Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Démographie et anthropologie historiques de l’Italie médiévale

Christiane Klapisch-Zuber
p. 381-383

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Christiane Klapisch-Zuber, directrice d’études

Apprentissages, transmissions, filiations (Italie, XIVe-XVIe siècle)

1Le problème du nom, patronyme ou nom de famille, qui est porté par un individu et sous lequel il est connu, et, au-delà, la question de l’adoption sont revenus au premier plan de ce séminaire. Il s’agissait moins d’analyser les identités sociales qui se constituent avec le nom que les filiations reçues ou choisies qu’il transcrit. On a repris cette année ces questions à partir des situations particulières qui soumettent un garçon, apprenti, disciple ou élève, à celui qui se dit son maître, en explorant plus particulièrement les pratiques et les discours élaborés sur ces thèmes dans les milieux d’artistes. Nous nous sommes toujours appuyée sur les sources concernant la vie professionnelle dans les milieux de l’artisanat, et une intervention d’Ivan Pini (Université de Bologne) a éclairé les conditions de l’apprentissage dans les corporations bolonaises. Nous avons pour notre part privilégié les contrats d’apprentissage issus d’ateliers d’artistes. Mais ce sont surtout les vies et les rares autobiographies d’artistes rédigées entre XIVe et XVIe siècle qui ont permis de repérer l’éventail des pseudo-filiations et des liens quasi familiaux que l’acquisition des connaissances techniques ou théoriques dans la pratique d’un « art » pouvait engendrer à la Renaissance. Nous avons entrepris de mener, sous cet angle particulier, une lecture des Vies des artistes illustres de Giorgio Vasari non seulement en portant notre attention sur les situations évoquées, sur les positions de parenté décrites et les réseaux restitués par Vasari, ainsi que sur les mots pour les dire, mais en restant ouverte aux échos ménagés par Vasari d’une Vie à l’autre, aux reprises de motifs à distance de plusieurs générations qui apparentent à ses yeux des artistes éloignés ou dégagent des affinités qu’il exprime en termes de parenté. Ses spéculations sur les noms et patronymes à l’intérieur de ces « familles » ou lignées d’artistes apportent un éclairage complémentaire aux hypothèses et conclusions d’un Paul Barolsky. Dans ce domaine, la projection des usages de son temps opérée par Vasari sur les relations entre artistes deux siècles avant sa propre époque a été envisagée avec un soin particulier puisqu’elle permet de percevoir des décalages éclairant l’évolution des conceptions communes sur le lien filial ou parental. Par delà le cas particulier des artistes, ce sont en effet les notions de parenté, d’adoption et de filiation « spirituelle » qui sont remises en jeu, entre XIVe et XVIe siècle, par la vision historicisée de l’art chez Vasari. Au passage, on a noté, sans encore pousser très loin l’analyse, ce qui concernait non seulement la transmission des compétences, mais celle des statuts, des positions sociales, des styles de vie, reçus par tradition et héritage ou acquis individuellement par l’artiste. Le problème de l’accès aux biens et aux « honneurs », voire de leur transmission, est central chez l’artiste de cour qu’est Vasari ; il interfère constamment avec les filiations que l’auteur définit entre artistes et crée des couples d’opposition là où la filiation artificielle introduit une certaine égalité dans la dyade maître/élève. Nos observations sur l’élaboration des romans familiaux imaginés par Vasari dans ses biographies d’artistes, sur le vocabulaire et les procédés littéraires qu’il adopte pour les rendre crédibles ont été prolongées par une intervention d’Odile Redon (Université de Paris-VIII) et Allen Grieco (Villa I Tatti) sur l’écriture en italien au Moyen Âge.

2Des thèmes souvent abordés par le séminaire dans les années précédentes ont été repris par plusieurs intervenants : divers aspects, par exemple, de l’art épithalamique florentin si largement représenté par les coffres de mariage ont été éclairés par Delphine Lesbros et Karinne Simonneau ; j’ai moi-même présenté au colloque Femmes, art et dévotion organisé par J.-C. Schmitt (Colmar, mai 2001) une étude des nus féminins qui apparaissent sur ces coffres au XVe siècle. Une autre piste explorée antérieurement, celle des dispositions somptuaires et de leur contexte politique et idéologique, a été suivie à travers la discussion de la mode et de la « discipline des apparences », ou à travers celle des élaborations juridiques sur l’« honneur » du vêtement et des parures, qui ont été respectivement introduites par Giulia Calvi (Université de Sienne) et par Julius Kirshner (Université de Chicago), tous deux invités par l’École. Enfin, c’est sur l’identité féminine que nous ont de nouveau amenés à réfléchir Giulia Calvi, à propos de la maternité et de la tutelle dans la Toscane moderne, et Frédérique Verrier (Université de Paris-IV) qui a étudié la tradition depuis l’Antiquité du « vilain geste » attribué par Machiavel à Caterina Sforza, et qui a procédé à une lecture nouvelle du Merito delle Donne de la Vénitienne Moderata Fonte. C’est aussi à ces sujets qu’ont été consacrées les conférences que j’ai été invitée à donner aux Universités de Genève et de Bologne.

Publications

  • Éd. avec Louise Bruit Zaidmann, Gabrielle Houbre et Pauline Schmitt-Pantel, Le Corps des jeunes filles de l’Antiquité à nos jours, Paris, Perrin, 2001, 328 p.
  • « L’entrée au couvent à Florence (XVe siècle) », dans Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et société (IXe-XVe siècle). Mélanges en l’honneur de Paulette L’Hermitte-Leclercq, textes réunis par Patrick Henriet et Anne-Marie Legras, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 165-176.
  • « Les postiches de la séduction et la métaphore de la statue peinte », dans Séduction et sociétés. Approches historiques, sous la dir. de C. Dauphin et A. Farge, Paris, Seuil, 2001, p. 23-41.
  • « Une généalogie et ses choix. Réflexions autour d’un passage des “Libri della famiglia” », dans Leon Battista Alberti. (Actes du Congrès international de Paris, 10-15 avril 1995), sous la dir. de F. Furlan, Paris, Vrin, 2001, vol. 1, p. 143-150.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Klapisch-Zuber, « Démographie et anthropologie historiques de l’Italie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 381-383.

Référence électronique

Christiane Klapisch-Zuber, « Démographie et anthropologie historiques de l’Italie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15250

Haut de page

Auteur

Christiane Klapisch-Zuber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals