Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de l’institution familiale

Irène Théry
p. 592-594

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Irène Théry, directrice d’études

Les transformations de l’ordre normatif en matière sexuelle

1Le séminaire de cette année a été consacré à une analyse des principales difficultés théoriques que soulève l’étude sociologique de la notion de consentement en matière sexuelle. En effet, si nos travaux de l’année précédente avaient établi le caractère central de la référence au consentement à l’acte sexuel dans les transformations normatives contemporaines (en particulier, mais pas seulement, au plan juridique), ils avaient aussi permis de percevoir la complexité d’une telle référence, et la difficulté d’en proposer une étude proprement sociologique. En effet, l’importance accordée au consentement est en général rapportée à une évolution des sociétés occidentales dans le sens d’une « individualisation ». Or ce concept est aujourd’hui utilisé de façon diverses, voire contradictoires, selon qu’il met en cause le dualisme individu/société (voir par exemple N. Elias, La société des individus ; Louis Dumont, Essais sur l’individualisme), ou qu’à l’inverse il accrédite une dichotomie entre l’individuel et le social (voir par exemple la référence au « self » dans les travaux d’Anthony Giddens). Dans ce dernier cas, la référence croissante au consentement à l’acte sexuel est présentée comme une « victoire » de l’individu sur les conventions sociales, et spécifiquement les institutions. Selon cette perspective, l’individualisation et la « désinstitutionnalisation » ne font qu’un.

2Or, il paraît clair que nous assistons, de fait, à l’émergence de formes nouvelles d’institution, à une « institutionnalisation » : des comportements qui étaient considérés comme ne relevant pas d’une régulation sociale, et a fortiori de règles juridiques, sont requalifiés par la législation récente en infractions, et font l’objet d’un traitement judiciaire. Ce constat oblige à revenir sur les enjeux théoriques plus fondamentaux qui organisent des analyses sociologiques contradictoires de la socialisation sexuelle. Étant donné la place occupée dans le débat social comme dans le débat académique par les dichotomies (individu/société ; nature/culture ; sexe/genre ; famille/société ; privé/public, etc.), la question du dualisme a été le fil conducteur de ce séminaire. Trois séquences ont organisé nos réflexions.

  • La première a été consacrée à la question du dualisme individu/société en sociologie de la famille. Elle a été étudiée en référence à la notion d’institution, à partir de l’étude de deux textes littéraires (la Leffre au père, de Kafka ; la séquence du « baiser du soir » dans deux passages de À la Recherche du temps perdu), et d’un ensemble d’écrits sociologiques et philosophiques (textes de N. Elias, C. Casto-riadis, V. Descombes en particulier).
  • La deuxième a porté sur le dualisme sexe/genre, en référence à l’opposition nature/culture ou encore à l’opposition biologique/social. Pour introduire la question, on s’est appuyé ici sur l’analyse de deux ouvrages français, Masculin/féminin (F. Héritier) et La domination masculine (P. Bourdieu), en les situant en particulier en référence aux diverses conceptions d’une sociologie du « gender » dans l’anthropologie anglo-saxonne. La notion sociologique de « distinction de sexe » a été introduite à partir d’un texte en cours de publication (C. Barraud, présentation de l’ouvrage collectif Sexe relatif et sexe absolu).
  • La troisième séquence a été consacrée à l’analyse de la notion de sexualité dans la sociologie contemporaine, selon une démarche d’anthropologie comparée. On s’est appuyé ici en particulier sur l’analyse de l’article de M. Godelier « Qu’est-ce qu’un acte sexuel ? » et de l’article « Sexualité » de S. Breton dans la dernière édition du Dictionnaire d’anthropologie et d’ethnologie sous la direction de P. Bonté et M. Izard. La difficulté de la sociologie à se différencier d’une approche naïvement « sexologique » des comportements sexuels a été mise en relation avec la prégnance spécifique de la pensée dualiste dans ce domaine de recherche. Le « paradoxe du dualisme » est alors apparu plus clairement. Alors que la série des dichotomies individu/société ; esprit/corps ; sexe/genre est souvent perçue comme fondant une vision artificialiste du social, la croyance fondamentale sur laquelle elle repose semble plutôt être une vision naturaliste du « soi ».

3En prolongement des travaux du séminaire, Irène Théry a organisé, en collaboration avec Yan Thomas, une journée d’étude commune au Centre de recherche politiques Raymond-Aron et au Centre des normes, le 14 décembre 2000 à Paris, intitulée « L’institutionnel et le symbolique » ; intervenants : M. Canto-Sperber, Y. Thomas, S. Breton, M. Tort, I. Théry, M. Godelier, A. Ehrenberg, V. Descombes, D. de Coppet, O. Cayla.

Publications

  • Direction de L’un et l’autre sexe, n° sp. de Esprit, mars-avr. 2001.
  • Avec C. Martin, « Marriage, cohabitation and pacs in France », International Journal of Family Law, fév. 2001.
  • « La côte d’Adam », Esprit, mars-avr. 2001, p. 10-22.
  • « Maternité et mixité », dans Maternité, affaire privée, affaire publique, sous la dir. d’Y. Knibiehler, Paris, Bayard, 2001, p. 251-270.
  • « Mariage : les enjeux contemporains », dans Mariage, mariages, sous la dir. de C. Bontemps, Paris, PUF, 2001, p. 73-88.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Théry, « Sociologie de l’institution familiale », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 592-594.

Référence électronique

Irène Théry, « Sociologie de l’institution familiale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15349

Haut de page

Auteur

Irène Théry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals