Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la défense et études stratégiques

Alain Joxe, Alberto Santos, Jean-Paul Hébert, André Brigot et Maurice Ronai
p. 572-577

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Alain Joxe, directeur d’études

1La question centrale posée au cours du séminaire est la suivante : existe-t-il des différences ou des divergences importantes, identifiables et précises, entre les critères stratégiques de sécurité mis en œuvre par les États-Unis et par l’Europe dans les zones de conflits limités ? Quelles sont les racines de ces divergences : politiques, économiques stratégiques culturelles ? Les cours et les exposés de recherches ont traité trois sujets principaux au cours de l’année : le processus de paix dans les Balkans et le pacte de sécurité dans le sud-est de l’Europe ; le processus de paix au Moyen-Orient ; la fin du processus d’Oslo avec la nouvelle Intifada ; le processus de paix en Colombie.

2Les Balkans sont considérés comme une zone stratégique pour des raisons proprement géostratégiques (élargissement de l’Europe, élargissement de l’OTAN, processus de paix inachevé après trois guerres meurtrières) ; c’est une zone stratégique également du point de vue culturel et politique (danger des guerres identitaires ou d’apparence religieuses, non seulement pour la paix mais pour la démocratie ; transition démocratique spécifique, non seulement sur la base de la culture balkanique ancienne mais sur la base de la culture communiste de l’État qui a marqué le demi-siècle). La Bosnie est en panne économique parce que les partis nationalistes demeurent majoritaires dans les trois zones, et réciproquement. Même si le parti non ethnique gagne du terrain chez les « musulmans », seule une relance économique peut modifier le champ des représentations identitaires. Mais si on n’a pas de stratégie économique autre que « le marché », les apports peuvent aussi bien renforcer les maffias nationalistes. Il y faut donc une conception de la reconstruction qui fasse sa place aux « programmes de financements » plutôt qu’aux « conférences de donataires ». L’analyse du PSSEE nous a permis à cet égard d’affiner certains critères de différence qui se sont exprimés, entre le point de vue de l’Europe et le point de vue américain, sur la gestion du PSSEE.

3Le Moyen-Orient est théoriquement le siège d’un processus de paix depuis Oslo. Freiné sous Netanyahou, qui vient au pouvoir avec le Likoud après l’assassinat de Rabin, il n’est nullement accéléré sous Barak. On a examiné tout d’abord l’évolution du contexte international régional, l’importance croissante de l’Égypte et de la Turquie, l’échec de l’accord avec la Syrie et le Liban. En réexaminant la période écoulée, on note que la poursuite des colonisations (+ 50 % sous Barak), qui sont à la fois le symbole d’une violation des résolutions de l’ONU et de l’apartheid qui constitue les Palestiniens en émigrés dans leur propre pays, est un des éléments spatiaux qui font douter de l’intention réelle d’Israël de parvenir à une paix honorable et à la création d’un État palestinien viable. L’autre élément est temporel : c’est le fait qu’aucun des engagements souscrits soit par Netanyahou soit par Barak n’a été purement et simplement respecté. Ils sont retardés et renégociés, de telle sorte que tous les délais sont toujours dépassés. Ni le temps, ni l’espace ne sont donc considérés comme des éléments stables de la négociation. Une explication viendrait de la crise profonde que traverse le système politique et social israélien qui cherche alors à refonder l’unité par l’affrontement externe. Une autre explication viendrait du rapport de force israélo-palestinien, mais la médiation américaine -pure qui devrait servir à le compenser, non à le renforcer - aboutit à chaque instant au soutien des États-Unis à l’impunité d’Israël par rapport au droit international. Il y a là l’amorce d’une divergence stratégique entre l’Union européenne et les États-Unis qui met en danger la conception européenne de la sécurité euro-méditerranéenne. D’où notre conclusion que seules la fin du monopole américain de la médiation et l’intromission des puissances régionales et de l’Europe permettraient d’aboutir à un pacte.

4La Colombie enfin : la controverse euro-américaine sur le « Plan Colombia » de lutte contre la narco-agriculture, sa militarisation sous pression américaine et le risque d’internationalisation transfrontalière souhaitée par les États-Unis avec ou sans l’appui de milices paramilitaires barbares s’oppose à la conception européenne d’un arrachage de la coca ou du pavot associé à une reconversion vers des cultures commercialisables et une solution négociée du processus de paix avec les groupes guérilleros.

Alberto Santos, ingénieur de recherche

5Enseignement suspendu durant l’année universitaire 2000-2001.

Jean-Paul Hébert, ingénieur de recherche
avec André Brigot, professeur certifié

Fonctions de sécurité et européanisation

6Le séminaire 2000-2001 a croisé l’étude de l’européanisation politique et de l’européanisation industrielle de l’armement.

7L’étude des projets d’Europe a porté plus particulièrement sur la période 1848-1939. Les textes de Victor Hugo sur les États-Unis d’Europe et leur écho dans les débats politiques des nations européennes ont fait l’objet d’une étude approfondie. Elle s’est appuyée en France sur les textes d’Herriot, de Caillaux et de Briand entre 1920 et 1939. La liaison avec le professeur Kolborn de l’Université de Dresde a permis de développer le point de vue allemand sur ces thèmes. Enfin, ces analyses ont été confrontées en permanence aux évolutions institutionnelles de l’Union en matière de sécurité.

8Ces points de vue ont été confrontés au suivi du mouvement de restructuration et de concentration des industries européennes d’armement, des programmes en coopération et des relations entre systèmes américain et européens de production d’armement. On a problématisé les traits principaux de ces évolutions en montrant comment la stratégie des firmes et de l’administration américaine à l’endroit des firmes européennes peut être périodisée en phases identifiables : tentation du monopole dans les années 1994-1995, puis multiplication des accords ad hoc en 1996-1997 devenant un objectif de liens renforcés en 1998-1999 jusqu’à la nouvelle donne que constituent les naissances en 1999 de BAe Systems, EADS, et de Thaïes. On a mis en évidence la place qu’allaient prendre, dans cette confrontation nouvelle, les moyens de concurrence oblique dans la pratique américaine, ainsi que la stratégie de contournement à l’œuvre dans le secteur de l’armement terrestre. Ce suivi a également permis de mettre très tôt en lumière les conditions nouvelles dans lesquelles vont se construire les rapports État/firmes, compte tenu de la transnationalisation des sociétés, de leur diversification et de leur concentration. Il a également abouti à souligner la complexité de l’attitude britannique qui, malgré ses liens traditionnels avec les États-Unis et son tropisme anglos-axon, a, avant même le sommet de Saint-Malo, fait dans des périodes cruciales des choix européens en matière d’industrie d’armement et de programmes. Il a permis d’étayer l’hypothèse selon laquelle, dans la période actuelle, la concurrence entre producteurs américains et européens sur les marchés d’exportation, qu’il s’agisse des marchés des pays amis et alliés ou des marchés des pays émergents, allait constituer un lieu d’affrontement central entre les deux systèmes. Il a encore mis en évidence l’objectif de disjonction européenne, poursuivie par des initiatives aussi bien programmatiques que doctrinales comme le JSF, la MD, la DCI et l’usage insistant des vocabulaires de « technological gap » et « forteresse Europe ». Ces concentrations ont vu leur poids économique renforcé par les décisions politiques prises par les pays européens et les firmes quant au programme d’avion de transport militaire A400M, au lancement de l’avion gros porteur A380, au lancement du programme d’hélicoptère NH-90 ou au choix du programme Meteor. Cette européanisation des systèmes de production d’armement se heurte à un défi transatlantique de plus en plus global, que l’engagement de la nouvelle administration politique des États-Unis dans la défense antimissile va porter à un niveau plus élevé encore, mettant en cause la capacité d’autonomie stratégique de l’Union européenne. Ces travaux ont donné la matière de communications dans des colloques et symposiums du ministère des Affaires étrangères, de l’IEP de Lyon, de l’Université Pierre-Mendès-France de Grenoble, du Centre d’études d’histoire de la défense, de l’OTAN, de l’Association franco-canadienne d’études stratégiques, et des conférences Pugwash.

Publications

Jean-Paul Hébert

  • « La consolidation de l’Europe de l’armement face au défi transatlantique », Cahier d’Études stratégiques, 30, mai 2001,152 p.
  • SIPRI, collaboration au chapitre « The 100 largest arms-producing companies », Yearbook 2000, Oxford University Press, Oxford, 2000.
  • « Concentration des industries d’armement : européanisation ou américanisation ? », dans Financement et gouvernement des firmes d’armement : freins ou facteurs de la reconversion, sous la dir. de M.-N. Chalaye et N. Cotillard, Paris, CIRPES, 2001 (« Points de vue stratégiques » 2), p. 11 -28.
  • Avec Fanny Coulomb, Nouvelle course aux armements ? Nouveau cycle de dépenses militaires ? Feu les dividendes de la paix..., Rapport pour la Délégation aux affaires stratégiques, Paris, 257 p, multigr.
  • L’industrie européenne d’armement en 2000 : consolidation, coopérations et relations transatlantiques dans le nouveau cycle de dépenses militaires, Rapport pour la Délégation aux affaires stratégiques, Paris, 246 p, multigr.
  • « Concentration des exportations françaises d’armement », Le Débat stratégique, 56, mai 2001.
  • Avec Yves Bélanger, « BAe Systems au cœur du processus de globalisation de l’industrie de défense », ARES, 47, XIX, 1, 2001, p. 41 -54.
  • « Israël-Palestine : la marche au bord du gouffre », Rouge et Vert, 119, 13avr. 2001.
  • « 1991-2001 : dix ans de mutation du système français de production d’armement », Le Débat stratégique, 55, mars 2001.
  • « États-Unis/Israël : les armes de l’influence », Le Débat stratégique, 53, nov. 2000.
  • « La coopération franco-allemande en matière d’armement : le difficile passage de la dualité à la pluralité », dans Bilan et perspectives de la coopération militaire franco-allemande de 1963 à nos jours, sous la dir. de C2SD/CEHD, Paris, ADDIM, 2000, p. 289-298.
  • « GIAT Industries : entrer dans le mouvement européen », Le Débat stratégique, 52, sept. 2000.
  • « La stratégie oblique de l’industrie américaine d’armement », Le Débat stratégique, 51, juil. 2000.

André Brigot

  • « Les changements en matière de défense en 2000 », dans L’état de l’Europe, Paris, La Découverte, 2001.
  • « L’euro-atlantisme et l’Europe de la défense », dans L’état du monde, Paris, La Découverte, 2001.
  • « Le porte-avions et la loi de programmation française », Ramsès, 7 août 2001.
  • « Persistance et utilité des recherches en géopolitique », Revue d’Études internationales, nov. 2000.

Maurice Ronai, assistant de l’enseignement supérieur

9Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Joxe, Alberto Santos, Jean-Paul Hébert, André Brigot et Maurice Ronai, « Sociologie de la défense et études stratégiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 572-577.

Référence électronique

Alain Joxe, Alberto Santos, Jean-Paul Hébert, André Brigot et Maurice Ronai, « Sociologie de la défense et études stratégiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15343

Haut de page

Auteurs

Alain Joxe

Articles du même auteur

Alberto Santos

Articles du même auteur

Jean-Paul Hébert

Articles du même auteur

André Brigot

Articles du même auteur

Maurice Ronai

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals