Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus et François Bonvin
p. 542-545

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études

Ordre des corps et ordre politique : identités sexuelles, identités sociales, stéréotypes

1Le séminaire a été consacré cette année à approfondir la notion d’« inconscient social » comme produit de l’histoire. Dans les processus sociaux de construction de l’identité féminine, on peut mettre au jour l’extraordinaire survie de stéréotypes « sans âge ». On l’observe aisément dans le domaine éducatif, médical, familial et dans les spécificités du travail féminin. Nous avons privilégié ces terrains à partir de recherches en cours de doctorants et de doctorantes.

2L’approfondissement de la notion d’« inconscient social » nous a amenée à travailler sur les rapports entre sociologie et histoire et à reprendre des débats et des travaux qui définissent - et se saisissent de - une sociologie historique. À partir d’une recension commentée des recherches empiriques de sociologie historique publiées depuis vingt-cinq ans dans les Acres de la Recherche en Sciences sociales et des débats entre historiens et sociologues qui questionnent l’opposition entre sociologie et histoire (voir le numéro des Acres consacré à l’Histoire sociale des sciences sociales en mars 1995), nous avons tenté d’approfondir les trois points suivants : la relation entre l’histoire de longue durée et l’histoire événementielle, entre « champ » et « habitus », entre histoire « objectivée » et histoire « incorporée » (sur ce point nous nous sommes référée à nos travaux portant sur la notion de « vocation » dans le travail social et l’enseignement primaire, et sur l’héritage et les incarnations de la culture catholique féminine) ; la sociologie historique comme condition du comparatisme, le travail en profondeur sur un cas particulier permettant de construire ce cas comme un « cas particulier du possible » selon la formulation de Gaston Bachelard (nous avons repris les analyses de Pierre Bourdieu, dans Homo academicus, sur les conditions de comparabilité des rapports entre champ universitaire et champ du pouvoir et notre recherche sur la construction politique du féminin sous le régime de Vichy) ; la sociologie historique comme moyen d’analyse des conditions sociales de production des catégories sociales de perception et de représentation du monde social permettant de lutter contre l’amnésie de la genèse, d’objectiver l’impensé social, de reconstruire la relation entre classement savant et classement social.

3J’ai présenté une communication sur ce thème dans le cadre des rencontres franco-hongroises de chercheurs organisées par Jozsef O. Kovacs et Victor Karady, dans le cadre du programme Balaton, au Collegium Budapest en novembre 2000 dont le thème était « Histoire, sociologie, sciences sociales (l’école de Bourdieu) ».

4Ces axes de réflexion ont été repris à l’occasion de la présentation et de la discussion des recherches en cours de plusieurs étudiants et chercheurs. Tania Angeloff a exposé la recherche qu’elle vient de publier (Le temps partiel : un marché de dupes ?, Syros, 2000) qui porte notamment sur la banalisation inquiétante de la notion de temps partiel et, corrélativement, sur l’imposition définitive d’un statut d’emploi féminin préfigurant, au nom de légitimations d’un autre âge aux accents vichystes certains, un marché du travail à deux vitesses. L’inconscient collectif est ici à nouveau mobilisé - et se mobilise - pour légitimer le processus global de précarisation de l’emploi auquel nous assistons et dont le maître mot est flexibilité.

5Valeria Ribeiro mène une enquête sur les représentations de la reproduction et les procédures de classification raciale dans un hôpital public de la banlieue de Rio de Janeiro. Lors de la déclaration obligatoire dite de « né vivant », le lendemain de la naissance, un fonctionnaire est chargé de noter de nombreuses informations sur la mère (avortements, état civil, « race ») et de déterminer la « race » de l’enfant (blanc, noir, jaune, « pardo » c’est-à-dire brun, indigène). Cette opération, qui est l’occasion de mobiliser l’héritage des classifications raciales, constitue un moment de négociations et d’affrontements sur cet « arbre génétique », comme disent ces fonctionnaires, construit uniquement par rapport à leur perception de la mère. Peu de femmes arrivent à contester cette démarche car elles vivent le service public comme une faveur et non comme un droit.

6Doctorante de l’Université de Berne, Caroline Arni achève une recherche d’anthropologie historique sur les rapports de couple au tournant du siècle, basée sur l’étude des archives de divorce des années 1912-1916. Analysant les différentes cultures de la relation conjugale selon les groupes sociaux, la naissance et la transformation de la « famille moderne », elle s’appuie sur la tradition historique allemande d’une Alltagsgeschichte (histoire du quotidien) et d’une historische Kulturwissenschaft (science historique de la culture) dont il avait été débattu dans le numéro des Actes, Histoire sociale des sciences sociales.

7Deux séances ont été consacrées à la sociologie de l’éducation et à la persistance des stéréotypes concernant l’éducation des filles à travers trois enquêtes : Catherine Chauvin étudie la féminisation du recrutement de l’École nationale de la magistrature depuis les années 1970, le « choix » des filières professionnelles « féminines » et l’inégalité des performances selon les sexes en fonction des épreuves, notamment le grand oral du concours ; Corinne Konrad a fait un état des lieux des travaux sur l’éducation des filles qui s’attachent à recenser et analyser les mécanismes d’auto-évaluations négatives et les processus d’auto-éliminations ; Brice Billet, qui mène une recherche sur l’ethnographie de la vie résidentielle sur le campus d’une grande école d’ingénieurs, a étudié les pratiques transgressives qui sont constitutives d’une culture virile et s’inscrivent aujourd’hui dans le processus éducatif de cette école d’élite.

8J’ai eu l’occasion d’intervenir par ailleurs sur la recherche en sociologie de l’éducation : dans le cadre de la « Semaine Brésil 2000. Échanges scientifiques et coopération franco-brésilienne » où j’ai animé en octobre une session avec Afrânio Garcia et Jean Hébrard « Alphabétisation, politiques et agents » ; et dans le cadre d’une journée de conférences-débats organisée par Laurence Proteau, Françoise Ropé et Claude Thiaudière à l’Université d’Amiens en mai 2001, « Regards sur la condition ouvrière hier et aujourd’hui », sur le thème du rôle de la scolarisation dans les changements marquant les rapports entre générations, autour du livre de Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière (Fayard, 2000) et du film Week-end à Sochaux à la réalisation duquel j’avais participé en 1970.

Publication

  • « Le genre : une catégorie légitime de la sociologie politique », dans Gender. Die Tücken einer Kategorie, sous la dir. de C. Honegger et C. Arni, Zürich, Chronos, 2001, p. 79-92.

François Bonvin, maître de conférences
et Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études

Objets et méthodes en sociologie : séminaire de discussion de travaux

9Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2000-2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus et François Bonvin, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 542-545.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus et François Bonvin, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15324

Haut de page

Auteurs

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

François Bonvin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals