Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint Martin
p. 550-552

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des élites et des pouvoirs

1Le séminaire a poursuivi l’étude des processus de constitution de nouvelles élites ou de nouveaux groupes dirigeants, économiques et politiques en particulier, ainsi que la réflexion sur les processus de désagrégation et de déclassement ou de déclin des anciennes élites.

2À partir d’une relecture des ouvrages de Max Weber, Werner Sombart, Karl Polanyi, Albert O. Hirschman, on s’est interrogé sur les conditions d’apparition de l’« esprit du capitalisme » et d’un esprit d’entreprise ainsi que de nouveaux entrepreneurs capitalistes et d’hommes d’affaires. Sans se laisser prendre aux mythes de l’émergence ou de l’invention de nouvelles élites, on a tenté, en s’appuyant sur des recherches récentes, d’apprécier les changements parfois très importants survenus depuis les années 1930 dans la composition et la formation des élites économiques ainsi que dans la direction et la gestion des entreprises. De fait, plutôt que l’irruption de « cadres », de « managers » ou de « nouveaux entrepreneurs », on a observé le plus souvent une montée progressive de groupes qui ne se sont pas créés eux-mêmes et ne sont pas sortis du néant mais qui n’en ont pas moins fait un travail social et politique important pour faire exister le groupe. Les propriétaires n’ont pas tous été remplacés par les managers et les technocrates ; les dynasties familiales d’entrepreneurs n’ont pas toutes disparu et on assiste plutôt à une diversification et une fragmentation des élites économiques et des dirigeants industriels et financiers en même temps qu’à une interpénétration croissante des secteurs privé et public. La restructuration des élites économiques autour de nouveaux principes de légitimation plus techniques n’a pas exclu l’utilisation des anciens atouts, en particulier du capital social et des relations dont on a cherché à préciser le sens et l’importance.

3Dans le cas des élites politiques, on a étudié le processus de constitution de nouveaux partis et dirigeants politiques dans des contextes très différents et on s’est interrogé sur les effets des transformations des règles du jeu politique ou de nouvelles dynamiques, sur les jeux et les relations de pouvoir.

4Les recherches sur les transformations et les restructurations des élites économiques et politiques ne peuvent ignorer les échecs de ceux qui opèrent des reconversions, ou de ceux qui créent des entreprises ou des partis politiques, les déclassements et les déclassés, ceux qui sont souvent partagés entre plusieurs univers ou plusieurs mondes. Les laissés pour compte des réseaux de pouvoir officiels ou officieux, les échecs en apprennent au moins autant sur le fonctionnement de ces réseaux que les réussites. En ce qui concerne cette étude des processus de déclassement ou de déclin, on s’est appuyé dans le séminaire sur l’analyse des descendants de la noblesse dans la société française contemporaine. Ce déclassement d’une fraction assez importante des aristocrates est, à la fin du XXe siècle, difficile à appréhender. Il est dilué, éclaté, et les professions exercées par les aristocrates déclassés sont très variées ; en outre, ceux qui vivent le déclassement éludent les questions s’ils sont interrogés sur leurs activités ou leurs ressources. Différentes contraintes : désagrégation de l’espace de la noblesse, diminution du patrimoine et des revenus, faillite économique, non-diversification des ressources détenues ou échec des tentatives de diversification et de reconversion, tensions sur le marché de l’emploi, accidents et ruptures biographiques, indifférence complète par rapport aux études, vieillissement, situation de quasi-enfermement, conjuguent parfois leurs effets et entraînent d’autant plus souvent le déclassement que les aristocrates concernés sont souvent engagés dans des processus conflictuels. Ce sont aussi les différentes réactions face au déclassement et les voies du déclin qui ont été étudiées.

5Le séminaire a bénéficié de la contribution de plusieurs professeurs, chercheurs invités à l’EHESS et doctorants qui ont présenté leurs recherches : sur la question de la présence ou de l’absence d’élites au Sénégal (Boubacar Niane), sur la constitution ou les restructurations des élites politiques (Marcela Ferrari, David Le Bras, Daniella Naves Rocha), sur la participation des hauts fonctionnaires à la construction de l’Union européenne (Michel Mangenot) et des entrepreneurs à la construction du Mercosud (Kassia Caldeira), sur les élites universitaires et les sciences sociales (Miguel Casillas, Helgio Trindade), et sur les femmes dans le champ littéraire (Delphine Naudier).

Publication

  • « Vers une sociologie des aristocrates déclassés », Cahiers d’Histoire, 45, 4, 2000, p. 785-802.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 550-552.

Référence électronique

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15329

Haut de page

Auteur

Monique de Saint Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals