Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

L’islam en France

Farhad Khosrokhavar
p. 564-566

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

L’islam des jeunes

1À partir de la fin des années 1990 on assiste à la concomitance de deux phénomènes étroitement liés : d’une part, l’épuisement de l’islamisme radical et, de l’autre, une tolérance graduelle et lente de la société française à l’égard de l’islam. À la première moitié des années 1990 marquée par la peur de l’islam s’est succédée une seconde période où cette religion s’est vue progressivement accorder le droit de cité, non sans quelques difficultés institutionnelles. De plus en plus, la question s’est focalisée sur la pratique du culte, la disponibilité des espaces (mosquées, centres culturels, etc.), et du personnel spécialisé (l’éducation d’imams en France).

2Au niveau social, c’est l’émergence de nouvelles classes moyennes françaises d’origine immigrée qui réclament leur allégeance à l’islam.

3Deux types de religiosité se démarquent de celle de la première génération des immigrants : d’une part, celle des jeunes exclus ou précaires, de l’autre, celle des jeunes étudiants qui s’inscrivent dans l’évolution globale des classes moyennes françaises. L’analyse de ces deux types de religiosité, la comparaison de leur contenu anthropologique et sociologique ont été le centre de la préoccupation du séminaire tout au long de l’année.

4Dans les classes moyennes, on assiste à une diversification qui s’exprime selon deux axes. D’un côté, une religiosité néo-communautaire autour d’associations surtout estudiantines, qui réclame une identité franco-musulmane et la reconnaissance plus ou moins officielle d’une « communauté musulmane » en France tout en acceptant la nécessité d’un dialogue et d’une conformité avec la laïcité. Cette tendance cumule des formes de modernité française (le français comme langue de l’islam, la respect de la loi pour ce qui est des relations hommes/femmes, enfants/adultes, mariage, etc.) avec des revendications allant dans le sens d’un modèle anglo-saxon de communauté. D’un autre côté, un islam individuel qui demande au religieux un principe d’individuation « spirituelle », un mécanisme de prise en charge de soi dans son identité profonde par rapport aux rôles sociaux.

5Ces nouvelles religiosités remettent en cause, à chaque fois de manière spécifique, le clivage entre l’espace public et l’espace privé, tels qu’ils étaient séparés depuis les Lumières. En cela, elles rejoignent les autres tendances « particularistes » au sein de la société où les anciennes dichotomies entre les sphères publiques et privées sont de plus en plus remises en question au nom d’un individualisme plus ou moins militant.

6En cela, ces religiosités rejoignent les autres tendances au sein de la société française, avec une particularité propre à l’islam. Les héritages coloniaux, les malentendus liés à la décolonisation (notamment dans le cas algérien), les vieilles peurs de l’islam et d’autres modes de conduite passionnelle continuent à jouer un rôle dans les questions adressées à cette religion avec, toutefois, une tendance à la « contemporanéisation » des problèmes. Sur un arrière-plan où les anciens malentendus continuent à infléchir les prises de position, intervient une mentalité nouvelle qui privilégie les problèmes du présent et minore les anciennes susceptibilités afin de trouver une solution aux vrais problèmes que soulève l’islam dans une société d’origine chrétienne et fortement laïque.

Publications

  • Avec Olivier Roy, Iran : Bir Devrimin Tükenisi, Metis Yasadigmiz Dünya, 2000 (trad. turque L’Iran : comment sortir d’une révolution religieuse, Paris, Seuil, 1999).
  • Avec Alain Touraine, La recherche de soi. Dialogues sur le sujet, Paris, Fayard, 2000, 316 p.
  • « Michel Henry ou l’intériorité radicale », dans Michel Henry, L’épreuve de la vie, sous la dir. d’A. David et J. Greish, Paris, Cerf, 2000, p. 57-77.
  • « La violence et ses avatars dans les quartiers sensibles », Déviance et Société, 24, 4, 2000, p. 425-440.
  • L’instance du sacré. Essai de fondation des sciences sociales, Paris, Cerf, 2001, 320 p.
  • « La fin des monoculturalismes », dans La différence culturelle, sous la dir. de M. Wieviorka, Paris, Balland, 2001, p. 17-30.
  • « Les nouvelles religiosités islamiques en France », dans Saints, sainteté et martyre, sous la dir. de P. Centlivres, Paris, Éd. de la MSH, 2001, p. 135-149.
  • « La gouvernance et la place du politique. Gouvernance, État et société civile », dans La démocratie à l’épreuve de la gouvernance, sous la dir. de L. Cardinal et C. Andrew, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2001, p. 117-128.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, « L’islam en France », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 564-566.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, « L’islam en France », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15338

Haut de page

Auteur

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals