Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne

François Azouvi
p. 603-604

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

François Azouvi, directeur d’études

1Dans le séminaire de l’année 2000-2001, j’ai poursuivi l’enquête sur la constitution de l’identité culturelle française autour de la référence cartésienne, entre 1750 et 1850. Soit de part et d’autre de la Révolution française, qui marque une véritable césure dans l’utilisation faite du philosophe français et dans la réception de son œuvre.

2La seconde moitié du siècle voit un double et même un triple mouvement s’effectuer. Les philosophes des Lumières manifestent leur éloignement à l’égard du cartésianisme dans son ensemble - science, méthode, théorie de la connaissance - mais en même temps font de Descartes l’incarnation même du « grand homme », digne de tous les éloges académiques ; par là, ils préparent l’essai de panthéonisation qui aura lieu durant la Révolution. D’autre part, les milieux catholiques, philosophiquement désemparés par la montée du matérialisme, incorporent dans leur apologétique des pans entiers du cartésianisme.

3Sous la Révolution et l’Empire, j’ai suivi l’affrontement des logiques mémorielles qui se disputent le philosophe français : nationale, avec l’essai de panthéonisation, muséographique, avec le transfert de ses restes au musée des Monuments français, locale, avec les tentatives d’appropriation de la part de la Touraine.

4Mais c’est sous la Restauration puis sous la monarchie de Juillet qu’a lieu l’étape décisive de cette histoire : le fait que Descartes devient un marqueur des identités politiques. C’est d’abord la droite ultra, avec Lamennais et son groupe, qui identifie la cause catholique contre-révolutionnaire et intransigeante avec la détestation du philosophe de la méthode ; c’est ensuite la droite orléaniste qui pratique l’opération inverse et qui fait de Descartes son philosophe et l’incarnation de la France moderne. L’homme clé est ici Victor Cousin, dont j’ai analysé en détail la contribution au mythe cartésien ainsi que les raisons qu’il a de promouvoir Descartes dans l’institution scolaire, universitaire, académique. Si bien qu’en 1848, lorsque le régime de Juillet s’effondre, on peut dire que le mythe « Descartes, c’est la France », a acquis ses fondements.

Publication

  • « Médecine et philosophie chez Huarte de San Juan », Revue de Métaphysique et de Morale, 3, 2001, p. 117-123.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 603-604.

Référence électronique

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15356

Haut de page

Auteur

François Azouvi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals