Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des interventions sur le social

Robert Castel
p. 558-560

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Robert Castel, directeur d’études

Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi

1Le séminaire 2000-2001 a tenté de synthétiser un ensemble de réflexions entreprises depuis quelques années pour dégager les relations qui existent entre le statut de l’individu et le statut donné au travail et suivre les transformations de ces rapports sur la longue durée à partir du XVIIIe siècle. On peut en effet dater de cette époque l’émergence de la prise de conscience d’une séparation de la propriété et du travail qui va constituer le noyau de la question sociale moderne. Selon la tradition de « l’individualisme possessif » inaugurée par les premiers libéraux, l’individu s’impose dans son rapport aux choses, il s’approprie la nature par son travail. La propriété est ainsi le socle qui garantit l’indépendance de l’individu et l’assure contre les principaux risques sociaux. Il peut accéder à la propriété de soi parce qu’il dispose d’un patrimoine lui garantissant les conditions nécessaires pour se conduire par lui-même, ne plus être l’« homme » de quelqu’un comme le disait le droit féodal.

2Ce fondement de la possibilité d’être un individu par la possession de la propriété ouvre cependant une question fondamentale : quel peut être le statut social des non-propriétaires, et au premier chef de tous ceux qui n’ont que leur travail pour vivre ou pour survivre, et qui travaillent non pour eux-mêmes mais pour autrui ? C’est la question du salariat. Mais parce qu’ils n’ont rien, les « purs » travailleurs ne sont rien socialement parlant. C’est le constat que sont amenés à faire au début de la modernité même les esprits les plus éclairés. Ainsi Voltaire assimile le bas peuple à la « canaille » et l’abbé Sieyès qualifie d’« instruments bipèdes » tous ceux qui « ne possèdent que des mains peu gagnantes » et qui vont devenir les prolétaires des débuts de l’industrialisation.

3Le séminaire s’est efforcé de dégager les conséquences sociales de cette aporie originaire de la pensée libérale qui proclame la dignité et la souveraineté de l’individu (cf. la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen) tout en déniant la possibilité d’être positivement des individus à la « classe non propriétaire ». Il a aussi suivi à travers l’histoire sociale des rapports de travail la manière dont cette aporie a pu être surmontée. Non par la collectivisation ou la généralisation de la propriété privée, options préconisées en particulier par différentes versions du socialisme et par le marxisme, mais qui ne se sont pas imposées, en Europe occidentale du moins. Par contre à partir de la fin du XIXe siècle commence à se développer une forme inédite de propriété, la « propriété sociale ». La propriété sociale est un ensemble de protections et de droits d’abord attachés au travail et qui procure un équivalent de la propriété privée en ce sens qu’elle assure à ces travailleurs le minimum de ressources et de sécurité nécessaires pour échapper à la déchéance sociale et commencer à pouvoir exister pour eux-mêmes. La propriété sociale a ainsi assuré la réhabilitation des non-propriétaires. Elle a généralisé la possibilité d’accéder au statut positif d’individu pour tous ceux qui peuvent tirer de leur emploi les conditions de leur indépendance. Dans la « société salariale » qui s’épanouit en Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale, le salarié protégé peut jouir de toutes les prérogatives de la citoyenneté sociale au même titre ou presque que les possesseurs d’un patrimoine.

4Cette grille d’analyse peut aussi permettre de comprendre la dégradation du statut d’un profil d’individu contemporain lié à la transformation des conditions d’emploi depuis la « crise » des années 1970. Parce qu’ils perdent les garanties et les droits collectifs qui avaient été attachés à la condition salariale, de nombreux individus risquent de se retrouver « individus par défaut », c’est-à-dire privés des supports minima nécessaires pour assurer leur indépendance. Il se serait ainsi produit comme une bifurcation dans la trajectoire de l’individu moderne. D’abord fondée sur la propriété privée, puis généralisée à la majorité des membres de la société salariale grâce à l’expansion de la propriété sociale, la capacité d’être des individus à part entière échappe désormais à ceux qui décrochent des droits et des protections de l’emploi. Leur situation évoque ainsi celle des individus qui vivaient dans la précarité, « au jour la journée », avant que ne s’imposent les régulations et les protections de la société salariale.

5On s’est ainsi efforcé de montrer que les processus d’individualisation qui traversent la société contemporaine ont des effets profondément ambigus. Comme le soulignent d’une manière unilatérale les chantres de l’ultra-libéralisme, ils peuvent libérer certains individus d’encastrements collectifs qui faisaient obstacle à leurs capacités d’entreprendre. Mais ils invalident en même temps ceux qui ne disposent plus des supports qui leur seraient nécessaires pour affronter les nouvelles règles du jeu économique et social marquées par des exigences accrues de mobilité et de compétitivité. Dans la dernière partie du séminaire, en particulier à travers la discussion de travaux d’étudiants, on a analysé quelques situations de transformations actuelles des relations de travail et des statuts de l’emploi qui peuvent s’éclairer à partir de cette ambiguïté.

Publications

  • Avec Claudine Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Paris, Fayard, 2001, 216 p.
  • « Critique du droit du travail », dans Lire les sciences sociales, sous la dir. de G. Mauger et L. Pinto, Paris, Hermès Sciences, vol. 3, 2000, p. 53-64.
  • « La propriété sociale », dans Qu’est-ce que la société ?, sous la dir. d’Y. Michaud, Paris, Odile Jacob (« Université de tous les savoirs » 3), 2000, p. 401-412.
  • « Le jeunes ont-ils un rapport spécifique au travail en France ? », dans Les jeunes et l’emploi, sous la dir. de L. Roulleau-Berger et M. Gauthier, L’Aube, La Tour d’Aigues, 2001, p. 284-299.
  • « Droit du travail : redéploiement ou refondation », Droit social, 5, 1999, p. 438-442.
  • « The roads to disaffiliation : insecure work and vulnerable relationships », International Journal of urban and regional Research, 24, 3, 2000, p. 519-535.
  • « Symposium sur les métamorphoses de la question sociale », Sociologie du Travail, 43, 2001, p. 235-263.
  • « Presente y genealogía del presente », Archipiélago, 47, 2001, p. 67-74.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Castel, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 558-560.

Référence électronique

Robert Castel, « Sociologie des interventions sur le social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15335

Haut de page

Auteur

Robert Castel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals