Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux

Jean-Claude Penrad
p. 441-443

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

1Le séminaire a permis de conduire une réflexion critique sur la pertinence de l’usage de l’image filmée dans l’étude des phénomènes religieux, d’abord sur nos terrains d’Afrique orientale et de l’océan Indien occidental, mais aussi plus largement. L’articulation en deux modules, l’un étant animé en coopération avec Michèle Fiéloux (CNRS) et Jacques Lombard (IRD), a favorisé la confrontation méthodologique et l’élargissement de l’audience.

Religion et société en Afrique orientale et dans l’océan Indien occidental

2La réflexion sur la collecte, l’analyse et la restitution des matériaux visuels a été conduite sur des documents récents. Certains, présentés par leurs auteurs, ont concerné la possession chez les Réunionnais d’origine malgache (Françoise Dumas-Champion, CNRS), l’approche des formes de la prière en milieu soufi d’Afrique orientale (Jean-Claude Penrad) et les représentations de l’invisible dans le contexte des cérémonies manjak (Guinée-Bissau) participant à la remise en ordre d’une société interpellée par la maladie, les conflits, le mal-être (Maria Teixeira, associée CNRS, Clermont-Ferrand). Nicolas Monteillet (associé CNRS, Clermont Ferrand) a quant à lui, découvert, dans les archives du Centre national du cinéma, un film réalisé en 1935, au Cameroun, par un administrateur colonial, sur le rituel du « Sso » autorisé pour les besoins du film, après plusieurs années d’interdiction à la demande des missionnaires. La confrontation des images, du commentaire à la fois généreux et condescendant, marqué par l’époque, avec des données anthropologiques éparpillées dans la littérature ou gardées par les traditions orales collectées par l’intervenant, a dominé le débat engagé sur la valeur de ce type de document pour le chercheur. Enfin, Barbara Morovich (doctorante, SHADYC, Marseille) nous a exposé ses travaux sur une église indépendante du Kénya, les Akorino, en illustrant son travail avec des photographies qui permettent de contextualiser les données, relatives à la religion, collectées lors de ses enquêtes de terrain.

L’image, le religieux et l’intime (avec Michèle Fiéloux, chargée de recherche au CNRS et Jacques Lombard, directeur de recherche à l’IRD)

3Les séances dédiées au travail de l’image du religieux, en mettant l’accent sur l’individu dans sa pratique intime, ont permis un échange d’expériences de chercheurs qui, tous, se sont engagés dans la recherche avec pour outil une caméra, dans une perspective d’écriture visuelle revendiquée.

4Ainsi, Nadine Wanono (CNRS) a abordé la question de l’intime dans le vécu religieux par le biais d’une analyse d’un film coréen consacré au deuil et par l’exposé du traitement des émotions dans ses propres réalisations au Mali, en pays dogon.

5Les cultes afro-américains, dans leur grande variété géographique et sociale, ont donné lieu à de nombreux récits cinématographiques. Ils ont été abordés dans le séminaire sous deux angles opposés, l’un est centré sur la personnalité d’un chef de culte aux États-Unis, l’autre révèle l’apprentissage de la possession, la relation développée par des enfants avec le monde des esprits, au Brésil. Le premier document, Seven lightings over California. Don Daniel, a palero in Los Angeles, a été présenté par ses auteurs, Gérard Pigeon (Université de Californie à Santa Barbara) et Erwan Dianteill (EHESS). Carmen Opipari et Sylvie Timbert ont réalisé le second document dont elles ont extrait des séquences qui font ressortir les jeux théâtraux des enfants de Sâo Paulo révélant l’intimité des liens construits entre des fillettes possédées et leur orisha. La représentation du candomblé qu’elles donnent à voir nous fait passer insensiblement du « faux » du jeu, de l’imitation, au « vrai » de la possession établi par la personnalisation du lien de l’esprit possesseur avec la possédée.

6En considérant les ressources de la vidéo-analyse des rituels, Andrâs Zempleni (CNRS, Université de Paris-X) nous a ramenés aux conditions de tournage des faits religieux, de collecte des documents visuels, à cette expérience du partage (enquêteur-enquêtes) conduite dans toute pratique de terrain et qui transparaît dans la « preuve » audiovisuelle restituée. Cette révélation par l’image d’une dimension sensible se double aussi de la reconnaissance des lectures multiples induites par la diversité des regards sensibles et critiques des spectateurs.

7Enfin, la pratique de l’observation filmée sous l’angle de l’identification de l’émotion a été analysée par les organisateurs de ce moment du séminaire. Michèle Fiéloux (CNRS) et Jacques Lombard (IRD) ont mis l’accent, à l’aide de séquences extraites de leurs films tournés à Madagascar, sur la place du fortuit, enregistré par la caméra, pour donner sens et sensibilité aux événements filmés. Les cheminements individuels, expériences personnelles et socialement contextualisées, prennent alors un relief particulier qui justifie leur prise en compte comme objets de recherche. Jean-Claude Penrad, quant à lui, a utilisé des images qu’il a tournées à Lisbonne, lors de la fête de Saint-Antoine, pour exposer les choix de tournage opérés pour faire ressortir les manifestations de l’intime qui accompagnent la pratique religieuse collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 441-443.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15278

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals