université de Manchester et directeur d’études invité à l’EHESS, sur des thèmes majeurs de l’œuvre de cet éminent ottomaniste britannique : « Droit musulman et droit ottoman : quelle différence ? » ; « Comment analyser les sources de l’histoire ottomane du XIVe siècle ? La question de l’origine des janissaires » ; « L’Empire ottoman et la “Révolution militaire” » ; « Le Risaletü’l-lslâm, édité par Sinasi Tekin : preuve définitive de la théorie wittekienne des origines de l’Empire ottoman ? ».

13Quelques autres séances ont été consacrées, comme à l’accoutumée, à des exposés de travaux d’étudiants.

Publications

  • Dir., Les usages du Livre Saint dans l’islam et le christianisme, n° sp. de Revue de l’Histoire des Religions, 218, 1, jan.-mars 2001,146 p.
  • « La société ottomane au temps de la jeunesse de Coray », dans Hellénisme et hippocratisme dans l’Europe méditerranéenne : autour de D. Coray, Actes réunis par R. Andréani, H. Michel et É. Pélaquier, Montpellier, Université Paul-Valéry, 2000, p. 7-19.
  • « La fauconnerie dans l’Empire ottoman au milieu du XVIe siècle : une institution en péril », dans Hommes et terres d’Islam. Mélanges offerts à Xavier de Planhol, sous la dir. de D. Balland, Téhéran, Institut français de recherches en Iran, 2000, vol. 1, p. 343-359.
  • « Sur les nâ’ib ottomans », Jerusalem Studies in Arabic and Islam, livraison en hommage à David Ayalon, 25, 2001, p. 247-267.

Hamit Bozarslan, maître de conférences

Histoire et sociologie de la violence au Moyen-Orient

14En alternance avec l’étude du vocabulaire politique de la violence (cf. compte rendu de 1999-2000), mon séminaire de 2000-2001 a été consacré à l’étude de la violence politique en Turquie de 1975 à 1980. Deux textes, l’un de Şerif Mardin (« Youth and violence in Turkey », International social Science Journal, 1, 2, 1977, p. 229-254), l’autre de Semih Vaner (« Violence politique et terrorisme en Turquie », Esprit, oct-nov. 1984, p. 79-104) nous ont donné l’occasion de réfléchir au métier du chercheur invité à analyser la violence. Cette « relecture » a permis de travailler sur les instruments que Mardin et Vaner ont mis en œuvre, presque sur le vif, pour comprendre un phénomène d’une telle complexité. L’un et l’autre ont en effet été contraints d’élaborer un système d’explication « multi-varient » que James Rules appelait de ses vœux. Grâce à la rupture qu’ils ont opérée avec les explications causalistes et leur souci de dépasser une terminologie dont la portée heuristique reste sujette à discussion (« terrorisme », « fanatisme »...) les deux textes continuent, vint ans après leur parution, de suggérer d’importantes pistes de recherche pour comprendre la violence au Moyen-Orient.

15Le premier texte permet d’interpréter les ruptures sociologiques dans un cadre historique de longue durée. Mardin insiste, d’une part, sur la séparation entre le « centre » ottoman, entendu comme le Palais et l’élite dirigeante, et la périphérie, comprise comme groupes éloignés du pouvoir ; d’autre part, sur la notion de « contrat tacite » qui gère les rapports entre les deux. Ce type de contrat, qu’on observe également en Europe (cf. P. Blickle), codifiait l’usage de la coercition et de la violence - sans toutefois les exclure totalement. Il impliquait aussi un jeu de « dissimulation » qui uniformisait les formes d’obéissance. Les groupes périphériques étaient contraints de se « dissimuler » et d’adopter les formes d’apparence unanimistes. En revanche, certaines configurations historiques permettaient à tel ou tel segment de la périphérie de reconquérir sa « visibilité » en s’emparant, dans et par la violence, de l’espace. Dans sa première phase, la république, fondée en 1923, est parvenue à reproduire ce jeu de dissimulation. Celui-ci a néanmoins volé en éclats, dans les années 1960 et 1970, sous la poussée de l’urbanisation et de l’affaiblissement des mécanismes traditionnels de contrôle et de subordination. La dissimulation fait alors place à des projets de visibilité concurrents de divers groupes.

16Le deuxième élément, autant de continuité que de rupture, réside dans l’autoritarisme qui marque les relations sociales en Turquie, à commencer par le milieu familial. La violence de ces rapports pouvait par le passé être atténuée, voire codifiée par les mécanismes de régulation du monde rural et provincial. La république a reproduit cet autoritarisme à une plus grande échelle et lui a permis de s’institutionnaliser à travers l’école et la caserne. Mais elle a, en même temps, détruit les mécanismes de régulation qui autrefois, en atténuaient les conséquences.

17Semih Vaner, de son côté, privilégie les processus de rupture sociologique et souligne la multiplicité des motifs de la violence et la mobilité des éléments qui s’y engagent. Au-delà du bouleversement du paysage démographique dont il reconnaît l’importance, il insiste sur la multiplicité des configurations qui, concrètement, permettent le passage à la violence. En toile de fond, cependant, il remarque que dans les décennies 1960 et 1970, le « nationalisme exaspéré » et la sacralisation de l’État permettent la mise en place d’une doctrine contre-insurrectionnelle. Celle-ci légitime le passage de la droite radicale à la violence, et, en retour, radicalise la violence contestataire et désespérée de la gauche. Alors que la main-mise de l’une ou de l’autre sur les quartiers populaires aboutit au « zonage » de nombre de villes, la gauche radicale finit par reproduire les valeurs qu’elle rejette (à l’armée, elle oppose l’« armée du peuple », aux « tribunaux », les « tribunaux du peuple », à la « discipline aveugle » de l’ordre, la « discipline d’acier », à la « hiérarchie », l’« avant-garde du prolétariat », à la « violence contre-révolutionnaire », la « violence révolutionnaire »). Vaner observe enfin que, d’une extrême fragmentation, cette gauche ne pouvait créer les modalités de sa transformation en un mouvement social.

18Le séminaire a également profité de deux interventions de M. van Bruinessen, professeur à l’Université de Leiden, sur les tribus kurdes et la violence au Kurdistan.

19Conférences et interventions à Paris, Marseillais, Halle, Bamberg, Florence, Venise.

Publications

  • « Radicalismos, violencias e integração política na Turquía », Tempo social, 13, 1, 2001, p. 67-80.
  • « Le pouvoir irakien dix ans après la guerre », Esprit, 2, 2001, p. 10-22.
  • « La crise comme instrument politique en Turquie », Esprit, 1, 2001, p. 145-157.
  • « Candidature de la Turquie à l’Union européenne : enjeux politiques internes et l’immigration », Politique étrangère, 2, 2001, p. 371 -384.
  • « Quelques remarques sur le discours historiographique kurde en Turquie », dans Konstruktion nationaler Identität und der Umgang mit Geschichte, sous la dir. d’H.-L. Kieser, S. Naef et C. Windler, n° sp. de Asien, Afrika, Latinamerika Wissenschaftlische Zeitschrift, 29, 2001, p. 47-71.
  • « De l’antagonisme à l’intégration : le cas kurde en Turquie », dans La différence culturelle. Une reformulation des débats, sous la dir. de M. Wieviorka et J. Ohana, Paris, Balland, 2001, p. 345-354.
  • « Arastirmanin Mitoslari ya da Tarihsel ve Sosyal Bir Olgu Olarak Aleviligin Degerlendirilmesinin Zorunluluğu Üzerine », dans Aleviler. Alewiten, sous la dir. d’I. Engin et E. Franz, Hamburg, Deutsches Orient-Institut, 2000, p. 23-38.
  • « M. Ziya Gökalp », Modem Türkiye’de Slyasi Düşünce, Istanbul, lletişim, 1,2001, p. 314-319.
  • « Iki Dünya Savaşi Arasinda Kürd Entelijensiyasi Üzerine Birkaç Not », Bilim ve Siyaset, 3, 2001, p. 53-60.

Khosrow Shakeri, ingénieur de recherche

Histoire et historiographie du monde iranien

20Le séminaire fut consacré à l’étude critique, comparatiste et pluridisciplinaire de l’historiographie des deux révolutions iraniennes du XXe siècle (1905-1911 et 1978-1979) d’après les écrits des Anglo-Saxons, des Russo-Soviétiques, notamment E. G. Browne, M. S. Ivanov, L. V. Stroeva, ainsi que l’essai de l’écrivain « français » nommé « X », publié dans la revue Le Monde musulman. Outre les institutions socio-politiques, et économiques traditionnelles et la question de la mentalité pré-révolutionnaire des Iraniens, les conseils populaires et provinciaux créés pendant cette période, on a cherché à examiner les ruptures et continuités de longue durée pendant cette première révolution, les comparant avec celles de la révolution « islamique » de 1978-1979, tout en prenant en compte des récits des auteurs susnommés.

21Collaboration au projet International Committee for the Computeri-zation of the Komintern Archives du Conseil international des archives.

22Conférences : le 27 février 2001 à l’Université de Paris-III dans le cadre du séminaire « Analyse du film, analyse de société » : présentations filmique et analytique du documentaire inédit de 1920, « Le Premier Congrès des Peuples de l’Orient, Bakou » ; le 2 février 2001 à l’Université de Paris-III ; Institut des études iraniennes : « Premier coup d’État du shah, 1949 : “L’attentat contre le shah” » ; « Nationalisation du pétrole iranien : présentations filmique, documentaire et analytique », mercredi 9 mai 2001, avec la participation de Yann Richard (Sorbonne nouvelle), Mehdi Momken (ancien vice-ministre iranien), Babak Amirkhosrowi (ancien membre du Comité central du parti Toudeh) et Hamid Danechvar (artiste) ; conférence pour la Société culturelle iranienne à Munich, 12 mai 2001 : « Comment critiquer l’histoire de la gauche iranienne ? ».

23Consultant pour le film historique : 1700e anniversaire de l’Église arménienne, produit par « Two Cats Production Ltd. », NY, pour la chaîne américaine PBS, à diffuser en automne 2001.

Publications

  • « Contribution » à la publication en langue allemande du « Journal » de Georgi Dimitrov : Kommentare und Materialien zu Tagesbüchern, 1933-1943, B.H. Beyerlein et al., Berlin, Aufbau Verlag, 2001.
  • La Social-démocratie en Iran, éd. aug., Florence, Mazdak/Téhéran, Padzahr.
  • « Constitutional Révolution in Gilan », Encylopaedia Iranica, X, New York, Columbia University, 2001.
  • « The Jangali movement in Gilan », Encylopaedia Iranica, X, New York, Columbia University, 2001.
  • « The Soviet Socialist Republic of Iran, 1920-1921 », Encylopaedia Iranica, X, New York, 2001, Columbia University.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Veinstein, Hamit Bozarslan et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 357-363.

Référence électronique

Gilles Veinstein, Hamit Bozarslan et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15241

Haut de page

Auteurs

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Khosrow Shakeri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals