Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 619-621

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

L’image survivante

1Nous avons, pour la troisième année, poursuivi notre commentaire du concept de « survivance » (Nachleben) selon Aby Warburg. C’est à franchir un cap méthodologique dans notre lecture que nous nous sommes employé cette fois-ci : après deux ans passés à établir les sources fondamentales de l’histoire de l’art warburgienne - en nous focalisant sur Tylor, Burckhardt, Darwin et Nietzsche, sans oublier Goethe -, nous avons cherché quelque chose comme un interprétant épistémologique de la survivance. Nous avons, en ce sens, proposé une lecture comparée : modèles warburgiens du temps des images et modèles freudiens du temps psychique. Il est apparu que les deux concepts majeurs de la « science » warburgienne, Nachleben et Pathosformel, convergeaient tous deux vers le modèle psychanalytique du symptôme.

2À un niveau morphologique, les paradoxes gestuels des « formules de pathos » entretiennent des rapports directs avec tout ce que Freud découvrait, contemporainement aux études de Warburg, dans la structure visuelle du symptôme : intensité plastique, mémoire inconsciente, simultanéité contradictoire, déplacement, dissimulation... Le rapport est d’autant plus étroit que, dans les deux cas, c’est à une reformulation des analyses goethéennes (sur le Laocoon, notamment) et darwiniennes (sur les trois « principes généraux de l’expression ») que nos deux auteurs se sont explicitement attachés.

3À un niveau métapsychologique, nous avons découvert chez Warburg une intuition semblable à celle de Freud sur le symptôme hystérique : les images aussi « souffrent de réminiscences ». Elles aussi sont à interpréter selon la dynamique des refoulements et des retours du refoulé. Elles aussi surviennent et reviennent selon la double contrainte de l’après-coup et de la répétition. Bref, c’est toute la structure temporelle du symptôme qui se retrouve en substance dans le modèle du Nachleben warburgien.

4Nous avons ensuite accordé une pause à nos étudiants dans cet examen ardu et très théorique : nous avons constitué un motif concret, haut en couleurs, pour toutes ces hypothèses. Prolongeant la fameuse Ninfa, cette « héroïne » du savoir warburgien, nous avons interrogé le destin proprement moderne de cette figure trans-iconographique. Nous sommes alors parvenu à reconstituer une sorte de mouvement cinématographique où la « chute de Ninfa » vient se confondre avec le fameux « déclin de l’aura » selon Walter Benjamin. Cela nous a mené au traitement baudelairien de certains thèmes privilégiés (la nymphe, la chevelure, le drapé, le cadavre), puis à leur mise en œuvre dans la représentation photographique des années 1920 et 1930 à Paris (chez Moholy-Nagy, Germaine Krull, Eli Lotar ou encore Brassai), jusque dans notre contemporain le plus récent (chez Alain Fleischer, par exemple). Nous avons découvert ainsi comment la « nymphe » antique survivait échouée dans la misère urbaine. Façon d’ajointer deux concepts qui nous sont chers depuis longtemps : l’informe et la survivance. Façon de regarder aujourd’hui la paradoxale splendeur, la draperie des « formes misérables », selon l’expression de Georges Bataille.

5Des éléments de ce travail ont été présentés dans différents colloques tenus à Londres (International Congress of the History of Art) ou à Paris (Biologie et romantisme, à l’Université de Paris-Vil) ; dans des conférences données à Naples, Salerne (universités), Paris (Musée du Louvre, ENS, Centre Georges-Pompidou), Genève (musée d’Art moderne), Zürich (Hochschule für Gestaltung und Kunst), Kyoto et Tokyo (universités) ; enfin dans des cycles de séminaires donnés à Cuenca (Universidad internacional Menéndez Pelayo), Karlsruhe (Staatliche Hochschule für Gestaltung) et Kanazawa (College of Art).

Publications

  • Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images, Paris, Minuit (« Critique »), 2000, 286 p.
  • L’Homme qui marchait dans la couleur, Paris, Minuit, 2001, 94 p.
  • Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise, Paris, Minuit, 2001, 156 p.
  • « Saint Georges et le dragon », dans Saint Georges et le dragon : de la légende au mythe, sous la dir. de L. Buisine, Mons-Bruxelles, La Lettre volée, 2000, p. 19-32.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » (en japonais), Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 13, mai 2000, p. 36-42.
  • « Die Cliché-Frau. Dermographismus, Halluzination und experimentelle Stigmatisierung im 19. Jahrhundert » (trad. par R. Werner), dans Hyperplastik. Kunst und Konzepte der Wahrnehmung in Zeiten der « Mental Imagery », sous la dir. d’E. von Samsonow et É. Alliez, Vienne, Turia + Kant, 2000, p. 27-48.
  • « L’indizio della ferita assente » (trad. par O. Bonnefoi), dans La memoria di Cristo. Le copie della Sindone : verità di fede e verità storica, sous la dir. de F. Molteni, Sienne, Santa Maria della Scala-Protagon Editori Toscani, 2000, p. 21-26.
  • « Plasticité du devenir et fractures dans l’histoire. Warburg avec Nietzsche », dans Plasticité, sous la dir. de C. Malabou, Paris, Léo Scheer, 2000, p. 58-69.
  • « L’aiguille et le papillon, ou le dispositif du silence perçant », L’Inactuel, n.s., 5, automne 2000, p. 201-214.
  • « Il volto e la terra » (trad. par G. Giometti), dans Il volto, il ritratto, la maschera, sous la dir. d’E. Baiocco, Sienne, Palazzo delle Papesse-Centro Arte contemporanea, 2000, p. 38-57.
  • « Jener, der das Verb “fotografieren” erfand... » (trad. par C. Gutberiet), dans Theorie der Fotografie, IV. 1980-1995, sous la dir. d’H. von Amelunxen, Munich, Schirmer-Mosel, 2000, p. 398-404.
  • « Images malgré tout », dans Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis (1933-1999), sous la dir. de C. Chéroux, Paris, Patrimoine photographique-Marval, 2001, p. 219-241.
  • « Le philosophe de la maison hantée (entretien avec Nicolas Demorand) », Beaux-Arts Magazine, 202, mars 2001, p. 42-45.
  • « Fables du lieu » (entretien avec C. Loire), DDO, 43, 2001, p. 7-9.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde, 2 » (en japonais), Delta. Revue internationale pour la Poésie expérimentale, 14, 2001, p. 35-41.
  • « Nachleben, o la impronta del tiempo » (trad. par D. Lupión Romero), dans La distancia y la huella : para una antropologia de la mirada, sous la dir. d’A. Fernández Polanco et J. Larrañaga Altuna, Cuenca, Universidad internacional Menéndez Pelayo-Diputación provincial de Cuenca, 2001, p. 27-34.
  • « Devant le pan : devant le temps. Souveraineté de l’anachronisme », dans Le Temps des œuvres. Mémoire et préfiguration, sous la dir. de J. Neefs, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2001, p. 87-100.
  • « Sous le regard des eaux », Lieu-dit, 14, 2001, p. 5-13.
  • « L’œuvre-fable » (entretien avec Christine Palmiéri), Etc Montréal, 53, mars-mai 2001, p. 24-29.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2002, 619-621.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2002, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15366

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals