Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sens de l’injustice et sens de la réalité sociale

Alain Cottereau
p. 554-555

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Cottereau, directeur d’études

Approches sociologique et historique

1Le séminaire met en relations, dans les domaines de la sociologie et de l’histoire contemporaine, deux traditions de réflexion qui ne s’étaient guère rencontrées : d’une part, la réflexion sur l’espace public, d’autre part, la réflexion sur le « problème de la réalité sociale ».

2Aujourd’hui, après trois décennies de débats, l’espace public n’est plus seulement un concept normatif de philosophie politique, il est devenu source et objet d’interrogations sur les liens sociaux, à la fois concept normatif et concept descriptif. Plus précisément, dans la perspective du séminaire, l’attention est portée sur les façons dont les acteurs sociaux s’assignent eux-mêmes des tests effectifs, des « épreuves de publicité », pour honorer des exigences de recevabilité, pour confirmer ou mettre en jeu la possibilité de vivre ensemble, aux yeux d’une société. Parmi ces tests, le sens du juste et de l’injuste occupe une place de choix, et s’exprime d’abord par des refus d’injustice.

3De son côté, la tradition de réflexion que représente la sociologie phénoménologique de Schùtz peut être ré-interrogée par l’entrée suivante : comment la réalité sociale est-elle imaginée, éprouvée et testée ? Comment les contemporains répondent-ils à la question : dans quel monde vivons-nous ? Se rejoignent alors la question d’un espace public comme lieu d’épreuves de publicité et la question de la réalité sociale comme interrogation sur la possibilité de vivre ensemble. Chaque société organise des manières de poser ces questions et de leur assigner des tests, que ce soit par voie institutionnelle ou par voie de mouvements sociaux. Les modalités pratiques de leurs connexions deviennent des caractéristiques d’organisation de la vie sociale.

4Au milieu de ces vastes questions, explorées sur plusieurs années, le séminaire a alterné des études de cas précis et des analyses théoriques. Un premier cycle de séances a étudié des « crises de la réalité sociale » et des modalités de leur sortie. Certains exemples furent empruntés à la Révolution française, en reprenant, avec des recherches de première main, la question des peurs, de l’intimidation et des possibilités d’agir à l’initiative des citoyens. D’autres exemples ont porté sur des situations de crise contemporaines, très semblables, lorsque se sont effondrés les repères politiques entre concitoyens, et que règne le soupçon sans limite.

5Un second cycle a porté sur la façon de gérer des normes de vie sociale constitutives de milieux, sous un angle particulier : comment certaines normes sont fondatrices de la possibilité de vivre ensemble, et comment sont signifiés en collectivité l’acceptable et l’inacceptable ? Les exemples étaient pris dans la vie normative des métiers. Dans ce domaine, un exposé d’Antoinette Chauvenet, chercheur au CEMS, a porté sur la vie sociale en prison, en France, comme contre-exemple, lieu d’une hostilité indépassable, révélateur de conditions d’impossibilité de vivre ensemble.

6Un troisième cycle a entamé un programme à développer durant les années à venir, intitulé : « la mondialisation du sens de l’injustice ». Il s’agit de confronter localement des significations de la justice héritées de traditions locales et des significations en circulation mondiale. Au point de départ ont été reprises des analyses de Geertz sur « fait et droit en perspective comparée ». Dans cette ligne d’exploration ont eu lieu deux séances particulièrement marquantes. L’une, animée par Isabelle Thireau, chercheur au Centre de recherches sur la Chine moderne et contemporaine, a porté sur le sens le l’équité en Chine contemporaine, à partir de ses études de terrain : comment sont mobilisés et arrangés des principes de justice au sein des nouvelles entreprises industrielles. La seconde, animée par Smaïn Laacher, chercheur au CEMS, a porté sur son expérience en qualité de juge représentant le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés auprès de la Commission de recours pour les réfugiés, expérience où les juges sont confrontés, cas par cas, à des critères de justice venus du monde entier. Une table ronde, en fin d’année, entre doctorants a comparé des situations de violence politique dans différents pays, et défini des variétés de cas de figure, par-delà les singularités nationales, en prenant pour critères les degrés d’enfermement dans l’action stratégique, ainsi que les degrés d’effondrement des distanciations normatives - suivant une perspective d’analyse ouverte par Daniel Pécaut.

Publications

  • « Dénis de justice, dénis de réalité. Remarques sur la réalité sociale et sa dénégation », dans L’expérience du déni, sous la dir. de P. Gruson et R. Dulong, Paris, Éd. de la MSH, 1999.
  • « Industrial tribunals and the establishment of a kind of common law of labour in nineteenth-century France », dans Private law and social inequality in the industrial age. Comparing legal cultures in Britain, France, Germany and the United States, sous la dir. de W. Steinmetz, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 203-226.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Cottereau, « Sens de l’injustice et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 554-555.

Référence électronique

Alain Cottereau, « Sens de l’injustice et sens de la réalité sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15331

Haut de page

Auteur

Alain Cottereau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals