Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Hominisation et comportements

Frédéric Joulian
p. 524-526

Texte intégral

Frédéric Joulian, maître de conférences

Des anthropomorphies et de l’anthropomorphisme méthodologique

1Le séminaire de cette année a examiné différents rapports (comportementaux et symboliques) que les hommes établissent avec les animaux et en particulier avec les primates. Il a poursuivi les séminaires des années précédentes qui portaient sur l’évolution des conceptions de l’hominisation et sur l’utilisation des modèles éthologiques d’explication des comportements des hommes préhistoriques. Il a abordé dans les deux axes, synchronique et diachronique, les façons dont on se représente et étudie les primates et les hommes préhistoriques et les modes par lesquels on compare, catégorise et analyse les ressemblances et différences entre les hommes et les singes.

2Le point focal des analyses développées cette année est celui de l’anthropomorphie, considérée sous l’angle des représentations populaires mais aussi dans ses implications modernes telles qu’on les voit interrogées à ce jour en primatologie ou en psychologie animale. En effet, la compréhension de l’évolution de certains phénomènes - techniques, culturels, symboliques, ... - nécessite aujourd’hui d’être étendue à un espace plus large que celui des seuls humains modernes. Cet élargissement « spécifique » soulève néanmoins un ensemble de questions quant aux distinctions que nous avons l’habitude de forger pour penser la distance aux animaux et l’originalité de l’Homme. Les relations anthropomorphiques - dans les projections imaginaires comme dans les relations concrètes que nous entretenons avec les animaux -constituent une entrée particulièrement féconde pour rendre compte de la communauté et de la différence de traits que nous partageons avec eux. Pour ce faire, nous nous démarquons de l’usage qui est fait de l’anthropomorphisme en philosophie ou en science « objective » et qui met l’accent sur la dimension idéologique (« réifier les animaux et les maltraiter » vs. « les décrire comme des humains et les sur-interpréter ») et développe un anthropomorphisme que je qualifie de méthodologique. C’est par une réflexion sur nos voies d’accès (méthodologique dans le sens de Jamart ou critique dans le sens de Dewitte) que nous pouvons explorer les différentes formes d’objectivation (principalement scientifiques mais pas seulement) envisageables pour décrire hommes et animaux en conciliant perspectives naturaliste et anthropologique.

3Ce séminaire fut cette année l’occasion de réunir les travaux de l’équipe « Hommes et primates en perspective » que je dirige et de les présenter aux étudiants. Jean-Luc Jamart (directeur de recherche au CNRS) a replacé la question de l’anthropomorphisme par rapport à celle de l’anthropocentrisme dans le champ de l’anthropologie alors que Véronique Servais, chercheur au Fonds national de la recherche scientifique en Belgique, a restitué l’évolution de la question dans l’histoire de l’éthologie. Suzanne de Cheveigné, sociologue au CNRS, a présenté les premiers résultats de son analyse d’un corpus de revues de vulgarisation scientifique sur les représentations de nos relations aux primates et aux premiers hommes alors que Joëlle Le Maree, maître de conférences à l’ENS, exposait les différents dispositifs muséographiques en jeu dans l’exposition d’animaux vivants (en zoo) ou empaillés (en musée). Cécile Gribomont (doctorante à l’EHESS) déplaçait quant à elle la question de l’anthropomorphisme dans un autre espace culturel (celui des Indiens de la côte nord-ouest des États-Unis) et sur d’autres animaux, réels ou imaginaires, corbeaux, ours, trickster. Nicolas Govoroff, anthropologue au Laboratoire d’anthropologie sociale exposa les résultats des observations menées sur les interactions entre primates et personnels de parcs zoologiques - la Vallée des Singes dans la région de Poitiers en particulier - où l’équipe travaille depuis une année dans des perspectives éthologique et anthropologique. Se sont ajoutées à ce séminaire trois conférences données par l’éthologue William McGrew, spécialiste du comportement des chimpanzés et professeur invité de l’EHESS, 1) sur la question de l’anthropomorphisme et de la description ethnographique des primates en milieu naturel ; 2) sur les techniques non humaines outillées et non outillées ; et 3) sur la question de la latéralité chez les primates abordée d’un point de vue comportemental.

4Communications et colloques : 2001, organisateur de la table ronde internationale « Culture and meanings among apes, ancient humans and modem humans », fondation Hugot du Collège de France et fondation Jean-Marie Delwart, à Paris, 21, 22 et 23 juin 2001 et communication sur « Culture and meanings at Hominoïd clade » ; 12 juin 2001, Éléments pour approcher une cognition préhumaine, séminaire « Anthropologie et cognition », chaire d’anthropologie de la nature, P. Descola ; 28 mai 2001, De l’abus de culture en primatologie, journée de la revue Enquête (org. J.-L. Fabiani, J.-C. Passeron), EHESS, SHADYC, Marseille ; 11 mai 2001, journée d’enseignement sur « Habiletés techniques chez les primates et hominidés anciens », DEA « Anthropologie biologique », Bordeaux (dir. B. Vandermeersch) (avec J. Pelegrin) ; 9 mai 2001, « Primates et préhumains au risque de l’anthropologie », séminaire du Laboratoire d’anthropologie sociale ; 3 mars 2001, « Préhistoire et anthropologie de la communication », journée « Communication animale », ENS Lyon (dir. Yves Winkin) ; 14 novembre 2000, « La nature est-elle culturelle ? », DEA « Environnement et archéologie », Université de Paris-I (resp. F. Poplin, S. van der Leeuw).

Publications

  • Commentaire de l’article d’Alain Gallay, « Le repas des premiers hominidés », La Recherche, 342, 2001, p. 96.
  • « Techniques du corps et traditions chimpanzières », Les animaux pensent-ils ? Terrain, 34, 2000, p. 37-54.
  • « Origine de l’homme. Termites et chimpanzés », La Recherche, 347, 2001, p. 22-23.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Joulian, « Hominisation et comportements », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 524-526.

Référence électronique

Frédéric Joulian, « Hominisation et comportements », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15316

Haut de page

Auteur

Frédéric Joulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals