Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 439-440

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Anthropologie de la mort

1De fin août 2000 au début de janvier 2001, j’ai été invitée à participer aux activités du groupe de recherche dirigé par Komatsu Kasuhiko, directeur d’études au Nichibunken (International Research Institute for Japanese Studies) de Kyoto. Son projet a pour titre « La formation historique et l’évolution de la culture de l’horreur au Japon ». Dans ce cadre mes recherches concernaient les façons de visualiser les spectres et autres entités invisibles à la lumière des innovations scientifiques et techniques du début de l’ère Meiji jusqu’aux « vidéos maudits » de l’imaginaire nippon contemporain.

2Au cours de cette période j’ai pu également continuer mes recherches sur le terrain à Kyoto et à Osaka. À l’aide d’entretiens et de recueils de folklore local, j’ai examiné le lien entre les morts « anormales » (exécutés, victimes de guerre, etc.) et la naissance locale de contes de revenants (kaidan). En outre, les ressources de la bibliothèque du Nichibunken m’ont permis d’approfondir des recherches précédentes sur les représentations de la mort et les kaidan des époques d’Edo et de Meiji. À la fin de mon enquête, j’ai pu effectuer quelques entretiens dans une prison. J’ai retenu deux thèmes : l’éventuel échec de la ritualisation posthume par les familles des détenus et les attitudes des prisonniers vis-à-vis de leur propre mort, et les méthodes d’orientation psychologique proposées par l’administration carcérale.

3Outre le séminaire pluridisciplinaire du Centre de recherches sur le Japon, mes activités d’enseignement concernaient le dernier volet de mon séminaire sur l’anthropologie de la mort. Cette année nous avons examiné les formes, en mutation lente mais constante, de la « bonne » et de la « mauvaise » mort. L’appartenance à un groupe social particulier ou à une minorité ethnique, ainsi que l’introduction de nouvelles technologies médicales sont, comme l’on pouvait s’y attendre, les facteurs qui favorisent le plus souvent des inversions des représentations courantes. M. Jorgensen (Université de Canberra), invité de l’EHESS, a contribué au séminaire avec une réflexion sur le débat concernant la transplantation d’organes au Japon. J’ai également organisé une section et présenté une communication sur les pratiques scientifiques et les représentations populaires de la science au colloque de l’European Association for Japanese Studies (Lathi, Finlande, août 2000).

Publications

  • Avec M. Todeschini et M. Bentolila, Œnihon joseishi kenkyû bunken mokuroku (catalogue des documents pour l’étude de l’histoire des femmes japonaises), 4, compte rendu des documents en langues européennes, Joseishi sôgô kenkyûkai, University of Tokyo Press.
  • « Godzilla », Sciences et avenir, Hors série, juil. 2000, p. 42-47.
  • « Entretien : le témoignage d’une voyageuse », La Mobilité internationale, Le Bureau des élèves de Sciences Po, 2000, p. 49-51.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 439-440.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15277

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals