Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Ethnologie de la France contemporaine

Françoise Zonabend et Jean Jamin
p. 512-516

Texte intégral

Françoise Zonabend, directeur d’études

Silences et bruits dans la mémoire familiale

1Selon les cultures et les époques, il est des faits, des événements généalogiques ou familiaux que certains individus ou groupes sociaux dénient, taisent ou oublient, alors que d’autres, au contraire, ailleurs, les revendiquent, les signalent, les ébruitent... Ainsi en va-t-il, par exemple, des morts d’enfants, de l’illégitimité, de l’absence de filiation ou de l’existence d’enfants naturels et de bien d’autres traits de rupture domestiques, économiques ou sociaux qui, chez les uns, imposent le démantèlement des mémoires familiales et, chez les autres, ressoudent les généalogies et rallient entre elles les parentèles.

2Ce sont ces procédures de rupture ou de liaison que nous avons tenté d’appréhender lors de ce séminaire, prolongeant ainsi la réflexion qui est la nôtre depuis plusieurs années sur la construction, la fabrication de la mémoire familiale dans sa dimension collective. Partout et toujours, la mémoire est invoquée pour étayer ou renforcer l’unité du groupe parental. Elle est chargée d’en rappeler les origines, elle en donne aussi une coloration sociale. Mais la mémoire tait autant qu’elle revendique, se souvient autant qu’elle oublie. Aussi est-on en droit de se poser des questions lorsque, dans une lignée, surviennent des événements qui en perturbent le cours normal. Quel est alors le contenu mémoriel et le devenir généalogique de la constellation parentale et des individus qui la composent ?

3Pour éclairer ces propos, nous avons évoqué, avec Daniel Terrolle, le sort des personnes sans domicile fixe qui ont rompu tout lien avec leur milieu familial et leurs plus proches parents. L’enquête ethnographique met en évidence les escamotages mémoriels dont font preuve ces gens-là. Leur marginalisation en chaîne entraîne un véritable processus d’anonymisation. Ils ne portent plus leur véritable nom, n’ont pas d’existence sociale pour autant qu’ils n’apparaissent dans aucune statistique officielle. Ils sont escamotés jusque dans la mort : leur tombe ne porte aucune inscription. L’escamotage mémoriel devient une défense personnelle et collective permettant à tout un chacun d’oublier soi-même et les autres.

4Fernanda Ribeiro Bittencourt, qui poursuit une recherche auprès de familles monoparentales placées par les services sociaux à l’île d’Yeu, analyse les difficultés qu’éprouvent ces pères ou ces mères à s’inscrire dans un groupe parental élargi propre à les soutenir pratiquement ou symboliquement. Éloignées dans cette île, oubliées par leur parents, ces familles apparaissent comme instables, sans cesse en recomposition.

5Marie-Amélie Salabelle sur un terrain lointain, les îles Aléoutiennes, remarque combien, là aussi, la précarité économique engendre une désorganisation sociale qui s’inscrit dans des généalogies « brouillées », car constamment remises en cause par la rumeur publique qui dément les filiations officiellement données.

6L’Irlande, société restée longtemps sous l’emprise de la religion catholique, connaît aussi ces mêmes ruptures ou cassures généalogiques. Caroline Legrand s’est entretenue avec des mères célibataires qui ont dû abandonner leur enfant qui a ensuite été adopté. Actuellement, avec l’assouplissement de la pression religieuse, ces femmes cherchent à retrouver leurs enfants et ces derniers tentent de savoir qui est leur mère. Mais comment reconstituer des filiations quand les indices mémoriels font défaut ?

7En d’autres lieux et à d’autres époques, parmi d’autres groupes sociaux, les oublis ou les dénis de la mémoire généalogique sont tout aussi significatifs d’une histoire singulière ou d’un groupe particulier. Ainsi en est-il des familles aristocratiques étudiées par Éric Mension-Rigau dont les généalogies sont ponctuées de silences comme autant de marques d’une rupture dans la lignée.

8C’est la rupture d’avec une famille symbolique que Roselyne Roth-Haillotte a tenté d’approcher auprès d’hommes et de femmes ayant quitté le milieu apostolique. La rupture est toujours violente, car réprouvée et inacceptée par la congrégation. Dès lors, se retrouver en possession d’une « mémoire dehors », dans la vie laïque, ne peut se faire que par le dédoublement d’une généalogie déchirée.

9D’autres traumatismes marquent la mémoire des communautés en migration. Ainsi en est-il parmi ces jeunes Portugais, étudiés par Irène Dos Santos, qui ne savent quelle mémoire s’approprier : celle de leurs parents, qui n’est guère héroïque, ou celle qu’ils acquièrent dans leur pays d’adoption ? On ne s’étonnera pas si les porte-parole de ces jeunes sont souvent des groupes de musiciens qui « folklorisent » leur origine et se veulent les hérauts d’une mémoire trop longtemps silencieuse.

10Enfin, Marie Cegarra dévoila, au travers des récits d’Irène Nemirovsky, l’inscription prémonitoire chez la romancière les conséquences d’un destin tragique qu’elle avait, dans la pratique, voulu occulter.

Jean Jamin, maître de conférences

Épistémologie et histoire de l’anthropologie : ethnographie et littérature (suite)

11Anthropologie et littérature (suite). L’objectif de ce séminaire, pro- posé l’an passé, était de s’interroger sur les rapports maintes fois soulignés mais rarement explicités entre littérature et ethnologie. On s’est efforcé non seulement d’en retracer l’histoire mais d’en étudier les modalités, prégnances et enjeux épistémologiques au travers d’œuvres choisies en fonction de la part qui est faite - celle-ci étant parfois affirmée et revendiquée - à la narrativité (pour celles relevant de l’expérience ethnographique : journaux d’enquête ou de terrain), ou à la réalité historique, voire à la structure sociale (pour celles relevant de la fiction romanesque). Cette approche a permis de repenser si ce n’est dépasser la dualité récit/modèle en anthropologie. C’est ainsi que, s’inscrivant dans cette dernière catégorie - celle de la fiction - les romans de William Faulkner ont été de nouveau questionnés non seulement dans leur contenu mais dans leur forme même, en analysant, notamment, la mise en intrigue des relations de parenté et d’alliance, des figures gémellaires, des interdits et transgressions de l’inceste, de l’imposition du nom, au sein d’une société esclavagiste qui, bien que « fictive » par sa restitution littéraire, présente nombre de traits communs avec ce que Claude Lévi-Strauss avait identifié sous l’expression de « société à maisons » - l’œuvre faulknérienne venant en quelque sorte enrichir le concept anthropologique de ce type de formation sociale.

12Jazz et anthropologie. S’appuyant sur ce type de démarche - qui consiste à révéler le négatif de l’œuvre, à en extraire la trame - et sur de précédents travaux ayant pour objet l’étude des rapports entre anthropologie, littérature et art au début du XXe siècle, nous nous sommes interrogé, dans la seconde partie du séminaire, sur le rôle qu’a pu jouer la découverte de la musique de jazz dans la constitution de l’anthropologie en France, dans la « vocation » de certains de ses chercheurs pendant les années 1920 et 1930, et dans la problématisation de leurs terrains ethnographiques, avançant l’hypothèse que le jazz a été utilisé par eux comme un outil métaphorique pour étudier les arts qui ne sont pas lui (ceux qu’on a appelés « nègres » puis « primitifs ») et pour penser l’introduction du corps dans la muséographie ethnologique. Cette réflexion a en partie nourri le numéro spécial de L’Homme (n° 158-159) qu’avec Patrick Williams (CNRS) nous avons mis en chantier en janvier 2001. Elle a trouvé un prolongement dans l’« Université du Jazz » que, pendant six soirées, Patrick Williams et moi avons organisée à Paris, dans le cadre du Festival de jazz de La Villette et où ont été abordés les thèmes suivants : « Légendes et histoires du jazz » (29 juin 2001), « Le jazz et l’Afrique » (30 juin), « Le jazz et la ville » (1er juillet), « Le musicien de jazz » (6 juillet), « L’universalité du jazz » (7 juillet), « Pour une anthropologie du jazz » (8 juillet).

13Recherches en cours. Quelques séances du séminaire ont été consacrées à la présentation et à la discussion de travaux d’étudiants - travaux pour la plupart centrés sur l’histoire et l’épistémologie de l’anthropologie : Didier Saillier (EHESS) a fait état de l’avancement de ses recherches sur les groupes et revues d’avant-garde en France dans les années 1920, où l’ethnologie naissante avait une certaine importance ; Thomas Beaufils (EHESS) a présenté le résultat de ses recherches sur l’histoire de l’anthropologie hollandaise et sur son apport non négligeable dans la formulation des théories structuralistes de l’échange matrimonial ; Gateano Ciarcia (EHESS et Université de Naples) s’est interrogé sur les « utopies ethnologiques », telle celle des Dogon du Mali ; Régis Meyran (EHESS) a retracé l’histoire de l’École d’anthropologie de Paris et de ses rapports, dès 1940, avec le « projet culturel » du gouvernement de Vichy ; Julien Bosc (EHESS), de retour du Burkina Faso où il poursuit des recherches de terrain sur l’esthétique des Lobi, s’est intéressé aux réseaux marchands des arts dits primitifs, particulièrement africains et en l’occurrence lobi, et qui, depuis le projet du musée du quai Branly, se sont développés et diversifiés.

Publications

  • « Au-delà du Vieux Carré. Idées du jazz en France », L’Homme, 158-159, 2001, p. 285-300.
  • Avec Patrick Williams, « Jazzanthropologie », présentation de Jazz et anthropologie, n° sp. de L’Homme, 158-159, 2001, p. 7-28.
  • Avec Patrick Williams, « Glossaire et Index des musiciens de jazz », L’Homme, 158-159, 2001, p. 301-338.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Zonabend et Jean Jamin, « Ethnologie de la France contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 512-516.

Référence électronique

Françoise Zonabend et Jean Jamin, « Ethnologie de la France contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15311

Haut de page

Auteurs

Françoise Zonabend

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals