Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Folie et lien social

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière
p. 556-558

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, maîtres de conférences

Les issues politiques du traumatisme : le deuxième Don Quichotte

1Le séminaire 1998-1999 avait exploré la folie de Don Quichotte comme une série de reviviscences traumatiques, permettant l’inscription des guerres et de la captivité de l’auteur. La finesse clinique des différents épisodes permettait de tracer le paradigme de la fin du guerrier, témoin délirant de liens sociaux périmés, emportés par les catastrophes. Le traumatisme y est analysé en décrivant la trahison des siens. Le succès immédiat et la diffusion du livre dans l’Europe entière mettent l’œuvre à la merci d’un faussaire, qui écrit une suite, détournant cette image publique à son profit. L’analyse de l’instrumentalisation et la transformation de récits d’aventures en idéologie constituera le combat du second livre de Cervantes.

2Dans le Prologue, il se décrit toujours comme un vieux soldat, il a soixante-cinq ans. Mais cette fois-ci, il reprend du service contre les gens de l’arrière qui profitent, et réécrivent l’histoire à leur façon. Le second Don Quichotte fait varier les différents contextes de réception du récit. Cervantes met en route son héros quadripode - le corps à plusieurs constitué par le héros, Sancho, Dulcinée, et Rossinante plus le grison, pour explorer les conditions de production de la liberté.

3Ils sont accueillis avec bienveillance, on attend d’eux qu’ils jouent leur propre rôle, et les citations sont détournées des situations décrites par le premier livre pour être rejouées dans un autre contexte. Cet écart entre la première inscription d’un traumatisme et son usage dans la représentation culmine dans le lieu du pouvoir politique du château du duc et de la duchesse, qui s’emploient avec beaucoup de dépense à manipuler les héros à leur insu comme des marionnettes, pour la plus grande gloire de leur propre image.

4Un autre type de folie est alors à l’œuvre : moins celle qui naît des cataclysmes des guerres que celle qui sort des mains d’un autre pervers, sans foi ni loi, objectivant autrui pour servir à l’expansion de sa domination. Le second Don Quichotte, ou le héros et son écuyer tombés aux mains du tyran de La Boétie. Leur « servitude volontaire » durera un bon quart du livre, le temps de mettre en scène tous les pièges de l’images, et surtout la voie d’échappement.

5L’entrée dans l’univers de la perversion permet d’approcher un monde sans affects, très proche des cas étudiés expérimentalement par la neurologie, notamment Antonio Damasio (L’erreur de Descartes. La raison des émotions ; Le sentiment même de soi) et Oliver Sachs. Ces cas sont expliqués, à partir de l’imagerie cérébrale ou de l’histoire chirurgicale des patients, par des lésions constatables dans diverses régions du cerveau. Or, en l’absence de toute lésion organique, la même incapacité à éprouver quoi que ce soit conduit à poser la notion d’une lésion à l’altérité. Tel est le cas énigmatique de nombreuses pathologies traumatiques rencontrées à la suite des divers conflits du siècle par la psychiatrie de guerre.

6Le livre récent de l’historien anglais Ben Shephard, War of nerves (Havard University Press) suit ainsi le parcours des traumas de guerre de 1914 à 1994, dans un mouvement qui oscille entre quelques psychiatres et psychanalystes militaires Don Quichotte, qui fondent les traitements sur l’histoire singulière, transmise dans l’interrelation, et d’autre part une neuropsychiatrie objectivante centrée sur les traitements électriques, chirurgicaux et chimiques. Le débat semble se situer entre les exigences d’une médecine du collectif, qui use de statistiques ad hoc pour se légitimer, et la précision d’analyses singulières portant sur la micro-histoire des individus, dans la complexité des divers liens sociaux mis au jour par les catastrophes. Le même historien rejoint les constatations que nous avons pu faire de l’oubli total de ces micro-dispositifs dès que la guerre est finie, avec la gestion managériale de la psychiatrie en temps de paix.

7Pendant la présentation des recherches de ce séminaire, nous avons pu compter sur la participation de psychiatres et d’analystes finnois, ayant l’expérience de centres de réfugiés : Johannes Myyrä (Université de Oulu) et Kristina Sanavera (Université Abo, Turku) ont présenté un travail sur les mécanismes sociaux de la psychologie des bourreaux, en compagnie d’un groupe de chercheurs et de thérapeutes d’Abo Akademi.

8Le séminaire s’est conclu les 29 et 30 juin par un colloque international, intitulé « Casus belli », réunissant chercheurs et cliniciens du Brésil, de Grèce, de Finlande, du Mexique, de Norvège, du Québec, de Suisse, de Suède et des États-Unis.

9Nous avons participé à divers séminaires organisés autour de nos travaux à l’hôpital psychiatrique d’Aix-en-Provence, à la Fondation du Nant, à Vevey (Suisse), au Centre Antonin-Artaud (Reims), à la clinique de l’Austen Riggs Center à Stockbridge (Massachussets), dans divers hôpitaux psychiatriques de Belo Horizonte (Brésil), et à l’institut IORT de Washington.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 556-558.

Référence électronique

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15334

Haut de page

Auteurs

Françoise Davoine

Articles du même auteur

Jean-Max Gaudillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals