Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien

Francis Zimmermann
p. 489-491

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

Kerala. Une saga

1J’ai présenté pour la première fois dans ce séminaire une enquête ethnographique que je poursuis depuis quelques années dans les rizières de Thakazhi, au Kuttanad (Kerala), pour servir de contexte à la transposition en français d’un roman malayalam. Coir, la saga de Thakazhi (1978), se situe dans les rizières en polder gagnées sur les backwaters à la fin du siècle dernier et retrace l’histoire politique et sociale, religieuse et sentimentale des Nayar, le démembrement de leurs grandes maisons et l’émancipation de leurs serfs jusqu’aux réformes agraires communistes. Recueillant la mémoire polyphonique du Kerala sédimentée dans ce roman-fleuve de Thakazhi Sivasankara Pillai (1912-1999), je m’efforce de restituer ce monde vécu dans sa complexité à l’aide des différentes techniques dont disposent les ethnologues comme la cartographie, la généalogie (le logiciel Kinship editor de l’Université du Kent) ou la philologie - autrement dit, le repérage et le commentaire de ses références hindoues explicites (le Mahâbhârata, par exemple) ou implicites (les règles du mariage nayar) - sans négliger la mise en forme littéraire des mille et un petits faits vrais dont ce monde est tissu.

2Cette enquête ethnographique et littéraire en pays malayalam croisait une réflexion critique sur les changements radicaux intervenus dans les rapports qu’un indianiste européen entretient avec l’Inde depuis les années 1970. J’ai donc présenté - par des lectures choisies dans la littérature spécialisée sur des questions « classiques » telles que la filiation matrilinéaire, les tenures foncières et la communauté de village, en alternance avec des séminaires plus ethnographiques -deux courants intellectuels et politiques, lancés puis animés l’un et l’autre par des chercheurs indiens, qui ont façonné notre connaissance de l’Inde au cours des vingt dernières années : les subaltern studies et les postcolonial studies.

3Les Subaltern studies constituent au sens strict une série de dix volumes collectifs publiée par Oxford University Press (Delhi) à partir de 1982. Les six premiers (1982-1989) ont eu pour maître d’œuvre l’historien bengali Ranajit Guha (né en 1923), fondateur, inspirateur et animateur d’un collectif né dans les années 1970. Il était essentiel pour moi - je vais dire pourquoi plus loin - de situer dans son contexte historique le plus précis possible l’émergence de cette école de pensée, et l’on ne peut mieux faire que de citer Guha lui-même. Les premiers subalternistes étaient doctorants dans différentes universités en Inde dans les années 1970 : « That decade - or, to be more precise, the years between the Naxalbari uprising [insurrection paysanne déclenchée par les maoïstes à Naxalbari, Bengale occidental, en 1967] and the end of Emergency [l’état d’urgence en vigueur du 26 juin 1976 au 21 mars 1977] - has often been described as a period of disillusionment and Subaltern Studies as one of its outcomes », écrit-il dans R. Guha, ed., A subaltern studies reader 1986-1995 (Delhi, OUR 1998, p. XI).

4Ce renversement du regard que les chercheurs en sciences sociales portent sur les choses de l’Inde depuis les années 1970, en effet, est le produit de véritables bouleversements historiques. Et cela est peut-être encore plus évident au Kerala que dans d’autres régions de l’Inde. Car au moment où la vague de terrorisme naxalite touche le Kerala en 1971, la réforme agraire - engagée dès 1957 par le premier gouvernement communiste mais soumise pendant trente ans à toutes les vicissitudes qu’on peut imaginer - vient d’entrer en vigueur. En 1976 enfin le Joint Hindu family system (abolition) act vient compléter sur le plan du droit de la famille cette révolution agraire : l’existence de grands domaines fonciers fondée sur la parenté matrilinéaire, qui était l’essence même de la société et de la culture malayalies, est désormais impensable. La décomposition du système social subsumé, en anthropologie sociale, dans la rubrique des « mariages nayar » (hindouisme hégémonique, féodalité et servage, matrilinéarité, etc.) s’est accomplie, par étapes sur près d’un siècle ; la législation des années 1970 met le point final à ce processus de décomposition.

5Ces bouleversements historiques imposent aux indianistes européens une méthode radicalement différente du comparatisme classique, et, glissant de la comparaison au dialogue, nous nous sommes tourné vers les écrivains - les cinéastes aussi (Adoor Gopalakrishnan) - qui ont été des acteurs passionnément engagés de leur histoire contemporaine. Nombre d’entre eux, influencés (dès les années 1930) par la lecture des romanciers naturalistes européens, ont « écrit » cette histoire. D’où le travail entrepris sur les mille pages de Coir. Comment, d’ailleurs, faut-il comprendre le titre du chef-d’œuvre de Thakazhi ? Le coir (kayar) est la fibre de noix de coco ; mais kayar, en malayalam, désigne aussi un « nœud coulant », et c’est assurément l’idée que l’auteur avait en tête pour qualifier cette histoire qui commence en 1885 dans les grands domaines rizicoles du Kuttanad et s’achève en 1971 au moment où la réforme agraire signe leur abolition.

Publication

  • « L’inhumanité de la bioéthique dans l’espace public français », Anthropologie et Sociétés, 24, 2, 2000, p. 57-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 489-491.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et histoire des sciences dans le monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15303

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals