Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Atelier d’anthropologie scolastique

Alain Boureau et Charles de Miramon
p. 373-376

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études avec Charles de Miramon, chargé de recherche au CNRS et Sylvain Piron

L’institution du sacré

1L’Atelier d’anthropologie scolastique a poursuivi cette année son enquête sur la naissance d’une institution du sacré au Moyen Âge central et ses effets structurants sur la société médiévale. Deux séries d’études, divergentes quant à leurs objets (le sacré d’un côté, le social de l’autre) se sont finalement recoupées dans le constat de l’importance de la pensée du pacte et du contrat - tant dans la théologie sacramentelle que dans l’appréhension des rapports sociaux.

2Les choses sacrées (C. de Miramon avec A. Boureau). L’enquête sur l’institution du sacré, menée depuis 1997, s’est organisée selon un double mouvement qui, d’une part, descend des concepts généraux à travers lesquels l’institution ecclésiastique se définit pour en saisir la mise en œuvre pratique, et, de l’autre, remonte d’une étude de la casuistique concernant la simonie et les choses sacrées afin d’en reconstituer une théorie générale unificatrice et explicative.

3À la suite des travaux menés l’an passé, en collaboration avec Michel Lauwers, sur le cimetière et le bâtiment de l’église, nous nous sommes tournés vers des choses sacrées d’un nouveau type : les espèces sacramentelles (hostie, vin, huile, eau). Dans l’histoire de la théologie sacramentelle, le XIIe siècle est l’époque de l’hyperréalisme. On ne s’est jamais autant intéressé à l’état physique des espèces sacramentelles. Comment doit-on fabriquer une hostie ? Que faire d’un vin de messe tourné en vinaigre ? À défaut de vin, peut-on consacrer de la bière ?, etc. Sur ces questions, comme souvent, le droit canonique du XIIe siècle s’est montré particulièrement inventif. Explorant une abondante casuistique peu étudiée, nous avons étudié les gloses au De consecratione de Gratien rédigées par Huguccio et des canonistes bolonais contemporains que nous avons mis en regard de sources théologiques (Pierre le Chantre et son cercle).

4Nous avons d’abord montré comment le statut de l’hostie dans les récits de miracles eucharistiques évolue en parallèle avec les concepts théologiques. Nous avons ensuite concentré l’analyse sur le caracter : cette marque invisible que certains sacrements impriment dans l’âme n’en reste pas moins réelle et indélébile. Le caracter est un concept dont on peut dater la naissance avec précision. Absent de la patristique, il apparaît au XIIe siècle chez un théologien parisien très peu connu, Païen de Corbeil. S’il concerne principalement le baptême et l’ordre, certains théologiens l’ont étendu d’une manière plus hasardeuse aux autres sacrements. L’étude de ce concept dans la pensée d’Huguccio, nous a montré une doctrine fournie et intéressante tant par ses aspects théoriques que par ses implications pratiques, fortement articulée à la casuistique de l’objet sacré. Mais une fois entré dans le dogme, après le concile de Latran IV (1215), le concept de caracter est souvent remis en cause dans les écoles de théologie qui s’écartent d’une approche trop réaliste des sacrements. Cette critique a notamment été étudiée chez Guillaume d’Auvergne, pionnier d’une théologie du sacrement comme pacte, puis chez Olivi et John Baconthorpe.

5Usure et simonie (S. Piron avec C. de Miramon). Comme C. de Miramon l’a montré dans l’atelier il y a deux ans, c’est la question de la simonie qui fait émerger au XIIe siècle l’opposition structurante entre les choses « spirituelles » et « temporelles » (spiritualia et temporalia). Ce partage permet d’associer fortement les biens ecclésiastiques à la sphère du sacré proprement dit, en les coupant du circuit des échanges contractuels. L’insertion pratique de l’institution ecclésiale dans le monde social réclame pourtant de rendre compte d’une circulation effective entre ces sphères. Rétives par principe à la qualification de contrat (de vente ou d’échange), ces transactions ne peuvent être pensées que sous la forme d’échanges de « dons gratuits ».

6Dans cette perspective, une figure a particulièrement retenu notre attention, celle de la gratitude obligée à l’égard de son bienfaiteur. Elle est désignée en droit savant par une notion - antidora - dont Bartolomé Clavero a fait le titre et le sujet d’un ouvrage traduit en français comme La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne (1991, trad. 1996). Une séance a été consacrée à la discussion de ce livre. Outre son parti-pris de méthode discutable, et les lacunes de son information (tant en matière d’anthropologie sociale que de droit canon), le projet nous a semblé vicié par un contresens majeur. Bien loin de constituer un paradigme englobant du lien social (« tout est antidora », écrit-il) signifiant l’emprise radicale de la religion sur les esprits et les pratiques, l’antidora nous paraît davantage former, dans son application privilégiée aux questions de l’usure et de la simonie, le lieu d’une disjonction entre droit et morale, essentielle à la compréhension du devenir moderne. Nous avons cherché à retracer l’émergence de la notion dans les discussions des canonistes autour de 1200, et à rendre compte de la vogue qu’elle connaît dans les premières décennies du XIIIe siècle, aussi bien chez les théologiens que dans les actes de la pratique.

7Ce mot grec, transmis par le droit romain, exprime un principe de droit naturel (il faut remercier d’un bienfait reçu) dont la particularité est de ne pouvoir se convertir en contrat de droit civil dans certaines situations, sous peine de nouer un pacte simoniaque ou un contrat usuraire, en exigeant davantage que la somme prêtée. Dans ce dernier cas, à partir du canoniste bolonais Alanus Anglicus, la solution est trouvée en distinguant entre le moment du remboursement, stricte obligation contractuelle, et celui du remerciement qui vient s’y ajouter. Cette gratitude, à laquelle on ne peut contraindre autrui, mais à laquelle on doit s’attendre de sa part, permet ainsi de recomposer la réciprocité brisée par l’exigence du prêt gratuit. Mais elle ne le fait qu’au prix d’une triple dissociation entre l’acte charitable, l’obligation juridique et le devoir moral. En ce sens, on peut comprendre comment cette contrainte travaille puissamment à la métamorphose des figures de l’échange, où le don gratuit, adossé au contrat, s’avance contre la forme de l’échange obligé décrit par Mauss.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau et Charles de Miramon, « Atelier d’anthropologie scolastique », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 373-376.

Référence électronique

Alain Boureau et Charles de Miramon, « Atelier d’anthropologie scolastique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15247

Haut de page

Auteurs

Alain Boureau

Articles du même auteur

Charles de Miramon

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals