Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose-Marie Lagrave et Agnès Roche
p. 590-592

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études
avec Agnès Roche, maître de conférences à l’Université d’Auvergne

Le communisme agraire

1Le séminaire a eu pour objectif de mettre en perspective les diverses formes d’implantation et d’évolution du communisme agraire dans différents pays distingués selon la nature du régime politique, communiste ou démocratique. Plusieurs séances ont été consacrées aux effets des politiques de collectivisation en Pologne, en Finlande et en Union soviétique. J.-C. Szurek, directeur de recherche au CNRS, a procédé à une relecture critique de son livre, Aux origines paysannes de la crise polonaise, à la lumière des travaux de D. Jarosz, chercheur polonais qui, à partir des archives de Moscou, a mis au jour les réticences du pouvoir polonais à l’égard de la collectivisation, en infléchissant progressivement la politique agricole vers la mise en coopératives de l’agriculture familiale. A. Roche et R.-M. Lagrave ont ensuite rendu compte des ouvrages de deux historiennes américaines : celui de S. Fitzpatrick, Stalin’s peasants. Resistance and survival in the Russian village after collectivization (Oxford University Press, 1994), et celui de L. Viola, intitulé Peasant rebels under Stalin. Collectivization and the culture of peasant resistance (OUR 1996). Ces deux ouvrages, fondés sur des sources régionales, privilégient une approche en histoire sociale, et analysent les représentations que les paysans se font des différents moments de la collectivisation, en donnant la priorité à l’étude des différentes stratégies de résistance. En partant de la critique de ces deux ouvrages, on s’est ensuite plus largement interrogé sur la pertinence du primat donné à l’histoire sociale au détriment d’une histoire politique qui, s’attachant aux trajectoires des acteurs saisies dans un contexte local et régional et aux formes de résistance, banalise les logiques et les rapports de forces politiques. On a montré alors que le recours à l’histoire sociale pouvait être une des façons de vouloir esquiver les conflits d’interprétation du communisme, alors que cette approche est partie prenante de ces controverses. En outre, a été souligné le clivage entre les recherches portant sur les pays à régime communiste, qui privilégient les modalités de résistance des paysans au communisme, la majorité des études qui, en France et en Italie, s’attachent à comprendre les modes d’adhésion des paysans au communisme. En dépit de l’hétérogénéité des cas étudiés et des effets de variation des échelles d’observation, on a proposé de travailler sur un trait invariant du communisme dans ses rapports aux paysanneries : l’ouvriérisme, fondé en théorie et mis en œuvre par les pratiques militantes et d’appareil, ouvriérisme qui gouverne le statut de subordination et le discrédit fondateur des paysanneries.

2Par ailleurs, plusieurs séminaires et séances de tutorat des étudiants ont été assurées dans le cadre des Ateliers de formation à la recherche en sciences sociales dans les pays de l’Europe centrale, et dans le cadre de l’École doctorale de Bucarest.

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études

Pouvoirs, construction sociale des sexes et des sexualités

3Ce séminaire s’inscrit dans la continuité des journées d’études doctorales consacrées à ces thématiques, journées dont les participants ont souhaité la poursuite par un travail collectif régulier. Chaque séance est organisée par deux ou trois étudiants qui préparent des questions portant, cette année, sur les différentes définitions du genre, ses usages et ses ambiguïtés, les controverses entre chercheuses américaines et françaises. Ces questions sont élaborées à partir d’une lecture critique d’ouvrages, et certains des auteurs ont été invités à y répondre lors de plusieurs séances qui donnent la priorité au débat. Le travail du séminaire a également consisté à lier les apports théoriques et méthodologiques concernant le genre aux conditions de production politique, sociale et scientifique qui ont permis ces avancées théoriques. À cet égard, une attention particulière a été portée à la trajectoire scientifique et militante des chercheuses, et aux conditions de progression ou de régression du milieu scientifique quant à la critique radicale des évidences premières concernant les inégalités en raison du sexe. Le séminaire a bénéficié de la participation de M. B. Tahon de l’Université Laval à Québec, et de M. Viveros de l’Université de Bogota.

Publication

  • « Une étrange défaite : la loi constitutionnelle sur la parité », Politix, 13, 51, 2000, p. 113-141.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave et Agnès Roche, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 590-592.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave et Agnès Roche, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15348

Haut de page

Auteurs

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Agnès Roche

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals