Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et historicité

Jean-Loup Amselle
p. 461-462

Texte intégral

Jean-Loup Amselle, directeur d’études

Art de l’anthropologie et anthropologie de l’art

1Dans le cadre de ce séminaire, on s’est employé à montrer en quoi l’art de l’anthropologie, c’est-à-dire la pratique des anthropologues, avait tout à gagner à s’inspirer de modus operandi utilisés par les artistes contemporains - notamment africains - et réciproquement que la pratique des artistes (plasticiens, performeurs, installateurs) pouvait s’enrichir de la confrontation avec la réflexion des anthropologues.

2Au cours de ce séminaire, c’est notamment autour de l’étude de l’art africain contemporain par les anthropologues que cette question a été abordée. Anne Doquet (IRD) a ainsi mis en évidence la fixité du style des masques dogons de Sangha, directement inspirés des livres de M. Griaule, par opposition à l’évolution des autres masques dogons. Martial Chazallon (Université de Paris-I) s’est attaché pour sa part à déconstruire l’idée d’une peinture identitaire ndebele (Afrique du Sud), en se livrant à une analyse généalogique très fine de cette pratique, ce qui lui a également permis de se démarquer d’une approche sémiotique. À l’instar de ces artistes - révélés, comme tant d’autres artistes africains, par l’exposition-phare « Les Magiciens de la Terre » (1989) -, le cas de Frédéric Bruly-Bouabré étudié par Cédric Vincent (EHESS) est emblématique de la transformation de prophètes scripturaires en artistes sous l’impulsion de commissaires d’exposition et de galéristes européens. Le théâtre yoruba du Nigeria, qui a fait l’objet d’une enquête poussée par Bernard Muller (EHESS), témoigne également en faveur de la thématique de l’invention de la tradition - encore que cette notion doive être nuancée, les acteurs sociaux contemporains, qu’ils soient africains ou européens, ne faisant souvent que catalyser ou réfléchir des pratiques disséminées.

3C’est dans la même perspective que se situe Eloi Ficquet (EHESS) lorsqu’il étudie la mise en jazz de l’Afrique, montrant ainsi que les citations qui sont censées signifier ce continent dans cette musique n’ont en fait souvent rien à voir avec celui-ci et qu’elles proviennent en général de tout autres traditions. L’analyse du sound system, variante du reggae, telle qu’elle est menée par Karima Younsi (EHESS) montre également que cette musique fonctionne comme un signifiant global ou planétaire, signifiant qui fait l’objet en France d’appropriations particularistes non seulement de la part de la jeunesse issue de l’immigration afro-antillaise mais également de ceux qui ne se réclament d’aucune origine spécifique.

4Enfin Bogumil Jewsiewicki (Université Laval) s’est attaché à mettre au jour les caractéristiques millénaristes de la peinture zaïroise. Celle-ci met en jeu une véritable narrativité, elle est porteuse d’un récit qui permet de s’approprier et d’exorciser la modernité. La peinture, qui ne va pas sans le salon petit-bourgeois et son corollaire, la vie privée, marque l’accession de l’Afrique centrale à la mondialisation.

Publications

  • Vers un multiculturalisme français. L’empire de la coutume, Paris, Flammarion (« Champs »), nouvelle édition revue et augmentée, 2001 (1er éd.).
  • Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion, 2001 (trad. ital., Connessioni. Antropologia dell’universalità delle culture, Turin, Bollati Boringhieri, 2001).
  • Préface à M. Fusaschi, Hutu-Tutsi. Alle radici del genocidio rwandese, Turin, Bollati Boringhieri, 2000, p. 7-9.
  • « L’anthropologie au deuxième degré. À propos de “La mission Griaule à Kangaba (Mali)” de Walter E.A. van Beek et Jan Jansen », Cahiers d’Études africaines, 160, XL-4, 2000, p. 649-674.
  • « La globalisation. “Grand partage” ou mauvais cadrage ? », L’Homme, 154, 2000, p. 207-226.
  • « Anthropologie de l’identité ethnique et culturelle : un itinéraire intellectuel », Cahiers de l’Orient, 61, 2001, p. 13-32.
  • « E possibile essere musulmani senza essere arabi ? A proposito dello N’ko Malinké dell’Africa Occidentale », dans Islam e città nell’Africa a Sud del Sahara, sous la dir. d’A. Piga, Naples, Liguori, 2001, p. 205-217.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 461-462.

Référence électronique

Jean-Loup Amselle, « Anthropologie et historicité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15291

Haut de page

Auteur

Jean-Loup Amselle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals