Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Les institutions philosophiques

Jacques Derrida
p. 595-597

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Jacques Derrida, directeur d’études

Questions de responsabilité (VIII. La peine de mort)

1Nous avons poursuivi les recherches engagées l’année précédente, en déployant les mêmes questions (autour de trois concepts : exception, souveraineté, cruauté) et en suivant les mêmes fils conducteurs. D’abord celui de la filiation onto-théologico-politique qui, à travers bien des différences, mais sans exception, a dominé tous les discours philosophiques comme tels sur la peine de mort, c’est-à-dire en faveur de la peine de mort : de Platon à Rousseau, Kant, Hegel et au-delà, jusque dans la plus proche modernité.

2Nous avons donc tenté d’analyser les raisons et les raisonnements qui ont assuré en profondeur (qu’il s’agisse de penser la « vie », le « vivant humain », la « souveraineté » ou l’« État », le « politique » en général) une permanence aussi imperturbable, une unanimité aussi remarquable et jusqu’ici peu remarquée.

3Les discours de Kant et de Hegel ont été, de ce point de vue, au foyer de notre travail, qu’il s’agisse des débats avec Beccaria ou autour de la Révolution française, du régicide, de la Terreur ou de la grande tradition de la loi du talion. Au sujet de cette dernière, nous avons relu quelques textes bibliques et étudié les efforts pour la justifier et même y reconnaître, contre une certaine doxa traditionnelle, le principe même et l’origine de la justice, de Kant ou Hegel jusqu’à Lévinas (inclus).

4Cette loi du talion est aussi une référence fondamentale dans le débat qui s’est amorcé entre la psychanalyse et le droit pénal. Nous avons interrogé, de ce point de vue, les projets de transformation du droit criminel par la psychanalyse (notamment les écrits de Reik et les déclarations que celui-ci fit au nom de Freud, en 1926, contre la peine de mort, dans Le besoin d’avouer).

5À travers toutes ces lectures, nous avons tenté de ne pas perdre de vue l’actualité du problème, en particulier ce qui se passe actuellement aux États-Unis, pendant et après l’élection du nouveau président. La figure du « président », c’est-à-dire d’une souveraineté soumise à élection démocratique, méritait une attention particulière. Nous avons donc aussi fait référence à ce qui est dit, entre autres choses, du « président » et de la récente histoire de la peine de mort en France dans le dernier livre de Robert Badinter, L’abolition.

6Au croisement des analyses concernant les États-Unis et d’une problématique psychanalytique, et tout en suivant une certaine « histoire du sang » (visibilité ou non de l’exécution, passage à l’injection létale, modes de visibilité, de publicité, de théâtralité, de ritualité sacrificielle - lecture de Foucault et discussion de sa thèse sur la dé-spectacularisation progressive du châtiment ; lecture aussi de Donoso Cortes sur le sacrifice sanglant et la peine de mort [1859]), nous nous sommes aussi laissé guider par les trois questions suivantes, auxquelles nous avons tenté de donner un sens à la fois nouveau et spécifiquement coordonné à l’histoire des « crime et châtiment » : 1. Qu’est-ce qu’un acte ? 2. Qu’est-ce qu’un âge ? 3. Qu’est-ce qu’un désir ?

Publications

  • Avec S. Hantai et J.-L. Nancy, La connaissance des textes. Lecture d’un manuscrit illisible, Paris, Galilée, 2001, 156 p.
  • Avec D. Shapiro et M. Govrin, Body of prayer, New York, The Irwin S. Chanin School of Architecture of the Cooper Union, 2001, 97 p.
  • Foi et savoir. Le Siècle et le Pardon, Entretien avec Michel Wieviorka, Paris, Seuil, 2000, 133 p.
  • Avec W. Mihuleac, Or, Paris, Signum, 2000,135 p.
  • États d’âme de la psychanalyse, Paris, Galilée, 2000, 90 p.
  • « Tête à tête », Sur C. Adami, Milan, Centre culturel français de Milan, 2001, p. 17-27.
  • « Lyotard et nous », dans Jean-François Lyotard. L’exercice du différend, sous la dir. de Dolorès Lyotard, Jean-Claude Miler et Gérard Sfez, Paris, PUF, 2001, p. 169-196.
  • « La Veilleuse », préface à J. Trilling, James Joyce ou l’écriture matricide, Belfort, Circé, 2001, p. 7-32.
  • « Une certaine possibilité impossible de dire l’événement », dans Dire l’événement, est-ce possible ?, sous la dir. de A. Nouss et G. Soussana, Paris, L’Harmattan, 2001, 20 p.
  • « Il y a, certes, pirate et pirate », Traces, 1, 2001, 4 p.
  • « Typewriter ribbon : limited ink (2) », dans Material Events. Paul de Man and the afterlife of theory, sous la dir. de T. Cohen et H. Miller, Minneapólis-Londres, University of Minnesota Press, 2001, p. 277-360.
  • « La forme et la façon... », préface à A. David, Racisme et antisémitisme, Paris, Ellipses, 2001, p. 7-28.
  • « ”A self-unsealing poetic text“ : poetics and politics of Witnessing », dans Revenge of the Aesthetic, sous la dir. de M. Clark, University of California Press, 2000, p. 180-207.
  • « La phénoménologie et la clôture de la métaphysique... », Alter, 8, 2000, p. 69-84.
  • « Mais qu’est-ce donc qui arrive d’un coup à une langue d’arrivée ? », préface à G. Veltsos, Humus, Athènes, Plethron, Institut français d’Athènes, 2000, p. 1-10.
  • « Performative powerlessness. Reponse to S. Critchley », Constellations, 7, 4, 2000, p. 466-468 (The Derrida-Habermas Exchange).
  • « H. C. Pour la vie, c’est à dire », dans Hélène Cixous, croisées d’une œuvre, sous la dir. de M. Calle-Gruber, Paris, Galilée, 2000, p. 13-140.
  • « Avouer - l’impossible : ”retours", repentir et réconciliation », dans Comment vivre ensemble ?, sous la dir. de J. Halperin et M. Hansson, XXXVIIe Colloque des intellectuels juifs de langue française, Paris, Albin Michel, 2001, p. 181-224.
  • « Fuser en bombe. Artaud plastiqueur des musées d’Arts plastiques », dans Plasticité, sous la dir. de C. Malabou, Paris, Léo Scheer, 2000, p. 70-97.
  • « Et Cetera », dans Deconstructions. A user’s guide, sous la dir. de N. Royle, New York, Palgrave Publishers, 2000, p. 282-305.
  • « Littératures déplacées », Autodafé. La Revue du Parlement international des Écrivains, 1, automne 2000, p. 61 -63.
  • « Die Fotografie als Kopie, Archiv und Signatur », Theorie der Fotografie IV, 1980-1995, sous la dir. de H. V. Amelunxen, Munich, Schirmer & Mosel, 2000, p. 280-296.
  • « Response... in Arguing with Derrida », n° sp. de Ratio, XIII, 4, déc. 2000, p. 350-354 et 400-407.
  • « Le pardon et la pratique philosophique transculturelle », Le XXe siècle, 1, 2000, p. 112-119.
  • « Extase, crise », dans Couleurs et mots, sous la dir. de V. Adami, Paris, Le Cherche Midi, 2000, p. 27-45.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Derrida, « Les institutions philosophiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 595-597.

Référence électronique

Jacques Derrida, « Les institutions philosophiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15351

Haut de page

Auteur

Jacques Derrida

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals